Hopitutuqaiki

The Hopi School

PO Box 56
Hotevilla, Arizona 86030

928-734-2433
www.hopischool.net

Scholar’s Library


Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Test

Title: Traité des eunuques
Author: Ancillon, Charles, 1659-1715
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Traité des eunuques" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



pages available at http://gallica.bnf.fr/)



TRAITÉ

DES

EUNUQUES,

DANS LEQUEL

On explique toutes les différentes sortes
d'Eunuques, quel rang ils ont tenu,
& quel cas on en a fait, &c.

_On éxamine principalement s'ils sont propres
au Mariage, & s'il leur doit être
permis de se marier._

Et l'on fait plusieurs Remarques curieuses &
divertissantes à l'occasion des

EUNUQUES, &c.

Par M***. D***.

[Illustration]

Imprimé l'an M. DCC. VII.



EPITRE

DEDICATOIRE

A

M^R. BAYLE.[1]


MONSIEUR,

_J'ai à vous rendre compte de deux choses qui me justifieront envers
vous de la liberté que je prends de vous adresser cet Ouvrage, & qui
nous justifieront l'un & l'autre envers le Public, si vous trouviez à
propos de le faire mettre sous la Presse pour lui en faire part._

_La prémiére, que je ne me suis point ingéré de mon chef à traiter le
sujet qui fait la matiére de cet Ouvrage; l'occasion qui m'y a engagé
est assez singuliére. Il y avoit autrefois ici plusieurs Eunuques
Italiens, Musiciens, qui y faisoient grosse figure. Ils se flattérent de
faire de grandes & d'illustres Conquêtes, mais ils se trompérent; nos
Dames ne se laissérent point éblouïr, & ne se payérent point de la
bagatelle. [2]Un Gentilhomme François d'un esprit gai & enjoué les en
railla par ces Vers jolis & pleins de sel._

    Je connois plus d'un Fanfaron
        A crête & mine fiére,
    Bien dignes de porter le Nom
        De la Chaponardiére.
    Crête aujourd'hui ne suffit pas
        Et les plus simples Filles,
    De la Crête font peu de cas
        Sans autres Béatilles.

_Cependant il y en a eu une qui s'est laissé charmer, & qui a prêté
l'oreille aux propositions de mariage qui lui ont été faites par un de
ces Eunuques. Une Personne que je considére beaucoup, m'ayant prié de
lui dire mon avis, & de le lui donner raisonné par écrit, en forme de
consultation, pour détourner cette jeune fille sa parente du dessein
qu'elle avoit d'entrer dans un tel engagement, ou en tout cas pour s'en
servir ailleurs en cas de besoin. J'y ai travaillé avec plaisir, & j'ai
trouvé qu'insensiblement j'avois fait un Livre, de sorte qu'au lieu de
laisser mon Ouvrage sous la forme qu'on me l'avoit demandé, je lui ai
donné celle qu'il a présentement. Je vous avouë que l'extrait que
l'illustre Mr. de Beauval a donné[3] du Livre de Mr. Bruknerus
intitulé,_ Décisions du Droit Matrimonial, _n'a pas peu contribué à
m'engager dans un éxamen éxact de cette question. J'aurois extrémement
souhaité qu'il eût bien voulu dire ce qu'il en pense, & peut-être lui en
fournirai-je l'occasion par ce petit Essai lors qu'il en donnera
l'extrait._

_Les Personnes scrupuleuses trouveront peut-être que c'est là plûtôt
l'occupation d'un homme oiseux, que d'un curieux qui cherche à
s'instruire._ Hujusmodi hærere quæstionibus non tàm studiosi quàm otiosi
hominis esse videtur, _comme parloit Saint Jérôme consulté par Vitalis
sur la fécondité prématurée d'Achas. Ainsi il est bon de les prévenir,
ou de les détromper, en leur apprenant que la vocation de l'examiner m'a
été légitimement adressée._

_Ce n'est pas que je crusse avoir fait un mal, quand je me serois avisé,
pour me divertir, & pour changer mes occupations sérieuses dans une
étude plus divertissante, de traiter cette matiére. Le Docte Mollerus a
fait un Livre qui a pour tître,_ Discursus duo Philologico-Juridici
prior de Cornutis, posterior de Hermaphroditis corumque jure, uterque ex
jure Divino, Canonico, Civili, variisque historiarum monumentis, horis
otiosis congesti. à M. Jacobo Mollero. _Et cet Ouvrage n'a point
deshonoré son Auteur, ni diminué l'estime que le Public avoit pour lui.
Il est difficile, je l'avouë, de parler des Eunuques sans dire certaines
choses capables de choquer un peu la pudeur d'une femme. Mais à l'égard
de l'Auteur cela ne lui fait aucun tort, il s'en faut beaucoup que son
Livre contienne des ordures & des saletez semblables à celles qui sont
dans les_ Priapeia, _sur lesquels Joseph Scaliger, l'un des plus grands
Hommes des Siécles passez, a fait des annotations, sans perdre sa
réputation. Et à l'égard des femmes, ce qu'on dit de libre & de naturel
est exprimé en Latin, qui est une Langue peu entenduë parmi elles. Mais
quand on auroit été obligé de s'exprimer en termes capables de blesser
la pudeur la plus scrupuleuse, s'ensuivroit-il qu'il auroit fallu se
dispenser de discuter un Droit sur lequel on voit assez souvent fonder
des disputes importantes, & laisser les choses, à cet égard, dans le
doute et dans la confusion? Certes je ne crois pas que personne le
prétende ainsi: en tout cas cette prétention seroit aussi ridicule que
celle de certaines gens qui aimeroient mieux qu'on eût laissé périr, ou
souffrir tout le genre humain, que d'avoir fait des Traitez de Médecine,
& de Chirurgie, qui le conserve, qui le préserve, & qui le soulage,
parce qu'on a été obligé de nommer les choses par leur nom & sans
déguisement, & de parler à découvert de toutes les parties les plus
secrettes du corps humain. J'espére que le Public sera équitable sur ce
sujet. J'aurois eu plus à craindre du redoutable Mr. Bernard que d'aucun
autre, parce que je connois sa délicatesse & sa sévérité, qui ne
pardonnent point les moindres fautes, & qui en trouvent même dans des
choses qui ont l'approbation des gens qu'il croit aisément être d'un
goût au dessous du sien. Mais que pourra-t-il me dire, lui qui annonce
avec tant de soin un Livre qui a pour tître_[4], les Cérémonies du
mariage telles qu'on les pratique présentement dans toutes les parties
du Monde, Ouvrage très divertissant, sur tout pour les Dames, écrit en
Italien par le Sr. Gaya, troisiéme Edition, â laquelle on a ajoûté
d'amples Notes & des Remarques sur le Mariage, avec le Miroir des
personnes mariées, ou les Avantures capricieuses du Chevalier H.....
avec ses sept femmes, écrites par lui-même dans le tems de sa prison, &
mises en Anglois moderne par Mr. Thomas Brown, in 8. pag. 161. _&
d'avertir ensuite le Public, que_ les notes qu'on a mises au bas des
pages sont très enjouées, & qu'on n'y épargne pas les Prêtres. _On sçait
combien de contes sales on a accoûtumé de faire sur leur sujet, &
combien de vilenies on met sur leur comte. Je ne sçai point au reste, si
ce Docteur Thomas Brown dont Mr. Bernard fait ici mention, est ce savant
Mr. Brown Chanoine de Windsor, Ami intime de Mr. Isaac Vossius qui lui a
dédié son Traité des Oracles Sibyllins, ou cet Ecossois qui a fait un
Traité des Fiévres continuës imprimé à Edimbourg en 1695., ou si c'est
ce Thomas Brown Docteur Anglois qui a fait la_ Religion du Médecin. _Ce
qui me feroit douter que ce fût le prémier, seroit qu'il ne s'est
appliqué qu'à des Etudes graves & sérieuses, comme on le remarque par ce
que Colomiez dit de lui dans sa Bibliothéque choisie. Ce qui me feroit
douter aussi que ce fût le second, c'est la timidité qu'il fait paroître
dans la Préface de son Livre, en y déclarant qu'il a eu bien de la peine
à se résoudre à produire cet essai touchant les Fiévres continuës; qu'il
redoutoit le génie railleur & Satirique si commun à ceux de sa Nation;
Que la même frayeur étouffe tous les jours des productions très dignes
de voir le jour. Qu'il s'est pourtant déterminé à paroître en public
pour ne pas sortir du monde comme un Citoyen inutile & paresseux. Qu'il
hazarde ce systême nouveau, & qu'il sacrifie ses scrupules à l'utilité
publique. Et si c'est le troisiéme, vous sçavez, Monsieur, ce qu'en a
dit Patin, car vous le rapportez dans vos Nouvelles de la République des
Lettres[5]_, C'est, _dit-il_, un Mélancholique agréable en ses pensées,
mais qui à mon jugement cherche Maître en fait de Religion comme
beaucoup d'autres, & peut-être qu'enfin il n'en trouvera aucune. Il faut
dire de lui ce que Philippe de Comines a dit du Fondateur des Minimes,
l'Hermite de Calabre François de Paule, il est encore en vie, il peut
aussi-bien empirer qu'amender. _On a mis cette pensée de [6]Patin dans
le_ Patiniana _un peu déguisée à l'égard du tour & de l'expression, mais
la même absolument dans le fond. Si, dis-je, c'est ce Thomas Brown
Auteur du Livre intitulé_, Religio Medici, _qu'on pourroit intituler
aussi-bien_, Medicus Religionis, _comme il est dit dans le_ Patiniana,
_qui a traduit en Anglois moderne, ces_ Cérémonies du Mariage _que Mr.
Bernard annonce avec tant de soin, & si obligeamment au Public, c'est
apparemment un Livre dont la matiére n'est pas trop chaste, ni les
expression trop scrupuleuses & trop châtrées. Je n'en parle que par
conjecture, car j'avouë que la recommandation de Mr Bernard ne m'a point
engagé à le chercher, à l'acheter, & à le lire. Je ne connois que ces
Brown. Il y a bien un Docteur en Théologie originaire du Palatinat &
présentement Professeur en Langue Hébraïque dans l'Académie de
Groningue, Auteur de quelques Dissertations très curieuses, qui se nomme
Brawn; mais Mr. Bernard est trop éxact pour avoir confondu Brown avec
Brawn, quelque ressemblance qu'il y ait dans ces noms, & quelque
facilité qu'il y ait à s'y méprendre._

_La seconde chose dont j'ai à vous rendre compte, est le motif qui me
porte à vous adresser cet Ouvrage. Je n'en ai point d'autre, Monsieur,
que l'estime toute particuliére que j'ai pour vous, & le cas que je fais
de l'amitié dont vous m'honorez. Je me suis flatté que vous ne voudriez
pas laisser paroître en public un Livre qui pourroit nuire à la
réputation de son Auteur, qui est un de vos anciens Amis, & qui se
repose sur vous du soin de l'éxaminer & de juger s'il mérite d'être mis
sous la Presse: & je me suis persuadé que si vôtre jugement lui étoit
favorable, je n'avois rien à craindre de la part du Public, parce que je
pouvois espérer une approbation générale, ou en tout cas être assuré
d'avoir en vous un puissant appui contre le mauvais goût & contre la
Critique maligne, qui pourroient m'entreprendre. Je n'ai garde de faire
ici vôtre Panégyrique à l'imitation de ceux qui font des Epîtres
Dédicatoires, vos propres Ouvrages font vôtre Eloge, & le jugement
favorable & glorieux que le Public en fait, vous est infiniment plus
honorable que toutes les louanges qu'on pourroit vous donner dans une
Epître. Je finis donc celle-ci en vous assurant que je me sers avec
plaisir de cette occasion que j'ai souvent recherchée de pouvoir vous
donner un témoignage public de la considération toute particuliére avec
laquelle je suis,_

MONSIEUR

Vôtre très humble &
très obéïssant serviteur.

C. D'OLLINCAN.



DESSEIN ET DIVISION DE L'OUVRAGE.


Le[7] Droit Canon traitant des mariages qui se contractent par
Procureurs, ordonne & prescrit des précautions très grandes qu'il fonde
sur cette raison, _qu'il s'agit d'une affaire grave, difficile &
importante, qui peut avoir des suites très dangereuses_. Propter magnum
quod ex facto tam arduo posset periculum imminere.

Le Droit Civil ne donne pas une idée moindre du Mariage, il le considére
comme l'action de la vie la plus considérable, & qui demande le plus de
réfléxion; comme un Port favorable, ou comme un naufrage malheureux;
comme une chose bien hazardeuse où toute la prudence humaine se réduit
ordinairement à des vœux & à des souhaits. [8]_Magnum sane excellensque
donum à Deo Creatore ad mortales promanavit Matrimonium._

D'un côté le mariage étant l'Ouvrage de Dieu qui a uni les deux séxes,
& qui considérant qu'il n'étoit pas bon que _l'homme fût seul_, lui a
donné un _être semblable_ à lui; leur a ordonné à l'un & à l'autre de
_croître_ & de _multiplier_, & a imprimé en eux un desir violent de
s'unir ensemble pour la propagation de leur espéce. Cette union ne doit
point être fortuite & commune, comme celle des animaux destituez de
raison; elle ne doit point être produite par une affection brutale, par
une volonté déréglée; elle ne doit point avoir pour but de mettre en
sûreté des plaisirs impurs, & de les couvrir d'un nom spécieux &
honorable. Ce doit être une conjonction chaste, religieuse, sainte,
pleine de piété & de bénédictions; n'ayant pour but que d'éxécuter les
ordres de Dieu, qui est son Auteur & son Protecteur. L'Eglise n'approuve
& n'autorise que les Mariages de ce dernier caractére, ils ont pour eux
la faveur publique, au lieu que les autres n'ont pour eux qu'une haine
générale, un mépris très grand, & souvent les malédictions & l'horreur
des gens de bien.

De l'autre, comme le Mariage est le fondement de l'Eglise, puis qu'il
est appellé par quelques Théologiens _Venter Ecclesiæ_[9] qui lui
engendre des enfans. Et de la Société civile, en ce qu'il est la source
des hommes, qu'il éternise le monde, & qu'il donne des héritiers
légitimes aux Citoyens, il ne faut pas s'étonner si l'Eglise & la
Société Civile s'intéressent dans ce qui le concerne; si elles en
réglent les commencemens, le cours, & les suites, & si elles ont pourvû
sagement aux inconvéniens qui pourroient naître de l'ignorance des
hommes, ou de leur malice.

L'Eglise & la Société Civile ne laissent pas la liberté à tout le monde
de faire à cet égard tout ce qu'il lui plaît. [10]_Semper in
conjunctionibus non solum quid liceat considerandum est, sed & quid
honnestum sit_. Elles ne permettent point qu'on donne atteinte à la
Justice, à l'ordre, au bien, à l'utilité, & à l'honnêteté publiques.
Elles ont établi des Loix qui les déclarent bons, ou mauvais, justes, ou
injustes, légitimes, ou criminels. Qui les permettent, ou qui les
deffendent, qui les confirment, qui les authorisent, qui les protégent,
ou qui les cassent, qui les annullent, & qui punissent ceux qui les ont
contractez.

Pour répondre au but que je me propose, il s'agit ici de voir dans quel
de ces rangs on doit mettre le Mariage des Eunuques. Voici donc le plan
général que j'ai dessein de suivre pour éclaircir cette matiére, & pour
la régler par une décision incontestable & certaine. Ce Traité sera
divisé en trois Parties.

Dans la premiére j'éxaminerai ce que c'est qu'un Eunuque, de combien de
sortes il y en a, quel rang ils ont tenu & tiennent dans la Société
Ecclésiastique & Civile; & quelle considération on y a eu, & on y a
actuellement pour eux.

Dans la seconde, je discuterai leur droit par rapport au Mariage, &
j'éxaminerai s'il doit leur être permis de se marier.

Dans la troisiéme enfin, je rapporterai les Objections qui pourroient
être faites contre les maximes que j'aurai avancées, & contre les
décisions que j'aurai établies, & je tâcherai de les résoudre, & de
lever les difficultez qui pourroient y donner atteinte.



TABLE DES CHAPITRES

Contenus dans cet Ouvrage.


PREMIERE PARTIE.

CHAPITRE I. _S'il y a des Eunuques, & depuis quel tems
il y en a.                                                        Page 1

CHAP. II. _Ce que c'est qu'un Eunuque._                                6

CHAP. III. _Combien il y a de différentes sortes d'Eunuques._         10

CHAP. IV. _Des Eunuques qui sont nez tels._                           16

CHAP. V. _Pourquoi on fait des Eunuques._                             19

CHAP. VI. _Pourquoi quelques hommes se sont faits eux-mêmes, ou fait faire
Eunuques par d'autres._                                               29

CHAP. VII. _Des Eunuques ainsi nommez à cause de leurs Emplois; Et de
ceux qui le sont dans un sens figuré._                                41

CHAP. VIII. _Quel rang les véritables
Eunuques ont tenu dans la société civile._                            49

CHAP. IX. _Quelle idée les Peuples ont euë des Eunuques,
& quel cas ils en ont fait._                                          66

CHAP. X. _De quelle maniére les Loix civiles ont considéré
les Eunuques, & quels droits elles leur ont attribué._                71

CHAP. XI. _Quel rang les Eunuques volontaires ont tenu dans
la société civile; de quelle maniére les Loix les
y ont considérez, & quels droits elles leur ont attribué._            85

CHAP. XII. _Quel rang les Eunuques volontaires & forcez,
ont tenu dans la Société Ecclésiastique; de quelle maniére
l'Eglise & ses canons les ont considérez, & quels droits ils leur ont
attribuez._                                                           91


SECONDE PARTIE.

CHAP. I. _De la nature & du but du Mariage. Que l'Eunuque
ne peut y répondre._                                                 102

CHAP. II. _Les Eunuques ne pouvant pas satisfaire au but du
mariage, ils ne doivent pas le contracter._                          110

CHAP. III. _Le Mariage des Eunuques
est considéré comme nul & comme non avenu._                          115

CHAP. IV. _Inconvéniens que le Mariage
des Eunuques produit ordinairement._                                 121

CHAP. V. _Les Loix civiles deffendent
le mariage des Eunuques._                                            138

CHAP. VI. _La Religion Catholique Romaine ne
permet pas le mariage des Eunuques._                                 141

CHAP. VII. _La Religion Luthérienne, ou de la Confession
d'Augsbourg, ne permet pas le mariage des Eunuques._                 145

CHAP. VIII. _La Religion Réformée
ne permet pas le mariage des Eunuques._                              153


TROISIEME PARTIE.

Objections

CHAP. I. _Que la deffense de se marier ne doit point être
générale & commune à tous les Eunuques, parce qu'il y en a qui sont
capables de satisfaire aux desirs d'une femme._                      158

CHAP. II. _Le mariage est un Contract
civil, par lequel il est permis à tout le monde de s'engager._       165

CHAP. III. _Un Eunuque pouvant remplir tous les devoirs du mariage,
excepté ceux qui concernent la génération, il peut le contracter,
parce que_, consensus non concubitus matrimonium facit.              170

CHAP. IV. _Quand on ne peut pas être auprès d'une femme comme mari,
on doit y être comme frére, & habiter avec elle comme
avec une sœur._                                                     175

CHAP. V. _Si le mariage devoit être deffendu aux Eunuques parce
qu'ils ne peuvent pas engendrer, il devroit l'être aussi aux personnes âgées
que la vieillesse rend incapables de faire les fonctions du mariage; & ne
leur étant point deffendu, il ne doit point l'être aussi
aux Eunuques._                                                       178

CHAP. VI. _Quand la femme qui épouse un Eunuque sçait qu'il est
Eunuque, & qu'elle n'ignore point les conséquences de son état, il doit lui
être permis de l'epouser si elle le souhaite, parce que_, volenti non fit
injuria.                                                             183

Fin de la Table.



TRAITÉ DES EUNUQUES,

Dans lequel on éxamine principalement s'il doit leur être permis de se
marier.



PREMIÉRE PARTIE.



CHAPITRE PREMIER.

_S'il y a des Eunuques, & depuis quel tems il y en a._


Il est de l'ordre de faire voir qu'il y a des Eunuques avant que
d'entreprendre d'en faire la description, & que de raisonner sur leur
sujet; Puis que selon le sentiment des Philosophes il est ridicule de
raisonner d'une chose avant que de sçavoir si elle éxiste.

Il y a plus de quatre mille ans qu'on parle d'Eunuques dans le Monde;
l'Histoire Sainte & l'Histoire Prophane font mention d'une infinité de
personnes de cette nature, qu'elles ne mettent ni au rang des hommes,
ni au rang des femmes, & qu'elles appellent _une troisiéme sorte
d'hommes_. On en a vû en si grand nombre dans tous les Siécles & dans
tous les Païs; & on en voit encore tant qu'il n'est pas permis de douter
qu'il n'y en ait eu, & qu'il n'y en ait encore aujourd'hui.

La plûpart des Sçavans croyent que Semiramis Reine des Assiriens veuve
de Ninus, & mére de Nynias, a été la premiére qui a fait faire des
Eunuques; ils fondent leur opinion sur ces termes d'Ammian
Marcellin,[11] _Postrema multitudo spadonum, a senibus in pueros
desinens, obluridi, distortaque lineamentorum compage deformes, ut
quaquà incesserit quisquam, cernens mutilorum hominum agmina, detestetur
memoriam Semiramidis Reginæ illius veteris, quæ teneros mares castravit
omnium prima_. Claudien a crû la même chose,

     ------ [12]_Seu Prima Semiramis astu Assyriis mentita virum, ne
     vocis acutæ Mollities, levesque genæ se prodere possent. Hos sibi
     conjunxit similes; seu persica ferro Luxuries Vetuit nasci
     lanuginis Umbram._

Cependant Diodore de Sicile qui a fait l'Histoire de Semiramis, dans sa
Bibliothéque, d'une maniére beaucoup plus éxacte qu'aucun autre, ne dit
rien de cette particularité qui méritoit pourtant bien d'être remarquée,
si elle eût été certaine & véritable. Il dit seulement que les Bactriens
à qui Ninus, qui depuis fut son Mari, faisoit la Guerre, ayant mis les
Assyriens en fuite & en déroute, elle s'habilla d'une longue robe, comme
un homme, les rallia, se mit à leur tête & triompha des Bactriens. Soit
que cette Robe plût aux femmes Medes & aux Perses, soit qu'elles
voulussent faire leur cour à Semiramis, elles en prirent de pareilles.
Peut-être que cet habillement donna lieu à dire que Semiramis avoit fait
des hommes imparfaits, des demi hommes, & que depuis on a conjecturé
qu'elle avoit fait effectivement mutiler des hommes. [13]D'autres disent
qu'elle s'habilla en homme, & qu'elle fit élever son fils en fille, afin
que les Assiriens ayant honte d'avoir une femme pour leur Chef ne
prissent point le pretexte de vouloir un Roi, pour mettre son fils sur
le Trône à son préjudice; [14]D'autres peu éloignez de cette opinion
disent, que son fils étant de sa taille, & ayant la voix semblable à la
sienne, elle se déguisa en homme, & fit accroire, afin de regner,
qu'elle étoit le fils de Ninus, & non pas sa veuve. Et d'autres
disent[15] qu'ayant eu avis dans le tems qu'elle se coiffoir, que
Babilone s'étoit révoltée, elle courut en diligence, les cheveux à demi
épars, pour la forcer à se rendre à elle, & qu'elle ne remit point sa
tête dans son ordre accoûtumé qu'elle n'eût remis cette puissante Ville
sous son pouvoir; Que pour cela sa statuë fut honorablement élevée à
Babylone au même état qu'elle se trouva quand elle marcha vers ce lieu
d'un pas précipité pour tirer vangeance de ses Sujets rebelles; ces
cheveux épars joints à la robe qu'elle avait prise la travestissoient
d'autant plus en homme.

Diodore de Sicile rapporte une autre circonstance qui est considérable;
Il dit que cette Reine élevée d'une condition basse au comble de la
grandeur, se plongea dans toute sorte de délices, qu'elle fit choisir
les hommes les mieux faits & les plus beaux de son Armée pour s'en
servir, mais qu'elle fit mourir tous ceux qu'elle avoit reçûs dans son
lit. Il y a plus d'apparence qu'elle les fit Eunuques par un effet d'une
jalousie assez ordinaire, de peur qu'après avoir eu d'elle les plus
grandes faveurs ils n'allassent s'attacher à quelqu'autre femme; Diodore
de Sicile ne le dit point; mais comme il parle après Cresias, ainsi
qu'il l'avouë lui même, & que Cresias est un Historien,[16] qui non
content d'abuser ceux de son siécle, a voulu faire passer ses fables à
la postérité, on ne peut pas ajoûter beaucoup de foi à ce qu'il dit, ni
accuser de fausseté ce qu'il obmet. Semiramis donc peut passer pour la
première qui ait fait faire des Eunuques; Vossius[17] croit que les
Perses sont les Inventeurs de cette méchante & détestable coûtume, & que
le mot Latin, _spado_ qui comprend diverses sortes d'Eunuques, tire son
nom d'un Village de Perse nommé _Spada_, où il prétend que la premiére
éxécution de cette nature a été faite. Il fortifie son sentiment de ceux
de quelques Sçavans du premier ordre qu'il nomme. Je ne veux point me
rendre juge entre des hommes si célébres qui ont les uns & les autres
des opinions si probables, & dont la certitude est si difficile à
trouver. _Non nostrum inter hos tantas componere lites, & vitulo hi
digni & illi._ Je dirai seulement que le premier Eunuque dont l'Ecriture
Sainte fasse mention & dont il ne soit absolument parlé nulle part
ailleurs, [18]est Putiphar qui acheta Joseph des mains des Madianites;
encore verra-t-on dans la suite que ce nom d'Eunuque n'étoit point
nouveau dès lors, puis qu'il étoit devenu un nom de Charge & de Dignité;
Cependant ce Putiphar acheta Joseph l'an du monde deux mille deux cent
septante-six, c'est à dire mille sept cent soixante & dix huit ans avant
l'Incarnation de Jesus Christ; Et Cyrus n'a commencé à régner sur les
Perses que l'an du Monde trois mille quatre cent vingt & un; C'est à
dire qu'on parloit d'Eunuques avant qu'on parlât des Perses, & qu'il
n'est pas possible qu'ils soient les péres de ces sortes de gens, parce
que si cela étoit la proposition _filius ante patrem_, qui passe pour
monstreuese, seroit pourtant véritable; ce qu'on ne peut pas dire à
l'égard de Semiramis qui regnoit sur les Assiriens l'an du monde mille
huit cent vingt-six, long tems avant que Putiphar fût né. Quoi qu'il en
soit les Perses, les Médes, & les Assyriens ont été de tous les Peuples
ceux qui se sont le plus servis d'Eunuques. Et on remarque[19] que
Nabucodonosor faisoit couper tous les Juifs & tous les autres
prisonniers de guerre, afin de n'avoir que des Eunuques à son service
particulier. [20]Et c'est peut-être ce qui a donné lieu à conjecturer que
les Perses étoient les inventeurs de l'_Eunuchisme_.



CHAPITRE II.

_Ce que c'est qu'un Eunuque._


Lucien en donne une définition fort courte dans son Dialogue des
Eunuques. Il dit qu'il n'est ni mâle, ni femelle, & qu'il est un prodige
dans la Nature. Mais elle est trop générale, il en faut une plus éxacte
& qui le fasse connoître plus particuliérement & plus sûrement. Un
Eunuque donc, est une personne qui n'a pas la faculté d'engendrer, par
la foiblesse, ou par la froideur de la nature, ou à qui on a retranché
les parties propres à la génération; _Qui generare non possunt_, comme
s'exprime la Loi[21]; Qui ont une voix grêle & languissante, la
complexion d'une femme, qui n'ont que du poil folet à la barbe; En qui
le courage & la hardiesse cedent à la crainte & à la timidité; En un
mot, dont les mœurs & les maniéres sont toutes efféminées. Si l'Eunuque
est un sujet si chétif & si méprisable à l'égard du corps, il vaut
encore moins du côté de l'esprit & du cœur. Voici le portrait que St.
Basile en a fait autrefois[22]. Simplicie femme entêtée de l'Hérésie
Arrienne s'étoit mêlée de faire des remontrances à ce St. Homme sur sa
conduite & sur ses mœurs; Il se justifie & prend à témoin toutes les
personnes qui le connoissent, excepté quelques Eunuques qu'il récuse, &
dont il fait une peinture affreuse; «S'il est besoin de témoins, dit-il,
qu'on ne me produise point d'esclaves ni de misérables Eunuques, gens
abominables & sans honneur, qui ne sont ni hommes ni femmes, que l'amour
du séxe rend comme furieux; Ils sont jaloux, méprisables, féroces,
efféminez, gourmands, avares, cruels, inconstans, soupçonneux, furieux,
insatiables. Ils pleurent quand on les prive d'un repas, & pour tout
dire en un mot ils sont condamnez au fer dès leur naissance, des gens
estropiez de la sorte peuvent-ils avoir l'ame droite? Le fer les rend
chastes, mais cette chasteté ne leur sert de rien, leur turpitude les
rend furieux, & ils n'en remportent aucun fruit. Peut-être que cette
description paroîtra trop satirique & trop outrée, & qu'elle sera
suspecte, parce qu'elle est faite par un homme en colere; Mais voici le
témoignage d'un homme desintéressé, qui non seulement la confirme &
l'autorise, mais même qui y ajoûte de nouveaux traits qui rendent les
Eunuques encore plus hideux; c'est Ammian Marcellin qui parle, qui
dépose contr'eux, & qui dit, [23]«Que quand Numa Pompilius & Socrate
diroient du bien d'un Eunuque, on ne les en croiroit pas, & qu'on les
accuseroit de mensonge. _Ea re quod si Numa Pompilius vel Socrates bona
quædam dicerent de Spadone, dictisque Religionum adderent fidem, à
veritate descivisse arguerentur._ Il est vrai que sur la fin du même
Chapitre il excepte Menophile Eunuque de Mithridate Roi de Pont, dont il
parle avantageusement. Il y en a bien encore quelques autres qui ont été
dignes de louanges, comme un Favorinus Mordonius, un Eutherius Eunuque
de l'Empereur Constans, & depuis de Julien l'Apostat; Un Hermias à qui
Aristote sacrifioit comme à un Dieu; sur tout Daniel & ses Compagnons,
si tant est qu'ils ayent été Eunuques, comme quelques Interprétes de
l'Ecriture Sainte le croyent; Mais le nombre en a été si petit, qu'il
n'est pas capable de donner atteinte à l'opinion générale qu'on en
donne. L'on peut dire qu'il est des Eunuques comme des Bâtards, qu'ils
sont ordinairement mauvais, mais qu'il s'en trouve quelque fois de
bons, & comme dit Ammian Marcellin, [24]_Inter Vepres rosæ nascuntur, &
inter feras nonnullæ mitescunt._

Theodore, Précepteur de l'Empereur Constantin _Porphirogenite_, s'est
avisé, par un dessein singulier & bizarre, d'écrire une Apologie, _pro
Eunuchismo & Eunuchis_, mais on regarde cet Ouvrage de la même maniére
qu'on regarde l'Eloge de Busiris par Isocrate, celui de Néron, & celui
de la Goutte par Cardan; Celui de la pauvreté par Synesius; celui de
l'aveuglement par Passerat; Celui de la laideur & de la fiévre quarte,
par Favorin; Celui de la peste par Prævidelli; celui de la guerre par
Balth. Schuppius; Celui de l'injustice par Glaucon; celui de la folie
par Erasme; celui de la Goinfrerie par Lucien; celui de l'Asne & celui
de la Vermine par Heinsius, celui du rien & du néant par Schuppius, par
Passerat, & par Duverdier le jeune; Et la magnifique Doxologie du fêtu
par Sébastien Rouillard. Ces gens là ont entrepris de louer ce que toute
la terre méprise & blâme, s'imaginant que cette singularité exciteroit
la curiosité & l'admiration des lecteurs. Mais tous ces livres n'ont
point rendu les sujets qu'ils ont traitez plus louables, ni plus
légitimes; Et celui qui a pour titre _de Multibibus_ imprimé à
Oenozythople sous les auspices de Dionysius Bacchus, n'a pas authorisé
les beaux droits & les plaisans priviléges des yvrognes qu'il étale avec
beaucoup d'éxactitude & de pompe. On a beau faire des apologies pour
cette ridicule, injuste & barbare coûtume de faire des Eunuques, il n'y
a personne dans le Christianisme qui ne le déteste, & qui dans
l'occasion ne s'écriât à l'encontre comme fit autrefois
Seneque, [25]_Principes viri_, disoit-il, _contra naturam divitias suas
exercent, excisorum greges habent, exoletos suos, ut ad longiorem
patientiam impudicitiæ idonei sint; & quia ipsos pudet viros esse, id
agunt, ut quam pauci viri sint. His nemo succurit delicatis & formosis
debilibus._



CHAPITRE III.

_Combien il y a de différentes sortes d'Eunuques._


Jesus Christ lui-même nous apprend combien il y a des differentes sortes
d'Eunuques; _Il y en a_, dit il[26], _qui sont nez tels dès le ventre de
leur mére; Il y en a qui ont été faits Eunuques par les hommes. Et il y
a encore des Eunuques qui se sont faits Eunuques eux-mêmes pour le
Royaume des Cieux._ Mais la subtilité des hommes, & l'événement, ont
donné lieu à des distinctions moins générales. Les diverses questions
qui concernent le mariage de gens accusez d'être Eunuques, & la
restitution de la dote de la femme, ont obligé à éxaminer les Eunuques
de près; & comme on en a trouvé de diverses espéces, on en a fait des
Classes différentes. Les Jurisconsultes en font quatre. La premiere est
de ceux qui sont nez tels; qui sont Eunuques proprement & absolument
ainsi nommez. La seconde est de ceux auxquels, soit malgré eux, soit de
leur consentement & par leur propre fait, on a retranché tout ce qui
fait l'homme & sa virilité, qui ne peuvent en faire aucun acte, qui sont
obligez, de rendre leur urine par un tuyau de métail qu'on leur attache
à la place de celui que la Nature leur avoit donné & qu'on leur a coupé;
Cela arrive quelquefois à des gens travaillez de quelque maladie qui
oblige le Chirurgien à leur faire cette triste operation; mais cela se
pratique aussi sur des hommes sains comme nous le verrons dans la suite;
C'étoit autrefois une des fonctions de la Médecine comme on le voit au
§. 8. de la loi 7. _ad legem Aquiliam_. Et au commencement de la loi 8.
du même tître & sur tout au §. 2. de la loi. 4. ff. _ad legem Corneliam
de sicariis & veneficiis_, où il est expressément deffendu aux Médecins
de faire de semblables opérations. La troisiéme Classe est de ceux
auxquels on froisse tellement les Cremastéres qu'ils disparoissent, &
qu'il semble qu'ils soient évanouïs; La veine qui leur portoit l'aliment
étant retranchée, ils se flétrissent, ils se séchent & se réduisent à
rien. Cette opération se fait ordinairement en mettant le patient dans
un bain d'eau tiéde afin d'amolir ces parties, & de les rendre plus
maniables & plus propres à se dissoudre; Après qu'il y a été quelque
tems, on lui presse les veines du cou qu'on nomme Jugulaires, & par là
on le rend stupide et aussi insensible que s'il étoit tombé en
apopléxie, alors il est aisé de le mutiler sans qu'il en sente rien:
Cela se fait ordinairement dans la grande jeunesse par la mére ou par la
nourrice. On lui faisoit prendre autrefois une certaine quantité
_d'Opium_, & lors qu'il étoit accablé de sommeil on lui coupoit, ou on
lui tiroit une partie que la nature a pris beaucoup de soin à fabriquer;
mais comme on a remarqué que la plûpart de ceux qu'on _Eunuchisoit_
ainsi mouroient, par ce Narcotique, on s'est avisé de l'autre moyen dont
je viens de parler. Les Perses & diverses autres Nations, ont des
maniéres de faire, ou de couper les Eunuques, différentes de celles dont
on se sert en Europe. Je dis de faire, car ce n'est pas toujours en
coupant qu'on Eunuchise; La ciguë & diverses autres herbes font le même
office, comme on peut le voir dans l'Ouvrage de Paul Æginette qui traite
éxactement cette matiére, sur tout dans le Livre sixiéme de ce docte &
curieux Traité. Cette troisiéme sorte d'Eunuques sont ceux qu'on appelle
en Droit _Thlibiæ_. Ceux qu'on nomme _Thlasiæ_, sont à peu près de la
même qualité, toute la difference qu'il y a, c'est qu'on se contente de
leur couper les veines qui servent à fortifier les parties viriles, de
sorte qu'elles restent bien à la vérité, mais si flasques & si flêtries
qu'elles ne sont d'aucun usage; La quatriéme Classe, enfin, est de ceux
qu'on appelle _Spadones_, qui sont nez si mal conformez, ou d'un
tempérament si froid, ou qui le sont devenus par quelque incommodité,
qu'ils sont incapables de contribuer à la génération. Quoi que ces
quatre espéces soient fort différentes entr'elles, & que la derniére
soit la plus favorable & la moins malheureuse, cependant les
Jurisconsultes ont trouvé à propos de les comprendre toutes sous le nom
de _spado_, ce qui est assez singulier, comme je viens de le dire, puis
que la maxime triviale de droit porte que _denominatio fit à potiori_.
Et qu'à proprement parler, ceux qu'on appelle _spadones_ ne sont point
Eunuques, puis que par la vertu de la Nature, ou par le secours de
l'Art, ils peuvent être remis dans un état parfait; D'ailleurs,
_specialia generalibus insunt_, [27]& comment sous le nom de _spado_ qui
n'est pas proprement un Eunuque, peut on comprendre ceux qui le sont
réellement & de fait, & sans espérance de retour. Il me semble que
_nomina debent esse convenientia rebus_ comme ils le disent eux-mêmes; &
que celui ci convient peu à toutes les espéces qu'il renferme; Quoi
qu'il en soit, ils l'ont ainsi voulu; [28]_spadonum generalis appellatio
est, quo nomine tam hi qui naturâ Spadones sunt; item Thlibiæ Thlasiæ
sed & si quod aliud genus spadonum est continentur_.

Il y a diverses autres sortes d'Eunuques; il y en a qui sont appelez de
ce nom, _catachresticé_, parce qu'ils possédent les Charges ou les
Dignitez qui étoient données originairement aux Eunuques; Il y en a
d'autres qui sont appellez de ce nom par figure, parce qu'ils sont
chastes & qu'ils ne se servent pas plus de leurs parties viriles que
s'ils n'en avoient point.

Toutes ces sortes d'Eunuques ont un nom général par lequel on prétend
qu'ils ont tous été désignez, c'est le nom de _Bagoas_. Ce nom est celui
du personnage qui représente l'Eunuque que Diocles prétend exclurre de
la profession de Philosophe, dans le dialogue de Lucien. Il y a eu un
fameux Eunuque de ce nom qui étoit à Darius & dont après la mort de ce
Prince on fit present à Aléxandre le Grand. Il étoit beau par
excellence, & Alexandre l'aima autant que Darius l'avoit aimé.
Quinte-Curce en fait l'Histoire en différens endroits[29] de la Vie de
son Héros, & j'aurai occasion d'en parler dans la suite de cet Ouvrage.
L'Eunuque d'Olopherne, Général de Nabucodonosor, qui assiégea Bethulie &
à qui Judith coupa la tête; Cet Eunuque, dis je, qu'Olopherne employa
pour disposer Judith à passer la nuit avec lui & qui la conduisit en
effet dans sa tente, s'appelloit Bagoas; quoi que quelques versions, &
entr'autres celle de Mrs. de Port-Royal l'appelle Vagao. Quoi que ce nom
ait été le nom de plusieurs particuliers , cependant Gilbert Cousin, ou
en Latin _Cognatus_, dont l'Illustre M. Baile a fait un article dans le
tome premier pag. 974. de son Dictionaire, dit dans la remarque qu'il a
faite sur ce mot _Bagoas_ qui se trouve dans Lucien, que dans une Langue
barbare il signifie en général un Eunuque; & il insinuë par là que
Lucien ne se sert de ce nom _Bagoas_ que parce que c'est un nom qui
comprend tout le genre Eunuque. [30]Et il confirme son sentiment par ce
Vers d'Ovide,

    _Quem penes est dominam servandi cura Bagoæ._

Il est certain que parmi les Babyloniens Bagoas signifie un Eunuque. Il
y en a eu un aussi de ce nom qui a été Eunuque, & dont Plutarque dit
beaucoup de choses plus dignes pourtant du silence que de nôtre
curiosité. Quelques Sçavans croyent que ce Bagoas dont parle Lucien
étoit un homme qui avoit la mine si disgraciée qu'on le prenoit pour
Eunuque. Quintilien parle d'un Bagoas & il y a apparence qu'il se sert
de ce nom comme d'un nom commun à une espèce d'hommes, [31]car il parle
en même tems de Megabyse & de Doriphoron, or il est certain que Megabyse
est un nom commun aux Prêtres de Diane, [32]ils devoient être tous
Eunuques parce qu'ils avoient la garde des filles qui lui étoient
consacrées; Et Doriphoron signifie un homme qui porte une lance; Il est
vrai qu'il désigne aussi cette statuë si admirable d'un jeune homme bien
fait qui étoit armé d'une lance que Policlete avoit fait, dont il étoit
amoureux, & qu'il appelloit sa Maîtresse; mais il suffit qu'il marque
aussi un nom général, sous lequel tout homme portant une lance est
désigné.



CHAPITRE IV.

_Des Eunuques qui sont nez tels._


Il semble qu'il ne soit point impossible que certaines créatures
humaines viennent au monde destituées des parties qui servent à la
génération. On voit tous les jours des enfans qui naissent sans yeux,
sans oreilles, sans mains, ou sans quelqu'autre partie du corps, il peut
aussi aisément arriver que quelques-uns naissent dépourvûs de celles
dont il est ici question. La Nature qui produit tous les jours tant de
monstres pourroit bien en former un de cette espéce; cependant les
Naturalistes disent qu'il n'y en a point d'éxemple. Et en effet, Pline
qui rapporte éxactement & amplement[33] les figures humaines
monstrueuses dont le nombre & la diversité sont grands parmi tous les
Peuples, ne parle point de celles dont il s'agit ici; Je puis dire
néanmoins que j'en ai vû une, & peut être a-t-elle été vûë de toute
l'Europe; car ses parens ayant remarqué que le Public avoit de la
curiosité pour un corps humain aussi singulier que l'étoit celui dont je
vai parler, & qu'ils pouvoient amasser beaucoup d'argent en le menant de
lieu en lieu & de Païs en Païs, l'ont sans doute porté par tout. Il
étoit à Berlin en l'année 1704. C'est un cul de jatte qu'un homme
portoit sur le dos dans une boëte; avec cette différence, qu'au lieu que
ceux qu'on nomme ainsi n'ont ni jambes, ni cuisses, dont ils puissent se
servir, & qu'ils marchent sur leur derriére enfermé dans une jarre,
celui-ci n'a pas même un derriére, c'est à dire de fesses; Il a la tête
bien faite, le visage beau & doux, le tein brun & les cheveux chatains;
mais quoi qu'il ait eu alors plus de vingt ans, il n'avoit point de
barbe, ni aucune apparence qu'il en auroit un jour. Il avoit des bras &
des mains fort bien proportionnez, son corps étoit assez bien fait, il
étoit de la hauteur d'environ deux à trois pieds; c'étoit par le bout
d'en bas une espéce de tronc, il marchoit avec ses mains; il avoit deux
conduits comme les autres hommes par lesquels la nature se déchargeoit
de ses excrémens, celui de devant étoit fort court & fort petit, & au
dessous il y avoit un suspensoire flasque & flêtri dans lequel il n'y
avoit aucun Crémastére. Je m'informai fort particuliérement de ses
parens s'il étoit né ainsi, ils m'assurérent qu'il étoit absolument tel
que la nature l'avoit formé. Comme je sçai qu'il ne faut pas toûjours
mal juger de la virilité d'un homme, lors qu'on ne lui trouve point de
Crémastére au dehors, parce qu'il arrive quelque fois que quoi qu'ils
soient demeurez au dedans, & qu'ils ne soient point descendus dans les
suspensoires par des obstacles qui se sont opposez à leur sortie, les
hommes, néanmoins, qui les ont ainsi cachez ne laissent pas d'être aussi
parfaits que ceux qui les ont au dehors: qu'ils sont forts & vigoureux,
& qu'ils ont tous les autres signes nécessaires pour prouver la virilité
de l'homme, j'éxaminai fort éxactement ce cul de jatte, & lui trouvant
d'ailleurs toutes les marques d'un véritable Eunuque, j'en conclûs qu'il
l'étoit en effet & qu'il a été produit tel par la nature dans le sein de
sa mére. Ainsi voila une preuve qu'il y a des Eunuques qui naissent
tels, quoi qu'en disent les Naturalistes, & particuliérement Pline dans
le chapitre second du septiéme livre de son Histoire du Monde.



CHAPITRE V.

_Pourquoi on fait des Eunuques._


S'il est vrai que Semiramis ait été la premiére qui se soit avisée de
faire faire des Eunuques, & que la raison qu'on en rapporte soit
certaine, la premiére cause de cette mutilation a été la jalousie de
cette Reine, qui après s'être servie des hommes les mieux faits de son
Armée, les fit châtrer, de peur qu'ils n'allassent encore depuis servir
au divertissement de quelqu'autre femme. Mais sans m'arrêter aux
conjectures, voici d'autres causes plus sûres de cet usage.

Les Eunuques ont été faits pour être la garde des filles & des femmes,
pour observer leur conduite, & pour empêcher qu'elles ne fissent rien de
contraire à la chasteté ou au devoir conjugal; c'est apparemment à cet
usage que l'Eunuque a proprement été destiné, le mot même le fait
connoître, car il signifie, _garde lit_, ou _garde chambre_. C'est
encore pour cet usage qu'on en fait dans l'Orient. Mais depuis, les
hommes qui n'en avoient que pour en faire un usage légitime, en ont
abusé & en ont fait faire pour servir à des usages sales & criminels.
Ils choisissoient dans cette vûë les plus beaux garçons qu'ils
trouvoient depuis l'âge de quatorze ans, jusqu'à l'âge de dix-sept ans.
Saint Grégoire de Nazianze s'en plaint amérement dans la Vie de Saint
Basile, & dans son Oraison trente & uniéme. Mais il faut que cette
infâme coûtume soit beaucoup plus ancienne, car Juvenal déclame contre
cet abus dans l'une de ces[34] Satyres; disant.

    -------- _Nullus Ephebum
    Deformem sæva castravit in arce Tyrannus._

Il est vrai qu'ils en ont fait faire pour servir de victimes qu'ils
offroient à des Divinitez; c'est contre cette horrible coûtume que Saint
Augustin, qui reléve, qui condamne & qui réfute les ridiculitez, les
infamies, les cruautez de la Religion des Payens, se déchaîne dans son
excellent Livre[35] de la Cité de Dieu. Il falloit même que les Prêtres
fussent Eunuques, afin, disoit on, de s'employer aux choses Sacrées plus
purement et plus chastement. C'étoit sur tout la pratique des
Athéniens; [36]les Prêtres de la Diane d'Ephese étoient aussi obligez
d'être Eunuques.

La Religion Chrétienne a eu ses Eunuques malgré elle, & quoi qu'elle les
abhorre, un certain Valesius Arabe de Nation, forma une Secte qui
soûtint que bien loin que la mutilation fût un obstacle au Sacerdoce,
comme le Concile de Nicée l'avoit déclaré, il étoit au contraire
absolument nécessaire d'être Eunuque pour l'éxercer. Non seulement ils
pratiquoient sur eux-mêmes le cruel éxemple d'Origéne, mais même ils
réduisoient dans ce triste état tous ceux qui tomboient entre leurs
mains; cette Hérésie est la cinquante-huitiéme de celles que Saint
Epiphane réfute.

Depuis on a fait des Eunuques pour avoir des gens qui eussent la voix
belle & qui pussent la conserver long tems. Macrobe rend d'amples & de
bonnes raisons pour lesquelles les Eunuques ont la voix belle, au
chapitre cinquante-deuxiéme de ses Saturnales. C'est principalement le
but que les Italiens se proposent encore aujourd'hui lors qu'ils font
châtrer des jeunes gens.

L'avarice a poussé des gens à faire des Eunuques pour en trafiquer.
Quelques Rélations de Voyageurs nous apprennent, que dans le Royaume de
Boulan seul, on fait tous les ans vingt mille Eunuques qu'on envoye
vendre en divers autres Etats. L'Histoire de Panione de l'Isle de Chio,
que je rapporterai dans la suite, fera voir que ce commerce n'est pas
nouveau. [37] On fait Eunuques des gens qu'on veut plonger dans la honte
& dans l'ignominie, soit qu'ils ayent été lâches à la Guerre & qu'on
veuille les en punir, soit qu'on veuille les noter d'infamie pour
quelqu'autre cause que ce soit. Mais voici de plaisans motifs de faire
des Eunuques; c'est la raillerie, le ressentiment & l'insulte; On lit
une Histoire assez divertissante rapportée sous le Régne de Henri I. qui
en est une preuve; «Les Grecs faisoient la Guerre au Duc de Benevent &
le traitoient assez mal; Thedbald Marquis de Spolette son Allié étant
venu à son secours & ayant fait quelques prisonniers, ordonna qu'on leur
coupât les parties qui font les hommes & les renvoya en cet état au
Général Grec, avec ordre de lui dire qu'il l'avoit fait pour obliger
l'Empereur, qu'il sçavoit aimer beaucoup les Eunuques, & qu'il tâcheroit
de lui en faire avoir bientôt un plus grand nombre; le Marquis se
préparoit à tenir sa parole, lors qu'un jour une femme, dont ses gens
avoient pris le mari, vint toute éplorée dans le Camp, & demanda à
parler à Thedbald; Le Marquis lui ayant demandé le sujet de sa douleur;
Seigneur, répondit-elle, je m'étonne qu'un Héros comme vous s'amuse à
faire la guerre aux femmes lors que les hommes sont hors d'état de lui
résister; Thedbald ayant repliqué que depuis les Amazones, il n'avoit
pas ouï dire qu'on eût fait la guerre à des femmes; Seigneur repartit la
Grecque, peut-on nous faire une guerre plus cruelle, que de priver nos
maris de ce qui nous donne de la santé, du plaisir, & des enfans; Quand
vous en faites des Eunuques, ce n'est point eux, c'est nous que vous
mutilez; Vous avez enlevé ces jours passez nôtre bétail & nôtre bagage,
sans que je m'en sois plainte; mais la perte du bien que vous avez ôté à
plusieurs de mes compagnes étant irréparable, je n'ai pû m'empêcher de
venir solliciter la compassion du Vainqueur. La naïveté de cette femme
plût si fort à toute l'Armée, qu'on lui rendit son mari, & tout ce qu'on
lui avoit pris. Comme elle s'en retournoit, Thedbald lui fit demander ce
qu'elle vouloit qu'on fît à son mari, au cas qu'on le trouvât encore en
armes. Il a des yeux, dit-elle, un nez, des mains, des pieds, c'est là
son bien, que vous pouvez lui ôter, s'il le mérite; mais laissez lui,
s'il vous plaît, ce qui m'appartient.» Apparemment que la femme dont
Plaute parle dans son Mercator[38], n'étoit pas de cet avis, ou qu'en
tout cas elle regardoit ce bien â elle appartenant, comme un bien de
petit rapport & de peu de valeur, car son mari craignoit qu'elle même ne
s'en privât,

    _Quasi hircum metuo ne uxor me castret mea._

Les Adultéres étoient faits Eunuques pour peine de leur crime; je
pourrois le faire voir par plusieurs éxemples, mais j'en rapporterai
trois seulement qui sont précis, l'un sera tiré de Valére Maxime[39], il
y est dit que Vibienus & Publius Cernius ayant surpris l'un Carbo
Accienus, & l'autre Pontius en adultére ils les firent châtrer; L'autre
est contenu dans Martial,[40]

    _Uxorem armati futuis, puer Hyle, Tribuni,_
    _Supplicium tantum dum puerile times._
    _Væ tibi, dum ludis, castrabere. Jam mihi dices,_
    _Non licet hoc. Quid, tu quod facis Hyle licet?_

Le troisiéme & le principal est l'éxemple d'Abelard; ce Docteur amoureux
ayant abusé d'Héloïse qu'on lui avoit donnée à instruire, les parens de
cette fille lui firent couper les parties viriles avec lesquelles il
avoit deshonoré leur famille; Ils allérent jusqu'à la racine du mal &
l'arrachérent de telle forte qu'ils ôtérent au coupable le pouvoir de la
rechute.[41]

Cela étoit passé en loi parmi les Gaulois. _La Loi_ Salique tit. 29. _de
Adult. Ancillor_. porte cette décision _servus qui cum aliena ancilla
mœchatus fuerit, ea mortua, castretur_. On peut dire aussi que cela
étoit fondé sur cette loi de l'équité, qui dit que la peine doit être
infligée à celui des membres du corps qui a été l'instrument, ou le
complice du crime. [42]Job raisonnoit sur ce principe lors qu'il disoit,
_si j'ai levé la main sur le Peuple, &c. que mon épaule tombe étant
desunïe de la jointure, & que mon bras se brise avec tous ses os_.

On faisoit aussi Eunuques les Esclaves qui avoient dérobé; voici les
termes de la même Loi Salique. Tit. 13. de furt. servor _servi qui
quidpiam valens quadraginta denarios furati essent, castrari Jubebantur
in pœnam, &c._

La nécessité contraint aussi quelquefois de faire des Eunuques; Il se
trouve souvent des hommes attaquez de tels maux que le Médecin est
obligé d'ordonner cette opération, & le Chirurgien de la faire. La
maladie est la cause de ce malheur, & bien loin que ceux qui ont ce
sujet d'affliction doivent être regardez de mauvais œil, ils doivent
au contraire être plaints & consolez.

On a fait des Eunuques par représailles & en vertu de la Loi du
Talion. [43]Herodote nous l'apprend d'une maniére fort agréable par un
éxemple curieux; «Hermotime Pedasien qui étoit, dit-il, le plus
considérable des Eunuques de Xerxes, fut de tous les hommes celui qui se
vengea le mieux de l'injure qui lui avoit été faite. Après avoir été
pris il fût vendu à Panione de l'Isle de Chio qui faisoit négoce
d'Eunuques, & qui faisoit châtrer tous les beaux garçons qu'il achetoit
pour les vendre ensuite bien chérement à Sardis & à Ephese; parce que
parmi les Barbares on estimoit plus les Eunuques que les autres, à cause
de leur fidélité & de la confiance qu'on pouvoit prendre en eux pour
toutes choses; Comme, dis-je, ce Panione à qui Hermotime fut vendu,
vivoit de l'infame commerce qu'il faisoit des Eunuques, il fit couper
Hermotime de même que plusieurs autres: Mais Hermotime ne fut pas
malheureux à tous égards, car ayant été mené de Sardis au Roi avec
d'autres présens, il aquit avec le tems plus de faveur & de crédit
auprès du Roi que pas un des autres Eunuques: Lors que le Roi fit partir
ses troupes de Sardis pour aller à Athenes, Hermotime fut envoyé pour
quelque affaire dans un endroit de la Mysie nommé Atarne, où il trouva
Panione, qu'il reconnut, & l'ayant abordé il lui parla avec toute sorte
de douceur, d'honnêteté & de témoignage d'amitié; Il lui dit
premiérement qu'il possédoit par son moyen tous les biens qui lui
étoient arrivez, & ensuite il lui promit de lui donner des marques de
reconnoissance pour ce bienfait, s'il vouloit venir avec les siens,
demeurer dans sa maison; Panione se laissa persuader par ce discours &
amena librement sa femme & ses enfans chez Hermotime; Mais il n'y fut
pas si-tôt arrivé qu'Hermotime lui parla en ces termes, _Oh le plus
méchant de tous les hommes qui as jusqu'à présent gagné ta vie du plus
détestable de tous les commerces. Quelle injure as tu reçûë, toi ou ceux
de ta maison, ou de mes parens, pour m'avoir réduit en ce misérable état
dans lequel, d'homme que j'étois je ne suis maintenant ni homme, ni
femme? Pensois tu que les Dieux ne vissent pas ce que tu faisois alors?
Comme ils sont justes & équitables, infame artisan de malheurs, ils
t'ont mis aujourd'hui en ma puissance pour mesurer ton châtiment par
tes mauvaises actions_. Quand il eut fait ces reproches à ce misérable,
il fit amener devant lui quatre enfans qu'il avoit, & le contraignit de
les châtrer; Et quand il eut obéi il obligea ses enfans de couper
eux-mêmes les parties de leur Pére. Telle fut la vengeance d'Hermotime &
telle fut la punition de Panione.» Quelques-uns ont crû qu'il les avoit
poussez trop loin & qu'il s'étoit fait justice à lui même. La vengeance
de Narses fut bien plus importante présupposé qu'elle soit véritable,
car Baronius & plusieurs Auteurs en doutent. Narses ayant vaincu les
Barbares & les Gots, & s'étant rendu auprès de l'Empereur Justinien,
l'Impératrice Sophie envoya ce Capitaine parmi ses femmes pour filer
avec elles, & pour se railler de lui parce qu'il étoit Eunuque. Ce
mépris ayant excité la colére & l'indignation de Narses l'obligea à dire
ces mots, _Je filerai une trame que ton mari ne saura défaire_. En
effet, dans la suite il mit les Lombards hors de la Jurisdiction de
l'Empire. D'ailleurs, j'avouë que je ne vois rien de plus juste que le
ressentiment d'Hermotime, & que la peine que méritoit Panione, non
seulement pour l'avoir châtré, mais pour en avoir châtré un million
d'autres pour satisfaire à son commerce & à son avarice, ne pouvoit être
trop grande. Hermotime étoit fondé en Loi; la Loi du Talion a toûjours
été établie, on la voit dans la Loi des douze Tables en termes
précis, [44]_pœna autem injuriarum ex lege duodecim Tabularum propter
membrum quidem ruptum Talio erat_. L'Empereur Justinien a ordonné depuis
positivement la peine du Talion, ou de la pareille, contre ceux qui
feroient souffrir cette espéce de martire; [45] _Sancimus igitur_,
dit-il, _ut qui in quocunque reipublicæ nostræ loco, quamcumque personam
castrare præsumunt aut etiam præsumpserint, si quidem viri sint qui hoc
facere præsumpserint aut etiam præsumunt, idem hoc quod aliis feceruns &
ipsi patiantur_. Cette Loi est conforme à la droite raison; car comme
dit Ovide,[46]

    _Qui primus pueris genitalia membra recidit,_
        _Vulnera quæ fecit, debuit ipse pati._

Cependant, comme le Christianisme n'approuve point l'Eunuchisme, la Loi
du Talion a été abrogée à son égard par l'Empereur Leon, pour les
raisons sages & Chrétiennes qu'il en rend dans sa Constitution[47];

Il y a enfin des Eunuques qui se sont faits, ou fait faire Eunuques eux
mêmes par divers motifs que nous allons rapporter dans le chapitre
suivant.



CHAPITRE VI.

_Pourquoi quelques hommes se sont faits eux-mêmes, ou fait faire
Eunuques par d'autres._


Il y a eu des hommes qui se sont faits Eunuques par un esprit de
dévotion, dans la pensée de se rendre plus agréables à Dieu, & plus
capables de travailler à leur salut. Comme Origéne a été le premier, le
Pére pour le dire ainsi, & le Patriarche de ces sortes d'Eunuques, il
est bon de faire voir en peu de mots le véritable motif qui l'a fait
penser & agir d'une maniére si singuliére à cet égard. Je sçai bien que
Justin Martyr[48] parle d'un jeune homme d'Aléxandrie antérieur à
Origéne, qui pour faire voir que ceux qui accusoient les Chrêtiens de
commettre dans leurs Assemblées des saletez horribles, n'étoient que des
calomniateurs, présenta requête à Felix, Gouverneur de cette Ville, pour
obtenir de lui un Chirurgien qui le mit hors d'état d'être jamais
soupçonné d'aucune impureté; Mais comme Felix le lui refusa parce que
les lois Romaines le deffendoient, comme les Canons de l'Eglise le
deffendirent depuis, je crois avoir raison de mettre Origéne le premier
en ordre; parce que s'il n'a pas été le premier qui ait eu un semblable
dessein, au moins a-t-il été le premier qui l'ait éxécuté.

Origéne nâquit à Alexandrie l'an 185. de Jesus Christ. Son Pere nommé
Leonidas le fit étudier en Theologie, dans la connoissance de laquelle
il se rendit très-sçavant. Le témoignage de Saint Jerôme suffit pour le
prouver, car dans le tems même qu'il écrivoit le plus fortement contre
Origene il reconnoissoit qu'il avoit été un grand homme dès sa
naissance, [49]_Magnus vir ab infantia_; Il étoit si ardent à professer
la Religion Chrétienne, que la persécution s'étant élevée dans
Aléxandrie sous l'Empire de Severe l'an 202. de Jesus Christ, il voulut
courir au Martyre quoi qu'il ne fut âgé que de seize à dix sept ans; &
il y seroit allé si sa mére ne l'en eut empêché en le retenant par force
& par adresse. Ne pouvant donc le souffrir lui-même il exhorta son Pere
par lettres à l'endurer courageusement. En effet il eût la tête tranchée
& ses biens furent confisquez, de sorte qu'Origene fut réduit à la
derniere pauvreté. Une Dame riche d'Alexandrie en ayant eu pitié le
retira dans sa maison; Elle y avoit avec elle un fameux Hérétique
d'Antioche qu'elle avoit adopté pour fils, qui faisoit chez elle des
conférences auxquelles les hérétiques & les orthodoxes assistoient
indifféremment. Origene conversa bien avec lui, mais il ne voulut
jamais avoir de communication avec lui dans la priére, observant
religieusement les Réglemens de l'Eglise, & témoignant de l'horreur pour
la doctrine des Hérétiques;

Il souhaita de vivre indépendamment d'autrui, & en effet il se mit à
enseigner la Grammaire; & depuis, la chaire de l'Ecole d'Alexandrie
étant vacante elle lui fut donnée, & comme elle ne lui produisoit pas
suffisamment de quoi vivre, il vendit tous ses livres qui traitoient des
sciences prophanes, & se contenta de quatre oboles par jour que lui
donnoit celui qui les avoit achetez. Il commença alors à mener une vie
très-laborieuse & très-austere: & comme son emploi l'obligeoit à être
souvent avec des femmes qu'il instruisoit aussi bien que les hommes,
pour ôter aux Payens tout prétexte de soupçon de quelque mauvaise
conduite à cause de sa grande jeunesse; il se résolut d'éxécuter à la
lettre la perfection qu'il se persuadoit que Jesus Christ avoit proposée
dans ces paroles de l'Evangile. _Il y en a qui se sont faits Eunuques
eux mêmes pour le Royaume des Cieux._ Il tâcha de tenir cette action
secrette, il la cacha même à ses amis; mais il ne put empêcher qu'elle
ne fut sçuë. Demetrius Evêque d'Alexandrie en eut connoissance, loua son
zele, & l'ardeur de sa foi, mais il changea de langage bien après; car
la reputation d'Origéne s'étant répanduë en divers lieux où il étoit
allé, Demetrius écrivit contre lui & lui reprocha cette action qu'il
avoit louée. Il poussa sa passion si loin qu'il le fit chasser
d'Aléxandrie, le fit déposer dans un Concile d'Evêques d'Egypte, & même
excommunier, & écrivit par tout contre lui pour le faire rejetter de la
Communion de toutes les Eglises du monde. Ce narré tiré d'un Auteur[50]
authorisé par l'approbation du public & conforme à ce qu'en dit Eusebe,
refute & détruit ce que rapporte Saint Romuald sur ce sujet. Il dit[51]
que l'an 232. il s'éleva une sédition populaire dans Alexandrie contre
Origene qui l'obligea à se retirer ailleurs, laissant son disciple
Heracles en sa place de Recteur des Ecoles de la Ville. On ne sçait pas
bien, dit-il, la cause de cette sédition, les uns l'attribuent à la
publication qu'il avoit faite de son Periarchon, ou des principes, qui
étoit un vrai labyrinthe d'erreurs; & les autres aux efforts qu'il
faisoit pour persuader à ses disciples de l'imiter en se faisant
Eunuques comme lui, soit par le fer ou par la ciguë, afin d'énerver tout
à fait cette partie rebelle du corps, & se priver ainsi de tout
mouvement bestial de la chair. Il se range du second avis, parce,
dit-il, que ce fut à peu près dans ce tems que cette erreur se convertit
en hérésie, par le faux zéle de ce Valesius Arabe dont j'ai déja parlé,
& qui en fut le Propagateur[52]. Mais il est certain 1. qu'Origéne n'a
jamais fait de violence à personne, il a tenu son action secrette, & si
elle s'est divulguée ça été contre son intention; [53]2. Il l'a lui-même
condamnée depuis, c'est un fait que le même Auteur dont j'ai tiré
l'abregé de son Histoire remarque expressément; Eusebe son plus grand
Protecteur en parle d'une maniére qui fait voir qu'il en avoit honte; Il
avoit honte aussi d'avoir employé trop de tems à l'étude des sciences
profanes, & il s'en excuse dans le second livre de son apologie, ou de
sa deffense. [54]Les passages où Origene lui-même a condamné son action
sont dans son sermon 15. sur St. Matthieu, au ch. 19. V. 12. & dans son
ouvrage contre Celse, liv. 7. Il n'y a qu'à lire aussi ce qu'il dit dans
son Traité septiéme sur le Chapitre dix-huitieme de St. Matthieu pour
être convaincu qu'il a bien changé d'avis, voici ses termes; _Nos autem
si spiritales sumus verba spiritus spiritualiter accipiamus & de tribus
istis Eunuchizationibus ædificationem introducentes moralem. Eunuchi
nunc moraliter abstinentes se a veneriis sunt appellandi; Eorum autem
qui se continent differentiæ tres sunt_. Ceux qui sont Eunuques dès le
ventre de leur mére, sont, dit-il, ceux qui le sont par tempéramment,
qui sont nez froids ou impuissans; ceux que les hommes ont fait, sont,
ajoute-t-il, ceux qui le sont par raison, ce sont ces Philosophes qui
faisant profession d'une sagesse mondaine, s'abstiennent du commerce des
femmes par des maximes humaines, ou ceux ausquels une fausse honte, ou
les loix publiques les deffendent: Les Ecclesiastiques de l'Eglise
Romaine sont de ce nombre. Ceux enfin qui se font Eunuques pour le
Royaume des Cieux sont, dit-il, ceux qui sont chastes par vertu & par
pieté, pour être mieux disposez au service de Dieu, & dans l'intention
d'être mieux disposez au service de Dieu, & dans l'intention de lui être
plus agreables. [55]Socrate l'Historien dit qu'Origene, qu'il nomme
_Doctor Valde sapiens_, avoit reconnu que les préceptes de la Loi de
Moïse ne pouvoient pas s'entendre à la lettre & qu'il falloit leur
donner une explication plus sublime, & il ajoute que, _præceptum de
paschate ad altiorem divinioremque sensum traduxit_, ce qui fait voir
d'autant plus qu'Origene étoit revenu de l'ancienne erreur dans laquelle
il avoit été, qu'il falloit entendre à la lettre ce qui est contenu dans
le Vieux & dans le Nouveau Testament;

Valesius dont j'ai déja parlé vint après lui, & comme les disciples vont
toûjours au delà de leurs Maitres, (si tant est que Valesius qui n'étoit
qu'imitateur d'Origene, puis que cet ancien Docteur ne lui avoit jamais
enseigné ni recommandé cette cruelle doctrine, puisse ou doive passer
pour son disciple) enchérit beaucoup sur la pratique d'Origéne; car au
lieu qu'Origéne n'avoit considéré les paroles de Jesus Christ que comme
un Conseil, qu'il ne l'avoit pratiqué que _ad melius esse_ comme parlent
les Philosophes, par desir de parvenir à la perfection; & pour ôter à
ses ennemis tout prétexte de juger mal de ses conversations avec des
filles qu'il enseignoit, Valesius au contraire changea cette action
volontaire en action nécessaire, & forçoit tous ceux qui tomboient entre
ses mains à se faire Eunuques; car lors qu'ils ne vouloient pas le faire
eux mêmes il les y contraignoit, il les lioit sur un banc & leur coupoit
de ses propres mains leurs parties viriles, en leur disant qu'il falloit
accomplir à la lettre ce qu'avoit dit nôtre Seigneur, _Qu'il y avoit des
Eunuques qui s'étoient faits Eunuques pour le Royaume des Cieux_.

Cette secte qui fut appellée la secte des Valesiens, ou des Eunuques, ne
dura pas long tems; 1. parce qu'elle fut absolument condamnée par le
premier Concile général de Nicée à l'occasion de Leontius Prêtre qui
s'étoit fait Eunuque; 2. parce que ceux qui avoient subi la peine,
avoient souffert de si horribles douleurs, & avoient été si fort en
danger de mourir, que cela donna de la frayeur aux autres qui
abandonnérent cette secte; 3. & enfin, parce qu'étant deffendu par les
loix Romaines de se faire Eunuque, il falloit en demander la permission
au Magistrat Civil; on se fit une honte de faire cette démarche,
d'autant plus qu'on étoit en quelque sorte assuré d'être presque
toûjours refusé, témoin le refus qui fut fait à ce jeune garçon dont
Justin Martyr fait mention dans sa seconde Apologie à l'Empereur
Antonin, qui alla demander cette permission au Préfect Augustat, parce
que le Médecin ne vouloit pas mettre la main sur lui, _timore
pœnæ_. [56] Voila le commencement, le progrès, & la fin de cette
secte.

D'autres motifs ont succédé à ceux d'Origéne & de Valesius, & il y a eu
des gens qui se sont faits Eunuques eux-mêmes par des raisons
différentes. Tout le monde sçait l'histoire de Combabus, elle est dans
Lucien, mais l'illustre Monsieur Bayle l'a renduë fort publique
accompagnée de toutes ses circonstances dans son Dictionnaire
historique[57]. Combabus étoit un jeune Seigneur sçavant dans
l'Architecture, à la Cour du Roi de Syrie. Il fut choisi par ce Monarque
pour accompagner la Reine Stratonice dans un voyage assez long qu'elle
devoit faire, pour aller bâtir un Temple à Junon suivant les ordres
qu'elle en avoit reçûs en songe. C'étoit un très beau garçon, il crût
que le Roi concevroit infailliblement quelque jalousie contre lui, il le
supplia donc très instamment de ne lui point donner cet Emploi, &
n'ayant pû obtenir cette dispense il se compta pour mort s'il ne
prenoit garde à lui d'une maniére qui ne souffrit point de reproche. Il
obtint seulement sept jours pour se préparer à ce voyage; voici donc
quels furent ses préparatifs. Dès qu'il fut à son logis, il déplora le
malheur de sa condition, qui l'exposoit à la triste alternative de
perdre sa vie ou son séxe, & après avoir bien soûpiré il se coupa les
parties secrettes qu'on ne nomme pas, & les mit bien embaumées dans une
boëte qu'il cacheta; lors qu'il fallut partir il donna la boëte au Roi
en présence d'un grand nombre de personnes, & le pria de la lui garder
jusqu'à son retour. Il lui dit qu'il y avoit mis une chose dont il
faisoit plus de cas que de l'or & de l'argent & qui lui étoit aussi
chére que la vie. Le Roi mit son cachet sur cette boëte & la donna à
garder au Maître de sa garderobe. Le voyage de la Reine dura trois ans,
& ne manqua pas de produire ce que Combabus avoit prévû, de sorte que
l'évenement justifia la précaution qu'il avoit prise.

Cette action de Combabus produisit un autre motif de se faire Eunuque.
Ses amis intimes voulurent l'être pour le consoler de sa disgrace,
fondez sur cette ancienne maxime, que _c'est une consolation pour les
malheureux que d'avoir des compagnons de leur infortune_. Lucien ajoûte
que cette conduite des amis de Combabus a servi de fondement à une
coûtume qui s'observoit tous les ans, de mutiler plusieurs personnes
dans le Temple que Stratonice & Combabus avoient fait bâtir, & il dit
qu'ils se mutiloient, _sive Combabum consolantes, sive Junoni, &c._

Mais voici d'autres motifs bien différens de celui de Combabus & de ses
amis; un jeune Gentilhomme bien fait, ayant vaincu sa Maîtresse par ses
instances & par sa persévérance, ne pouvant par un malheur qui lui
arriva, profiter de sa Conquête, parce qu'il ne fut pas le Maître des
instrumens de sa passion; qui ne voulurent pas lui obeïr, & qui furent
de glace pendant que son cœur étoit embrasé, mortifié de cette triste
avanture, il se les coupa, dès qu'il fut de retour au logis, & les
envoya à sa Maîtresse comme une victime sanglante capable d'expier
l'offense qu'il lui avoit faite. Montagne qui rapporte l'histoire[58]
fait cette exclamation, _si ç'eût été par discours & Religion comme les
Prêtres de Cybele, que ne dirions-nous d'une si hautaine entreprise!_

Le même Montagne raconte l'action d'un païsan de son voisinage, qui se
fit Eunuque par une raison bien différente; ce fut par chagrin contre sa
femme, & par emportement. Ce bon homme rentrant dans sa maison, sa femme
qui étoit jalouse de lui à outrance, & qui le tourmentoit sans cesse,
lui ayant fait un mauvais accueil à son ordinaire, fondé sur les
soupçons que sa jalousie lui donnoit, il se coupa, avec la serpe qu'il
tenoit, les parties qui lui donnoient de l'ombrage & les lui jetta au
nez.

Voici une autre espéce de gens qui se font Eunuques; ce sont des hommes
qui craignent la lépre ou la goutte, & qui pour jouïr de l'avantage
qu'il y a à en être éxempt, aiment mieux perdre ceux qu'ils pourroient
tirer de leurs parties viriles. Il est certain que la lépre n'attaque
point les Eunuques: outre l'expérience voici ce que Mr. le Prêtre
conseiller au Parlement de Paris en rapporte dans les _Questions
Notables de droit_. [59]_Antipathia verò Elephantiasis veneno resistit;
Hinc Eunuchi, & quicumque sunt mollis, frigidæ & effœminatæ naturæ,
nunquàm aut rarò lepra corripiuntur; & quidem quibus imminet lepræ
periculum de consilio medicorum, sibi virilia amputare permittitur. c.
ex pars._ 11. _ex. de corpor. vitiatis ordinandis, vél non; Quod etiam
aliquando permiserunt nonnulli leprosis ministrantes, manifesto
experimento, magnoque vitæ & sanitatis commodo._ [60]Mézeray dit, dans la
Vie de Philippe Auguste, _qu'il a lu qu'il y avoit des hommes qui
apprehendoient si fort la ladrerie, cette vilaine & honteuse maladie,
qu'ils se châtroient pour s'en préserver_.

Les Eunuques ne sont jamais chauves, parce qu'ils ont le cerveau plus
entier que les autres hommes à qui Venus en fait perdre une bonne
partie, leur semence tirant de là sa principale origine. Ils sont aussi
éxempts de la goutte, Hyppocratest[61], & [62]Pline en rendent de très
bonnes raisons. Cœlius Rhodiginus, le dit aussi au chapitre trentiéme
du livre quinziéme, _lectionum antiquarum_; Et dans quelqu'autre endroit
de ce même Ouvrage il dit, que les Eunuques seuls sont éxempts d'être
offensez de certaine vapeur qui sort de la terre en quelques lieux de
l'Egypte, avec une telle puanteur qu'elle fait mourir toute autre sorte
de personnes. C'est apparemment la même chose que ce qui est rapporté
par Ammian Marcellin[63], & par Dion dans la Vie de Trajan touchant la
grotte de Hierapoli. Il y a, disent-ils, une citerne close de toutes
parts, sur laquelle on a bâti un Theatre, de dessous lequel il sort un
vent si pernicieux à toutes sortes d'animaux qu'ils meurent incontinent,
après en avoir été atteints, excepté les hommes châtrez qui ne se
sentent point du tout de la malignité de ce vent.

D'autres se sont faits Eunuques par fantaisie & par folie, témoin cet
Athée qui n'en avoit point d'autre raison que son caprice, & qui le fit
par pure extravagance. Témoin encore plusieurs autres dont les noms &
l'histoire sont rapportez dans l'excellent Ouvrage de Theodore Zuinger
intitulé, _Theatrum Vitæ humanæ_.[64]

Il y a des gens, enfin, qui se font Eunuques, parce qu'étans condamnez à
la mort ils craignent l'infamie ou les douleurs du supplice & veulent
les prévenir par cette opération qui les tuë infailliblement, parce
qu'elle est mal faite & mal dirigée. D'autres étans accusez de crimes
graves & énormes craignent d'être appliquez à la question, & pour éviter
cette terrible épreuve & la confession qu'elle extorqueroit de leur
bouche, ils s'ôtent la vie par cette mutilation.



CHAPITRE VII.

_Des Eunuques ainsi nommez à cause de leurs Emplois; Et de ceux qui le
sont dans un sens figuré._


Ceux qui ont rempli des dignitez qui avoient été originairement occupées
par des Eunuques, ont été eux-mêmes appellez Eunuques, de la même
maniére que ceux qui occupent dans les Tribunaux & dans les Conseils,
les places qui n'étoient autrefois données qu'à des vieillards sont
encore appellez aujourd'hui Sénateurs. Les Eunuques avoient divers
Offices & faisoient des fonctions différentes dans les Cours des
Princes. Ceux qui ont succédé à ces Offices ont été appellez Eunuques, &
c'est en ce sens qu'il est parlé dans l'Ecriture Sainte des Eunuques de
Pharao Roi d'Egypte, de David, des Rois d'Israël, des Rois de la Judée,
d'Assuerus Roi de Perse, des Rois de Babilone, de celui de la Reine de
Candace; & du Président, ou de l'Intendant des Eunuques. On peut dire
même que ce mot, _Eunuque_ étoit autrefois un terme général qui
signifioit toutes sortes d'Officiers des Rois ou des Princes de quelque
qualité & de quelqu'ordre que fussent ces Officiers. Ces Eunuques
n'étoient ainsi appelez que parce qu'ils représentoient dans leurs
Emplois les Eunuques proprement ainsi nommez qui y avoient été leurs
predécésseurs. Les premiers étoient Eunuques, _ratione impotentiæ &
ademptæ virilitatis_; les autres ne l'étoient que _ratione officii_.
Putifar, par éxemple, qui étoit l'Eunuque de Pharao, ne l'étoit que
parce qu'il possédoit une Charge qui n'avoit été occupée jusques là que
par des Eunuques. On n'en peut point douter, puis que Putifar avoit une
femme, & une fille nommée Asenech, que l'on a crû avoir été mariée à
Joseph. Nous verrons plus particuliérement dans la suite quels postes ou
plûtôt quels rangs, les Eunuques tenoient dans les Cours de ces Rois &
de ces Princes, & dans d'autres Cours dans lesquelles ils étoient
établis; voyons présentement ce que c'est qu'un Eunuque, ce mot étant
pris dans un sens figuré.

On appelle Eunuque un homme chaste, qui vit sagement dans le Célibat.
Tels étoient les Juifs Esseniens dont parle Joseph l'Historien[65] & ces
Juifs Pharisiens qui demeuroient dans la continence, & qui se faisoient
pour cela des violences ridicules & superstitieuses, qui gardoient
dis-je la virginité pendant plusieurs années pour le Royaume des Cieux,
dans la pensée qu'ils le méritoient & qu'ils se l'aqueroient par cette
voye. Il y a plusieurs Interprétes très sensez qui croyent que quand
Jesus Christ dit dans Saint Matthieu qu'il y a des Eunuques qui se sont
faits Eunuques eux-mêmes pour le Royaume des Cieux, il fait allusion à
ces deux Sectes de Juifs. Qu'il n'entend point prescrire aux Chrétiens
ce qu'ils doivent faire à cet égard, mais qu'il leur parle de ce qui
s'étoit pratiqué jusqu'alors dans le Judaïsme depuis que la République,
& la Religion corrompuë étoient passées aux Juifs. Il blâme la témérité
de ces gens qui se faisoient Eunuques, pour le dire ainsi, dans la vûë
de gagner le Paradis par-là, soit en demeurant Eunuques pendant un
certain tems, comme si la continence n'étoit pas au dessus des forces
humaines, & comme si ce n'étoit point un don de Dieu qu'il accorde à peu
de gens. En effet il ne dit pas aux Chrétiens qu'il y en aura qui se
feront Eunuques, ou qu'il doit y en avoir qui doivent se faire Eunuques,
mais qu'il y en a qui se sont faits Eunuques par le passé. Le mot[66]
Grec qui est employé dans l'Original est un prétérit, ce qui marque non
ce qui se pratiquoit parmi les Chrétiens, ou ce qui devoit se pratiquer
à la suite parmi eux, mais ce qui s'étoit pratiqué avant eux & qui se
pratiquoit encore alors parmi quelques sectes de Juifs. [67]Saint
Epiphane réfute les Hérésies de ces deux sortes de Sectes, & fait voir
éxactement en quoi elles consistoient alors. [68]Un célébre Docteur
Anglois prétend que ceux dont Jésus Christ parle dans Saint Matthieu,
sont ceux qui vivent chastement, parce que Dieu l'a commandé, soit
qu'ils soient mariez ou non.

Je n'étendrai pas trop loin la signification figurée du mot, _Eunuque_;
Tout le monde sçait que le mot _châtré_ qui est à peu près le même que
celui d'Eunuque, se dit des choses dont on a retranché quelque partie.
Il y a eu des femmes Eunuques; Andramis premier Roi de Lydie a été le
premier qui en a fait châtrer, il s'en servoit au lieu d'hommes
Eunuques. On dit un livre châtré, lors qu'on en a retranché quelque
chose, par éxemple, la traduction que Mr. d'Ablancourt a faite de
l'Eunuque de Lucien, est châtrée, parce que sous prétexte d'en
retrancher quelques obscenitez, il en a ôté plusieurs périodes. On dit
des Côtrets châtrez, une ruche de Mouches à miel châtrée; des Arbres &
des Ceps de vigne châtrez. On dit même qu'on a châtré un homme quoi
qu'il ait encore ses parties viriles, lors qu'on l'a châtré de la langue
ou de quelqu'autre membre du corps que ce soit;

    [69]_Si Hercle ego te non elinguendam dedero usque ab radicibus,_
    _Impero auctorque sum, ut tu me cuivis castrandum loces._

Un Auteur moderne[70] dit qu'on remarque entre les bizarreries étranges
de Domitien qu'il fit arracher les Vignes de plusieurs Provinces
particuliérement des Gaules; & que comme à son avénement à l'Empire,
affectant la réputation de bon Prince, il avoit deffendu de plus couper
les jeunes garçons (car le luxe & l'inhumaine volupté des riches se
donnoit impunément la licence de faire cet outrage à la nature pour
avoir des Eunuques à la mode des Orientaux.) Le Philosophe Appollonius,
grand ennemi de la Tyrannie dit ce bon mot qui a été relevé & conservé,
_que ce Prince véritablement avoit conservé la virilité aux homes_,
_mais qu'il avoit châtré la terre_. Voilà donc la terre Eunuque, mais
c'est une raillerie d'Appollonius, & il ne la rapporte que pour faire
voir en combien de sens & de maniéres, ce mot peut-être pris.

Il y a eu des Eunuques dans le mariage quoi qu'ils fussent fort en état
d'en remplir les devoirs; Quelques Interprêtes croyent que tels étoient
ces Eunuques dont il est parlé au chapitre cinquante-sixiéme d'Esaïe,
mais il y a peu d'apparence, car il est dit qu'ils ne sont que des
troncs desséchez ce qui ne convient qu'aux véritables Eunuques. Il y en
a une infinité d'autres qui ne souffrent aucune contestation, tel est
celui dont Gregoire de Tours parle dans son Histoire de France. Un
certain Sénateur de Clermont en Auvergne, qu'il dit s'être nommé
Injuriosus, fils unique, fut fiancé à une fille aussi unique & de sa
qualité, mais riche. S'étant Epousez quelques jours après, on les mit au
lit en la maniére accoûtumée. D'abord que l'Epouse y fut, elle se tourna
du côté de la muraille, soupira & pleura amérement. Le jeune Epoux
surpris, lui demanda, la pressa, & la conjura par Jésus Christ Fils de
Dieu, de lui dire ou de lui faire entendre sagement quel étoit le sujet
de sa tristesse, elle lui dit qu'elle avoit fait vœu de demeurer
Vierge toute sa vie, & que se voyant sur le point de violer son vœu,
elle croyoit que Dieu l'avoit abandonnée. Qu'au lieu de Jésus Christ
qu'elle croyoit avoir pour Epoux qui lui avoit promis de lui donner le
Royaume des Cieux pour présent des nôces, elle n'avoit qu'un homme
mortel qui ne pouvoit lui donner que des choses périssables, & fit de
grandes exclamations sur ce sujet. Ce jeune homme qui avoit beaucoup de
piété lui représenta que comme ils étoient l'un & l'autre enfans
uniques, on les avoit mariez ensemble afin d'avoir lignée & de perpétuer
leur famille Noble; & afin sur tout que leurs biens ne tombassent point
dans des mains étrangéres. Elle repliqua que le monde & ses richesses
n'étoient rien; que la pompe de ce siécle n'étoit qu'une fumée; que la
vie n'étoit qu'un vent, & qu'il valoit bien mieux aquerir les biens du
Paradis, & la Vie éternelle. Elle dit tout cela d'une maniére si vive &
si touchante, qu'elle persuada son Epoux, & qu'elle en tira ces paroles
si conformes à ses desirs. Que si c'étoit sa volonté de s'abstenir de
toute convoitise, & de toute œuvre de la chair, il lui promettoit de
se conformer à son intention. Elle lui dit que c'étoit une chose
difficile à pratiquer, cependant, que s'il tenoit parole & que tous deux
demeurassent Vierges dans ce monde, elle lui feroit part d'une partie du
Douaire qui lui avoit été promis par son Epoux & Seigneur Jésus Christ,
lors qu'elle se donna, & qu'elle se voua à lui comme Epouse & Servante.
Il lui renouvella sa promesse, l'assura qu'il effectuëroit ce à quoi
elle l'exhortoit, & s'étans donnez la main l'un à l'autre ils
s'endormirent; Ils couchérent depuis dans un même lit pendant plusieurs
années sans blesser leur Vœu de chasteté. Tout cela n'a été sçû
qu'après leur mort. L'Epouse étant décédée la premiére, son Epoux fit
ses funérailles, & la mettant dans le sepulchre, il dit ces paroles à
haute voix, _Je te rends graces, Seigneur Dieu Eternel, de ce que je te
restituë ce trésor aussi entier que je l'avois reçû de toi en dépôt_.
L'Histoire dit, que l'Epouse lui répondit comme en soûriant, _Pourquoi
révéles-tu un secret sans en être requis?_ Et elle ajoûte un autre
miracle que je ne rapporte point, parce qu'il ne s'en agit point ici.

Nicéphore Calliste[71] & l'Histoire tripartite[72] rapportent à peu près
la même chose d'un Ægyptien nommé Amon qui a été depuis Religieux. La
différence qu'il y a eu, c'est que ç'a été le mari qui a sermoné sa
femme, au lieu que dans l'histoire précédente ç'a été la femme qui a
persuadé son mari. Mais la même chose précisément est arrivée à
l'Empereur Henri. Il a vécu avec l'Impératrice Chunegonde sa femme comme
le jeune Gentilhomme Auvergnat dont je viens de parler, vécut avec la
sienne. Chunegonde étoit une Princesse qui joignoit la jeunesse à la
beauté, cependant ayant dit à Henri qu'elle avoit fait vœu de
chasteté, il vécut avec elle comme avec sa sœur. Lors qu'il fut au
lit de la mort, il rendit un témoignage public devant tous les Princes &
les Seigneurs de sa Cour; Vierge, leur dit-il, vous me l'avez donnée, &
Vierge je vous la rends. Ils ont été canonisez l'un & l'autre pour cela
par Eugéne III. comme l'illustre Mr. Godeau nous l'apprend dans ses
Eloges[73]. On peut dire à peu près la même chose de Marcien qui vécut
de même en Eunuque avec Pulcheria sa femme, & de plusieurs autres; Mais
les éxemples que je viens de rapporter suffisent. Si quelqu'un veut en
voir un plus grand nombre, qu'il lise le chapitre septiéme du Livre
quatriéme de Marule; & le Livre neuviéme de l'Histoire de Cromerus, dans
lequel il trouvera l'Histoire de Bolislaus V., & de Cunegonde sa femme,
qui d'un consentement mutuel vécurent ensemble toute leur vie dans une
parfaite continence; ce qui a donné lieu à un Polonois nommé Clément
Latinius de faire ces deux Vers,

    _Conjuge consenuit cum Virgine Virgo maritus_
          _Addictus studiis Casta Diana tuis._



CHAPITRE VIII.

_Quel rang les véritables Eunuques ont tenu dans la société civile._


Comme on a mis de tout tems une grande différence entre les Eunuques qui
étoient nez Eunuques, ou qui avoient été faits tels dès leur naissance,
ou par force dans un âge plus avancé, & entre ceux qui se sont faits
Eunuques eux-mêmes volontairement, il est nécessaire de les distinguer
ici. J'en ferai donc deux classes, & d'abord j'éxaminerai quel rang les
Eunuques forcez que je mets dans la premiére, ont tenu dans la société
civile.

On ne peut pas faire une histoire éxacte & suivie qui montre le rang que
ces sortes de gens ont tenu dans la société civile, cela méneroit trop
loin & m'écarteroit trop de mon but. Je dirai donc seulement, qu'il
paroît par l'Histoire Sainte, & par l'histoire profane, que les Eunuques
ont possédé les premiéres & les principales Charges dans les Cours, &
qu'ils ont eu la confiance & la faveur de leurs Princes; Et je me
contenterai d'en donner quelques éxemples.

Je ne parlerai point d'une raison odieuse pour laquelle les Princes les
aimoient autrefois; Tout le monde sçait l'histoire de Sporus[74]; Néron
le fit châtrer, & sa folie fut si grande qu'il tâcha de lui faire
changer de séxe; Il lui fit prendre l'habit de femme, il l'épousa
ensuite avec toutes les formalitez accoûtumées, il lui donna un douaire,
un voile nuptial, & le tint dans sa maison en qualité de femme; à propos
de quoi quelqu'un dit assez plaisamment que le monde eût été bien
heureux si son Pére Domitien eût eu une telle femme; Il fit habiller ce
Sporus à la maniére des Impératrices, & le faisant porter en litiére il
l'accompagna aux Assemblées & aux marchez de la Gréce, & à Rome dans le
quartier des sigillaires, où il le baisoit à chaque moment. Je ne
rapporte que cet éxemple, parce que j'en ai dit assez sur ce sujet dans
le chapitre cinquiéme de cette premiére partie de mon Ouvrage.

Nous voyons dans le Livre d'Esther[75] que sept Eunuques étoient les
Officiers ordinaires du Roi Assuerus, & qu'en particulier l'Eunuque Egée
avoit le soin de garder les femmes de ce Roi; [76]Il y en avoit deux
autres nommez Bagathan & Tharés qui commandoient à la premiére entrée du
Palais du Roi; [77]l'Histoire de Judith nous apprend, que les Huissiers
de la Chambre d'Olopherne étoient des Eunuques, & que Vagao, ou Bagoas
en étoit le principal; c'étoit lui qui avoit soin de la personne du
Maître & de ce qui concernoit sa garderobe & son lit; [78]l'Eunuque de la
Reine de Candace qui fut batisé par Philippe, étoit un des premiers
Officiers de cette Reine, & Sur-intendant de ses finances, & de tous ses
trésors; [79]c'étoit un Eunuque qui commandoit les troupes de Sedecias
Roi des Juifs. Cyrus victorieux de tous ses ennemis, Crœsus & Sardes
étans entre ses mains, ayant pris Babylone, établit sa demeure dans le
Palais Royal de la plus grande Ville de l'Univers; & considérant qu'on
ne l'y voyoit pas de bon œil, & qu'on ne lui vouloit point de bien,
crût qu'il avoit besoin d'une forte Garde pour la sûreté de sa personne.
Il ne prit cependant que des Eunuques pour ses gardes & pour les
Officiers de sa Maison; & les raisons qui l'y portérent sont amplement &
éxactement déduites sur la fin du chapitre sixiéme du Livre septiéme de
son Histoire ou de la Cyropedie. On donnoit les enfans en garde aux
Eunuques, on leur laissoit le soin de les élever, de leur donner
de [80]l'éducation, de les instruire dans les belles lettres, & de leur
enseigner les sciences & les disciplines; Tous ces différens emplois les
avoient rendus recommandables dans le monde. Les Rois & les Princes,
soit qu'ils eussent été leurs éléves, soit qu'ils ne l'eussent point
été, les estimoient & les honoroient particuliérement; Ils avoient en
eux beaucoup de confiance, & ces Eunuques profitant de ces avantages se
rendoient insensiblement les Maîtres du Gouvernement & de l'Etat, &
abusérent beaucoup de leur crédit; la Religion Chrétienne en a
quelquefois souffert. Les Cours se remplissoient de ces sortes de gens,
ils s'emparoient de tous les principaux emplois. Voici un éxemple bien
précis qui justifie cette vérité; C'est la Cour de l'Empereur Constance,
elle étoit pleine d'Eunuques & ils y étoient les maîtres de toutes les
affaires; Voici de quelle maniére Mr. Herman en parle dans l'excellente
Vie de [81]St. Athanase. «Avant que d'attaquer le Prince même, ce Prêtre
Arrien fut assez adroit pour gagner ceux qui étoient autour de lui, car
la familiarité qu'il avoit avec[82] l'Empereur l'ayant fait connoître de
l'Impératrice il entra aussi dans la familiarité de ses Eunuques, &
particuliérement dans celle d'Eusebe qui étoit le premier de cette
troupe efféminée, & l'un des plus méchans hommes du monde;[83] Ayant
prévenu l'esprit de cet Eunuque il pervertit les autres par son moyen;
ensuite il fit passer ce poison mortel dans l'ame de l'Impératrice, &
dans le Cœur des Dames de la Cour; ce qui a fait dire à St. Athanase
que les Arriens se rendoient terribles à tout le monde, parce qu'ils
étoient appuyez du crédit des femmes.

«Après cela il ne fut pas difficile à ce Prêtre Arrien de se rendre
Maître de l'esprit de l'Empereur, qui étoit lui-même l'esclave de ses
Eunuques dont il avoit rempli toute sa Cour, & qui ne suivoit en toutes
choses que les conseils & les mouvements de ces hommes lâches.

«Mais quelque crédit qu'eussent tous les autres, ce n'étoit que comme de
petits serpens qui ne faisoient que ramper, au lieu qu'Eusébe son grand
Chambellan levoit la tête avec orgueil; [84]& en effet il se rendoit si
formidable par sa puissance, que selon les historiens, pour en concevoir
quelqu'idée qui fût conforme à la vérité, il suffisoit de dire que
Constance avoit beaucoup de crédit auprès de lui. Eux de leur côté le
flatoient jusqu'à lui donner le tître de Roi éternel. [85]Ils nous ont
aussi dépeint ses excellentes qualitez par ce bel Eloge, qu'il avoit une
vanité insupportable, qu'il étoit également injuste & cruel, qu'il
punissoit sans éxamen ceux qui n'étoient convaincus d'aucun crime, &
qu'il ne faisoit point de discernement entre les innocens & les
coupables. [86]Les Auteurs prophanes sont remplis de plaintes contre la
malignité & la domination Tyrannique de cet Eusébe & des autres Eunuques
de Constance, mais ils ne considérent que les maux qu'ils firent à
l'Etat, & nous avons sujet de déplorer ceux que l'Eglise ressentit par
leur violence; On vit ces hommes[87] voluptueux & efféminez, à qui les
hommes du monde confient à peine les moindres emplois qui concernent le
service de leurs maisons, & que l'Eglise bannit de ses conseils, selon
ses régles saintes & inviolables, devenir les Maîtres & les Souverains
de toutes les affaires de l'Eglise, & dominer dans ses jugemens, parce
que Constance n'avoit point de volonté que celle qu'ils lui inspiroient,
& que ceux qui portoient le nom d'Evêques, trouvoient de la gloire & du
mérite à être les Ministres & les fidéles éxécuteurs de toutes leurs
passions & à devenir les acteurs des piéces de Théatre, que ces hommes
si méprisables & si corrompus avoient composées.[88] Nous allons donc
voir que ce furent eux qui causérent tous les maux & tous les desordres
que l'Eglise souffrit alors, comme certes ils étoient très-dignes d'être
les Protecteurs de l'hérésie Arrienne, & les ennemis de la divine
fécondité du Pére éternel. Voici ce que St. Athanase ajoûte à cela.
L'Eunuque Eusébe, dit-il, étant arrivé à Rome, sollicita d'abord Libére
de souscrire la condamnation d'Athanase, & d'entrer dans la Communion
des Arriens, disant que c'étoit la volonté de l'Empereur, & l'ordre
exprès qu'il lui portoit de sa part; & ensuite après lui avoir montré
les présens par lesquels il tâchoit de le séduire, il lui prit la main &
lui dit, _laissez-vous persuader par l'Empereur, & recevez ce qu'il vous
donne_. Mais cet Evêque s'en défendit fortement & justifia sa résistance
par ce discours........ Voilà, dit-il, ce que répondit Libére à Eusébe,
mais cet Eunuque étant moins affligé de ce qu'il n'avoit pas souscrit la
condemnation d'Athanase, que de ce qu'il trouvoit en sa personne un
ennemi de leur Hérésie, & ne considérant pas qu'il étoit devant un
Evêque, après lui avoir fait de grandes menaces, il le quitta, sortit
avec les présens qu'il venoit de lui offrir, & fit une chose aussi
contraire à la maniére d'agir des Chrétiens, qu'elle étoit même au
dessus de la témérité des Eunuques........ Une action si généreuse
ayant augmenté la colére & le transport de cet Eunuque, il irita
l'Empereur en lui réprésentant qu'il ne devoit plus se mettre en peine
de ce que Libere ne vouloit pas signer la condamnation d'Athanase, mais
de la disposition d'esprit qu'il faisoit paroître contre leur Hérésie
qui lui étoit si odieuse qu'il prononçoit nommément des Anathêmes contre
les Arriens; Il échauffa aussi par ce discours l'esprit des autres
Eunuques, & il y en avoit un très grand nombre à la Cour de l'Empereur,
qui pouvoient tout auprès de lui, & sans la participation desquels il ne
faisoit rien. Constance écrivit donc à Rome, continuë nôtre Saint, & il
y envoya tout de nouveau des Officiers de son Palais, des Secrétaires, &
des Comtes, avec des lettres qu'il adressoit au Gouverneur de la Ville;
Et il leur avoit donné l'ordre, ou de surprendre Libére par leurs ruses
& par leurs artifices pour le faire sortir de Rome & l'envoyer à la
Cour, ou d'employer ouvertement la violence & l'outrage afin de le
persécuter. Ces écrits remplirent toute la Ville de frayeur &
d'épouvente, & ce n'étoit qu'embuches de toutes parts. Combien y eut-il
de familles à qui on fit des menaces? Combien de personnes reçûrent des
commandemens contre Libére? Combien eut-il d'Evêques qui se cachérent
quand ils virent ces excès? Combien y eut-il de Dames illustres qui se
retirérent à la Campagne à cause des calomnies dont les chargeoient ces
ennemis de Jésus Christ? Combien y eut il de solitaires qui se
trouvérent exposez à leurs embuches? Combien firent-ils persécuter de
personnes qui avoient établi leur demeure dans la solitude pour le reste
de leurs jours? Quels soins ne prirent-ils point par plusieurs fois, de
faire garder les ports, & les portes de la Ville, de peur qu'aucun
Catholique n'y entrât pour voir Libére? Rome connut alors par expérience
quelle étoit la conduite de ces impies qui déclaroient la guerre à Jésus
Christ même, & elle apprit pour l'avenir ce qu'elle n'avoit pas crû
jusqu'à ce tems-là, pour ne l'avoir sçû que par le récit des autres,
sçavoir de quelle maniére ils avoient renversé toutes les autres Eglises
en tant de Villes différentes.

«C'étoit des Eunuques qui faisoient tous ces desordres, & qui étoient
auteurs de tous les excès que les autres commettoient de toutes parts.
Et il n'est pas en effet étrange, que comme l'Hérésie des Arriens fait
profession de nier le Fils de Dieu, elle s'appuye du crédit des
Eunuques, qui étans naturellement stériles, & ne l'étans pas moins dans
l'ame en ce qui regarde les actions de piété & de vertu que dans le
corps, ne peuvent du tout souffrir que l'on parle du Fils de Dieu.
Cependant, l'Eunuque de la Reine d'Ethiopie ne comprenant pas ce qu'il
lisoit, crût les instructions que lui donna Saint Philippe touchant le
Divin Sauveur. Mais les Eunuques de Constance ne peuvent souffrir que
Saint Pierre ait autrefois confessé sa Divinité; Ils s'élévent même
contre le Pére Eternel quand il déclare que c'est son Fils, &
s'emportent de fureur contre ceux qui disent que c'est le véritable Fils
de Dieu; c'est pour ce sujet que la Loi deffend de les admettre dans les
Jugemens Ecclésiastiques. Mais les Arriens viennent de les en rendre les
maîtres. Constance ne prononce rien que ce qui leur est agréable, & ceux
qui portent le nom & la qualité d'Evêques, n'en disent mot, & regardent
tous ces desordres avec dissimulation. Hélas! Qui sera celui qui écrira
un jour cette Histoire, & qui fera passer jusqu'à une autre génération
la rélation funeste de tant de tristes événemens? Qui poura croire un
jour de si grands excès quand on entendra dire que des Eunuques à qui on
confie à peine le soin des affaires domestiques, & dont le service est
suspect en ces rencontres, parce que c'est un genre de personnes qui
n'aiment que le plaisir & qui n'ont point d'autre but que d'empêcher
dans les autres ce que la nature leur a refusé à eux-mêmes; Que ces
Eunuques, dis-je, gouvernent maintenant les Eglises!»

Ce Saint fait paroître une juste indignation contre les Eunuques qui
étoient alors absolus à la Cour, & qui se sont rendus éxécrables à leur
siécle & à toute la postérité. L'Arrianisme étoit tellement répandu
parmi eux, qu'en ce tems-là porter le nom d'impie & celui d'Eunuque
étoit la même chose, selon Saint Grégoire de Nazianze[89]. Et leurs
violences ont été si odieuses aux Payens mêmes, qu'Ammian Marcellin a
écrit d'eux, qu'ayant toûjours de la fierté & de l'aigreur, & n'ayant
pas les liaisons domestiques & les engagemens naturels qu'ont les autres
hommes, ils n'embrassent que leurs richesses qu'ils considérent comme
leurs très chéres & très agréables filles. [90] Mr. Herman dit, que
l'Histoire de ce combat est devenuë si célébre dans toute la postérité,
que les Payens mêmes en ont marqué l'événement; mais qu'il aime mieux
puiser dans les sources pures que d'avoir recours à ces ruisseaux si
bourbeux; Et que comme il préfére avec raison le témoignage de Saint
Athanase à celui de tous les Auteurs de ce siécle, c'est par ses propres
paroles qu'il doit commencer l'importante relation de laquelle j'ai tiré
ce que je viens de rapporter sur ce sujet.

Les Eunuques avoient été tout-puissans du tems du grand Constantin, Pére
de l'Empereur Constance dont je viens de parler. Il les avoit élevez aux
premiéres Dignitez & les appelloit ses Amis; mais ayant appris combien
ils étoient pernicieux à l'Etat, il les en avoit dépouillez, & les avoit
réduits à se borner uniquement aux affaires domestiques. [91]Il y a dans
le Code Théodosien une Loi qui nous apprend que tout l'Empire avoit
gémi sous l'oppression de ces sortes de gens, sans avoir osé se
plaindre; mais que l'Empereur en ayant eu connoissance, avoit publié
cette Loi, par laquelle il invite tout le monde à venir dire ses griefs;
il promet d'écouter lui-même ce qu'on aura à dire contre ces sortes de
gens, & de punir ceux qu'on aura convaincu de quelque crime. Il les fit
exclurre du Sacerdoce dans le fameux Concile de Nicée qu'il assembla.
Cependant, quoi qu'ils fussent, pour le dire ainsi, dégradez & destituez
de tous les Emplois publics, civils & militaires, comme ils approchoient
de l'Empereur & qu'ils en avoient l'oreille, ils étoient encore
formidables, & on les craignit jusques à ce qu'ils fussent entiérement
éloignez. Licinius qui a été son Allié, & pendant quelque tems son
Compagnon à l'Empire, les haïssoit beaucoup; il les appelloit _la tigne
& la vermine de l'Etat_;[92] mais comme Licinius a été un Tyran, & un
Prince qui s'est rendu odieux par plusieurs raisons, ce qu'il a fait
dans des vûës particuliéres, ne peut point être tiré à conséquence.[93]
Aléxandre Sévére ne les avoit point aimez, il les appelloit _tertium
hominum genus_; Et au lieu que Heliogabale qui l'avoit précédé avoit été
leur esclave, & Eunuque lui-même, il les humilia & les abaissa, il les
réduisit à un fort petit nombre. Il en donna plusieurs à ses Amis, &
pour montrer le peu de cas qu'il en faisoit, il leur dit en les leur
donnant que s'ils n'avoient pas de meilleures mœurs que celles qu'ils
avoient euës jusqu'alors, ils pouvoient les tuer sans forme de procès.
Il est extrémement loué dans l'Histoire de n'avoir pas imité les Rois de
Perse qui se laissoient tellement gouverner par les Eunuques, que ces
sortes de gens les cachoient à leurs Sujets, qui ne pouvoient leur rien
dire ni en recevoir aucune réponse que par leur canal; Ils leur
rapportoient les choses comme il leur plaisoit, souvent tout autrement
qu'elles n'étoient, & prenans grand soin que le Roi ne sçût que ce
qu'ils vouloient bien qu'il sçût, il arrivoit souvent de grands
inconvéniens, parce qu'ils donnoient telles impressions qu'il leur
plaisoit, & au Roi, & à ses Sujets; [94]L'Histoire d'Orsines en est une
preuve; Orsines étoit un descendant de Cyrus, le plus grand Seigneur de
la Perse, & le Sang le plus noble de l'Orient; Il fit de grands présens
aux Principaux de la Cour d'Aléxandre, & négligea Bagoas; Quelqu'un lui
ayant dit qu'il avoit mal fait, parce qu'Aléxandre aimoit cet Eunuque;
Il répondit qu'il honoroit les Amis du Roi, mais non pas ses Eunuques;
Et que les Perses se servoient autrement de ces gens-là que les Grecs;
Ce discours ayant été rapporté à Bagoas il jura la ruine d'Orsines,
homme d'une vie sans reproche; En effet, il fit tant de faux & de
secrets rapports contre lui à Aléxandre, qu'il l'aigrit & qu'il l'anima
contre lui, de sorte qu'enfin il le fit mettre dans les fers, & le
condamna à la mort. Bagoas ne fut pas content de faire traîner un
innocent au supplice, il eut bien l'impudence de le frapper dans le tems
qu'il alloit mourir, mais Orsines l'envisageant avec indignation lui
dit, j'avois bien ouï dire que des femmes avoient autrefois régné dans
l'Asie, mais il m'est nouveau d'y voir régner un infame Eunuque.
Aléxandre Sévére instruit de tous les desordes que ces Eunuques avoient
fait, il les dompta tous, & les réduisit presque à rien. Ces Eunuques
étoient des gens qui vouloient sçavoir tout ce qui se faisoit à la Cour,
& qui vouloient qu'on crût qu'il n'y avoit qu'eux qui le sçussent;
c'étoit à eux à qui on s'adressoit pour obtenir des graces du Prince;
les Gouvernemens de Province ne s'obtenoient que par leur moyen, & ils
vendoient à deniers comptans ce que le Prince donnoit desintéressément.
Cet Empereur aimoit assez la solitude, il vouloit être seul
ordinairement après le dîner & à certaines heures du matin, personne
alors ne pouvoit le voir. Un certain Vetronius Turinus profitoit de
cette retraite & faisoit croire aux gens, que dans ce tems là il lui
persuadoit & lui faisoit faire tout ce qu'il vouloit, il le faisoit
passer pour un fat qu'il conduisoit à son gré, & sous ce prétexte il
promettoit à tout le monde ce qu'on lui demandoit, & se faisoit fort de
le faire agréer ou éxécuter par Sévére, moyennant quoi il recevoit &
amassoit des sommes immenses. Comme il n'étoit pas vrai que l'Empereur
fût tel qu'il le disoit, ni qu'il eût le crédit dont il se vantoit, il
ne tenoit parole à personne, ce qui donna lieu à bien des gens de
murmurer. Cette conduite de Turinus étant enfin parvenuë à la
connoissance de l'Empereur, il voulut qu'on se rendit partie contre lui
& qu'on l'accusât, de sorte que ce qu'il avoit promis & qu'il n'avoit
point effectué, & les sommes qu'il avoit touchées pour cela ayant été
découvertes, Sévére le fit attacher à un poteau dans un lieu passant, &
le fit mourir par la fumée qui s'élevoit vers lui d'un bois verd &
humide qu'on avoit allumé; [95]Et pendant qu'il souffroit son supplice il
y avoit un homme qui crioit, _fumo punitur qui vendidit fumum_.

Les Eunuques furent plus considérez sous Constantin pendant un certain
tems. Ils le furent encore plus sous Constance, comme je l'ai fait voir.
Ce Prince ni ses fréres, ne furent ni aimez de leurs Sujets, ni craints
de leurs ennemis, comme Constantin leur Pére l'avoit été, & ils avoient
peine à soûtenir une partie du fardeau qu'il avoit porté lui seul avec
tant de gloire; les Eunuques furent en crédit sous leur Régne. Il paroit
qu'ils ont encore été en faveur du tems de Theodose le jeune; [96]car on
voit dans le Code qui a été fait par son ordre, qu'au lieu que ceux qui
obtenoient des confiscations étoient obligez d'en donner la moitié au
fisc, il dispensa ses Eunuques de cette obligation & leur laissa le
tout. Et Zozime[97] remarque que cet avantage porta ces Eunuques à
commettre mille faussetez insignes, comme de faire entendre au Prince
que ceux dont ils demandoient que les biens fussent confisquez à leur
profit étoient morts sans laisser de veuves, d'enfans, ni de parens, ce
qui causoit souvent la désolation de plusieurs familles, & des larmes &
des gémissemens aux héritiers légitimes, qui étoient souvent de vieilles
veuves caduques ou infirmes, & des orphelins innocens. Il est certain
pourtant qu'il fit un Edit qui deffendoit qu'aucun Eunuque ne fut du
nombre des Patriciens, mais ce fut par une vûë particuliére, & pour
deshonorer Antiochus qu'il contraignit par là à se renfermer dans un
Cloître. [98] Lucien nous apprend que Philœterus qui le premier a eu
la Principauté de Pergame étoit Eunuque, & qu'il a vécu quatre vingt
ans. Il y a eu un autre Prince nommé Hermias qui a été Eunuque; Il ne
pouvoit jamais souffrit que personne parlât en sa présence de couteau,
ni de section, parce qu'il s'imaginoit qu'à cause qu'il étoit Eunuque,
ces mots lui étoient adressez. [99] Si l'extrait d'une lettre écrite de
Batavia dans les Indes occidentales le 27, Novembre 1684. contenu dans
une lettre de Mr. de Fontenelles, reçûë à Rotterdam par Monsieur
Bânage, fait le recit d'une avanture véritable, comme on peut le croire,
puisque l'illustre Mr. Bayle qui l'a rapporté ne la donne point pour
fabuleuse, & qu'il la certifie en quelque sorte, bien loin de la rendre
suspecte; Mreò Reine de l'Isle de Borneo, veut que tous ses Ministres
soient Eunuques; Eénegu, Princesse qui lui dispute le Trône, ne veut
point d'Eunuques dans sa Cour. Comme nous ne sçavons pas quel succès,
ont eu les contestations & la guerre que ces deux Princesses ont euës
entr'elles, ni par conséquent laquelle des deux jouït présentement de
l'Empire, on ne sçait pas si les Ministres de la Reine de l'Isle de
Borneo sont Eunuques, ou s'ils ne le sont point. On peut dire seulement
que Mreò agit comme Plautiames qui du tems des Antonins fit châtrer tous
ceux qui devoient servir à Maison de Plautilla sa fille que Caracalla
avoit épousée, sans épargner les hommes non plus que les jeunes garçons,
comme nous le voyons dans les recueils de Constantin Porphyrogenéte sur
Dion.

Pour peu de connoissance qu'on ait de l'histoire de la Cour Ottomane, on
n'ignore pas que les Eunuques y parviennent aux premiéres dignitez de
l'Etat, & qu'il n'y a qu'eux, à proprement parler, qui les possédent.
Les deux plus illustres Bascha qui ayent eu de la réputation pendant les
guerres si célébres dans l'histoire, étoient Eunuques; [100]l'un a été
Halis, & l'autre Sinar. Mr. de Thou rapporte un bon mot dit par le
premier, il se moqua, dit-il, du Courier qui lui annonçoit comme une
fort mauvaise nouvelle, la prise de la Ville de Strigonie par les
Chrétiens l'an 1556, lui disant qu'il avoit bien fait une autre perte
lors qu'on lui avoit enlevé la plus importante piéce qu'il eut. Et Paul
Jove nous apprend que ce fut une truye qui Châtra Sinar en lui arrachant
& devorant le membre viril, comme il dormoit à l'ombre, dès sa plus
tendre jeunesse.

Tout ce que je viens de dire ne concerne le rang que les Eunuques ont
tenu dans la société civile que par rapport aux Princes & aux
Souverains; il est bon de voir aussi quelle idée les Peuples en ont euë
& quel cas ils en ont fait.



CHAPITRE IX.

_Quelle idée les Peuples ont euë des Eunuques, & quel cas ils en ont
fait._


Les Eunuques ayans abusé de la faveur des Princes, comme on l'a vû dans
le chapitre précédent, & s'étans rendus les Tyrans impitoyables de leurs
sujets, il ne faut pas douter que ces sujets ne les ayent eus en
horreur, & qu'ils ne les ayent craint beaucoup plus qu'ils ne les ont
aimez.

Mais il ne s'agit point ici de sçavoir ce que les Peuples ont pensé de
leur servitude & de leur oppression, & du crédit de ces Eunuques qui les
tyrannisoient; Il n'est ici question que d'éxaminer quelle opinion les
Peuples avoient d'un Eunuque entant qu'Eunuque, & non point d'un Eunuque
entant que Tyran; & quelle idée ils s'en faisoient.

L'histoire nous apprend non seulement qu'ils les méprisoient
souverainement, mais même qu'ils avoient de la répugnance à les voir.
[101] Les Eunuques ne sont que des troncs desséchez, selon l'expression
d'Esaïe, de ces arbres secs qui le sont jusqu'à la racine, & qui comme
parle Osée, ne porteront plus de fruits; de ces arbres qu'il faut
couper, c'est à dire détruire, & en abolir la mémoire: car pourquoi
faut-il encore qu'ils occupent la terre? Il n'y a personne qui ne voulût
donner le premier coup pour les renverser ou pour les arracher; ce sont
des Créatures imparfaites, en un mot des monstres auxquels la nature
n'avoit rien épargné, mais que l'avarice, la luxure, le luxe, ou la
malignité des hommes ont défigurées.

S'ils ont été quelquefois dans la prospérité & dans l'élévation, les
Peuples ont regardé ces avantages comme des productions erronées de
l'esprit gâté & du cœur corrompu des Princes qui les ont élevez &
chéris; Ils s'en sont même moquez entr'eux, & lors qu'ils ont osé le
faire en public, ils ont fait éclater leur haine & leur mépris & pour
les Eunuques & pour le choix qu'on en faisoit.

    _Omnia cesserunt Eunucho Consule monstra_
    _Heu terræ cœlique pudor. Trabeata per urbes_
    _Ostentatur anus, titulumque effeminat anni._

    _---- Quibus unquam sæcula terris_
    _Eunuchi, videre forum._

    _---- Numquam spado consul in orbe_
    _Nec Judex, Ductorve fuit. Quodcunque virorum_
    _Est decus, Eunuchi scelus est._

    _---- A fronte recedant_
    _Imperii, tenero tractari pectore nescit_
    _Publica Maiestas, nunquam vel in æquore puppim_
    _Vidimus Eunuchi clavo parere Magistri._
    _Nos adeò sperni faciles? orbisque carina_
    _Vilior?_[102]

Tout le monde sçait que Caligula fit son Cheval Consul, & qu'il voulut
qu'on lui rendit tous les honneurs qui sont dûs à cette dignité. Il prit
envie de même à Arcadius de faire Flaac Eutrope qui étoit le Maître de
sa garderobe & l'un de ses Eunuques, de le faire, dis-je, Consul, & ç'a
été le premier, ou plûtôt le seul de cette qualité qui ait été pourvû
de cet Emploi; aussi voit-on dans Claudien comment on s'irrita alors de
cette conduite. Ce Poëte fit une Satyre piquante contre cet Eutrope
après qu'il fut désigné Consul de Rome, & il le réprésente comme une
vieille qu'on avoit revêtuë des honneurs du Consulat. [103] Ceux qui ont
quelque teinture de l'Histoire Ecclésiastique sçavent comment Jean
Evêque de Constantinople a déclamé contre cet Eutrope, & combien il a
contribué à sa perte*. Il eut une fin digne de lui & des actions
inhumaines qu'il avoit commises. Cet Eunuque ayant dessein de chatier
quelques personnes qui s'étoient réfugiées dans les Eglises, il fit
ensorte que l'Empereur publia une Loi par laquelle il étoit deffendu de
s'y réfugier, & permis d'en tirer ceux qui s'y réfugieroient. Quelle
injustice de violer ainsi le droit des Aziles! Mais il en fut puni
bien-tôt après; car à peine la Loi fut-elle publiée qu'il encourut les
mauvaises graces de l'Empereur, & qu'il fut obligé de rechercher le même
azile que les autres. Comme il étoit caché sous l'Autel & qu'il y
trembloit de peur, Jean monta au pupitre d'où il avoit accoûtumé de
prêcher pour être plus aisément entendu, & fit une invective contre lui.
L'Histoire ajoûte que l'Empereur lui fit couper la tête, qu'il fit ôter
son nom d'entre les noms des Consuls, & qu'il fit effacer des Registres
la loi qu'il avoit fait publier. Le chagrin qu'eurent les honnêtes gens
de le voir dans ce poste fut cause de sa ruine. En effet, Gainas Goth,
Général de l'Empereur, se révolta de dépit de voir cet Eunuque dans
l'éclat de cette haute dignité, & ne voulut jamais se remettre dans son
devoir qu'on ne lui apportât la tête d'Eutrope. On comparoît Eutrope à
Gorgon, parce qu'il faisoit ses tours si adroitement que peu de gens
s'appercevoient de ses ruses; on le regardoit comme une de ces pestes
qui régnoient alors dans les Cours des Princes. Il vendoit les Charges
de la Magistrature & les Jugemens; Il disposoit du Gouvernement des
Provinces en faveur de qui il vouloit;[104] & non content d'avoir été
fait Consul, il tâchoit de se rendre Maître de l'Empire. Il étoit
insolent même envers son Prince, & il tomba dans sa disgrace pour avoir
manqué de respect envers l'Impératrice.

Les Peuples n'avoient pas du mépris seulement pour ces sortes de gens,
ils avoient aussi de l'aversion pour eux; & si leur nom a passé pour un
tître de Dignité, il a été aussi une injure, & on ne pouvoit en faire
une plus sensible à un honnête homme que de l'appeller _Eunuque_.
[105]Les Eunuques ont été de si mauvais augure, même parmi les Payens,
que Lucien assure en plus d'un lieu qu'ils faisoient par leur rencontre,
rebrousser chemin à beaucoup de personnes, qui aimoient mieux rentrer
chez elles que de passer outre. [106]Cela se rapporte assez à ce que dit
Pline de l'aversion que les animaux-mêmes ont pour ceux de leur espéce
qu'on a mutilez. Il remarque que si on châtre un rat, il fait fuir tous
les autres qui aiment mieux abandonner leur séjour ordinaire que de le
souffrir parmi eux. Ce n'étoit pas pourtant pour cette raison que
Diocles vouloit exclurre Bagoas de la chaire de Philosophie. Lucien en
allégue d'autres tout à fait différentes, plus graves & plus
vraisemblables.



CHAPITRE X.

_De quelle maniére les Loix civiles ont considéré les Eunuques, & quels
droits elles leur ont attribué._


L'Empereur Domitien deffendit au commencement de son Régne à toutes
sortes de personnes, tant dans l'Empire Romain, que dans ses limites,
d'avoir la hardiesse d'entreprendre de châtrer les petits enfans;

    _Lusus erat sacræ connubia fallere tædæ_
      _Lusus & immeritos ex ecuisse mares._
    [107]
    _Utraque tu prohibes, Cæsar populisque futuris_
      _Succurris, nasci quos sine fraude jubes._
    _Nec spado jam, nec mœchus erit te præside quisquam_
       _At prius ó mores! & spado mœchus erat._

Cette Ordonnance passa pour un avantage très grand, & pour une action
digne d'un Prince sage & généreux; [108]Martial l'en félicite par cette
belle Epigramme,

    _Tibi summe Rheni Domitor & parens orbis_
    _Pudice Princeps, gratias agunt urbes;_
    _Populos habebunt, parere jam scelus non est._
    _Non puer avari sectus arte Mangonis,_
    _Virilitatis damna mœret ereptæ._

Cependant il est certain que son motif ne fut nullement louable, car il
ne fit cette deffense, comme le remarque Xiphilin dans sa Vie, & Dion
Cassius, qu'en haine de Tite son frére qui aimoit les Eunuques.[109]
Suetone ne rapporte pas cette particularité, mais elle n'en est pas
moins certaine. Cette Loi & cette Ordonnance, n'est pas mise dans le
Code au tître des Eunuques, sous le nom de Domitien, ni sous celui de
Nerva, qui fit depuis la même deffense, mais sous les noms de Constantin
& de Leon[110]; cependant, Suetone ne permet pas de douter qu'elle ne
soit de lui. L'illustre & le célébre Monsieur de Leibnitz à qui j'ai
proposé cette difficulté par maniére de conversation, m'a donné cet
éclaircissement, que la Loi dont il s'agit ici étoit mise sous les noms
de ces deux derniers Empereurs, parce qu'ils l'ont renouvellée, & qu'on
ne sçavoit alors que par le moyen de l'Histoire, que Domitien & Nerva en
fussent les premiers Auteurs, à peu près comme il en est de ces Loix
somptuaires, des Ordonnances contre les Duels, & de divers Réglemens de
cette nature qui passent pour être les Ouvrages des Princes modernes qui
les publient, quoi qu'on sçache par le moyen de l'Histoire, que d'autres
Princes les ont donnez à leurs Peuples plusieurs siécles auparavant.

L'Empereur Adrien enchérit sur cette belle constitution, par un meilleur
motif, & deffendit non seulement qu'on fit Eunuques par force ceux qui
ne le souhaitoient pas, mais il deffendit même de faire Eunuques ceux
qui le souhaitoient. Il y a trois Loix consécutives sur ce sujet dans le
tître, _ad legem corneliam de sicariis & veneficis_.[111] Voici les
termes de la premiére. _Constitutum quidem est ne spadones fierent, eos
autem qui hoc crimine arguerentur corneliæ legis pœna teneri,
eorumque bona meritò fisco meo vindicari debere; sed & in servos qui
spadones fecerint ultimo supplicio animadvertendum esse. Et qui hoc
crimine tenentur, si non adjuerint, de absentibus quoque tanquàm lege
Cornelia teneantur, pronuntiandum esse. Planè si ipsi qui hanc injuriam
passi sunt, proclamaverint, audire eos Præses Provinciæ debet, qui
virilitatem amiserunt; Nemo enim liberum servumve invitum, sinentemve
castrare debet; Neque quis se sponte castrandum præbere debet. Ac si
quis adversus Edictum meum fecerit Medico quidem qui exciderit capitale
erit, item ipsi qui se sponte excidendum præbuit._ Voici les termes de
la seconde de ces Loix, _Hi quoque qui Thlibias faciunt, ex
constitutione D. Hadriani ad Ninium hastam, in eadem causa sunt qua hi
qui castrant_. Et voici enfin les termes de la troisiéme, _Is qui servum
castrandum tradiderit pro parte dimidia bonorum mulctatur ex Senatus
consulto quod Neratio Prisco & Annio Vero Consulibus factum est_. Tout
cela montre que l'Eunuchisation étoit regardée comme une chose honteuse,
odieuse, & préjudiciable à la société aussi bien qu'à la personne sur
laquelle elle étoit pratiquée. [112]_Qui hominem, libidinis vel promercii
causa castraverit, Senatus Consulto pœna legis Corneliæ punitur.[113]
Et si puerum quis castraverit & pretiosiorem fecerit Vivianus scribit
cessare Aquiliam, sed injuriarum erit agendum, aut ex Edicto Ædilium,
aut in quadruplum._ Ce mot _pretiosior_ est obscur, comment un homme
mutilé, dégradé, pour le dire ainsi, de sa qualité d'homme, pouvait-il
être devenu plus prétieux? Voici le sens de ce mot, c'est que comme les
Eunuques étoient aimez & carressez par les Princes, qu'ils étoient
élevez aux premiéres Dignitez de leur Etat, leur condition en étoit
devenuë par là, au moins à cet égard, beaucoup plus considérable, c'est
ce qui paroît par la Loi 4. au Code _de præpositis sacri cubiculi_. Mais
l'Empereur Justinien qui est venu depuis & qui a bien considéré les maux
qui naissoient de cette coûtume, soit aux particuliers, soit au public,
a réïtéré les mêmes deffenses, dans son Code[114] où il décide que,
_tanquam homicida punitur ille qui castrat aliquem_, & dans deux
chapitres de ses Nouvelles[115], à la tête desquelles il a mis une belle
Préface qui en contient les motifs; Il traite cette action d'impie, de
lâche, de honteuse, de deshonnête, & de criminelle, & il dit qu'on a
commis cette espéce de crime sur une grande multitude de gens, que peu
en ont échappé sains & saufs, qu'à peine en a-t-on pû sauver trois de
quatrevingt & dix qui sont venus à sa connoissance; Il considére ces
Eunuchisations comme des meurtres, comme des actions contraires à
l'intention de Dieu, & de la nature, & à l'intention de ses propres
Loix. Il est deffendu sous de griéves peines dans ce titre du Code dont
je viens de parler, de vendre ou d'acheter les Romains qui ont été faits
Eunuques, soit dans l'Empire Romain, ou dans les Païs étrangers. Il y
est aussi deffendu, sous peine de la vie, de faire des Eunuques dans
l'Empire Romain: celui qui auroit donné son esclave pour en faire un
Eunuque en étoit pour la confiscation de la moitié de ses biens.[116]
L'Empereur Leon s'est encore déclaré depuis en termes bien plus forts.
_Virtutis_, dit-il, _ad procreandum à Deo naturæ inditæ exectio non
minore cum audacia identidem committitur quàm si apud Deum nulli pœnæ
obnoxia esset, cùm tamen vel maxime sit; Et quanquam veteribus
Legislatoribus curæ fuerit, ut id malum ultrice lege excideretur, quo
respublica ab istiusmodi invento munda esset; haud scio tamen, cum si
qui alii, huic certe præscripto obtemperari atque à naturæ mutilatione
abstineri æquum sit, quamobrem non ita faciant homines, sed tanquam
utilitatem quamdam istiusmodi adversus Generandi vim, insidias
reputantes, membra quæ homini nascendi causam suppeditant, lancinent, &
creaturam aliam quam qualis, conditoris sapientiæ placuerit in mundum
introducere contendant. Hoc igitur cùm inultum relinquendum non putemus,
lege in id pœnam constituentes, quibus adeò divinam creaturam
deformare religio non est, eorum audaciam, auxiliante Deo reprimere
conemur._ Il appelle ceux qui font des Eunuques, _Naturæ insidiatores,
detestandæ hujus artis artifices_; il les condamne & il finit cette
excellente constitution par ces belles paroles, _si in albo Imperatorii
famulatus sit, artifex detestandæ hujus artis primùm albo eximatur_. Un
homme qui faisoit un Eunuque étoit considéré comme un Notaire ou un
Tabellion qui faisoit un acte faux; le lieu où l'action avoit été
commise étoit considéré comme un lieu où on avoit commis un crime de
leze Majesté. Mornac qui a fait un excellent Commentaire sur le tître du
Code qui traite _de Eunuchis_, dit avoir vû dans un Historien de France,
qu'un soldat fut puni pour avoir ôté à un Moine ce qu'il croyoit lui
être inutile, _chose inouïe_, dit cet Historien, _quod inaudita apud nos
fuerat_. Messire Claude de Ferriere qui a fait aussi une espéce de
Commentaire sur le même tître, rapporte la même Histoire; mais il y
ajoûte ses réfléxions, & quoi que bon Catholique il dit, qu'_il y a des
gens qui disent, qu'il seroit à souhaiter que_ solos Eunuchos haberet
Ecclesia Ministros, _pour empêcher les desordres que nous ne voyons qui
trop souvent, sans ceux qui nous sont inconnus_. _Il est vrai_,
ajoûte-il, _qu'il y en a plusieurs qui pourroient y avoir intérêt_;
_cependant, je crois qu'il vaut mieux laisser les choses comme elles
sont, & ne pas faire du mal à ceux qui ne veulent que le bien de leurs
prochains_. Quoi qu'il en soit, il paroît que les Loix ont regardé
l'action de faire des Eunuques comme abominable, & l'Eunuque lui-même
comme un monstre, aussi ne leur ont-elles jamais accordé les droits &
les priviléges qu'elles accordent aux autres hommes.[117] Par éxemple il
ne leur a point été permis de tester. J'avouë que l'Empereur Constance
qui leur en avoit accordé la faculté parce qu'il faisoit tout ce qu'ils
vouloient, a donné une Loi qui porte que, _Eunuchis liceat facere
Testamentum, componere postremas exemplo omnium volontates, conscribere
codicillos, salvâ testamentorum observantiâ_; Mais tous les
Jurisconsultes estiment que cette liberté ne concerne que les Eunuques
qui étoient près de sa Personne, ou près de celle de l'Impératrice. Il
est certain que dans quelque degré de faveur que les Eunuques fussent,
ils n'ont jamais été considérez que comme des Esclaves. Ils ont
toûjours été le jouet des Princes, qui ont même abusé quelquefois de
leur servitude; on peut dire qu'il a été d'eux à cet égard, comme de ces
Genuches qui sont carressées dans les cabinets des Grands & vêtuës de
toile d'or. Or il est certain que ce n'a été qu'à ces Eunuques
privilégiez qu'il a été permis de faire Testament. L'Empereur Leon en
rend la raison dans sa Nouvelle trente-huitiéme, mais bien plus
particuliérement dans la Loi _Jubemus_, qui est la quatriéme au Code _de
præpositis facii Cubiculi, & de omnibus cubiculariis & privilegiis
eorum_. Le tître seul, pour le dire en passant, fait voir qu'il s'y agit
des Eunuques, mais il le dit expressément comme on va le voir; _Nam cùm
hoc privilegium_, dit-il, _videatur principalis esse proprium Majestatis
ut non famulorum sicut privatæ conditionis homines sed liberorum
honestis utatur obsequiis, periniquum est eos duntaxat pati fortunæ
deterioris incommoda_; _sed testamenta quidem ad similitudinem aliorum
qui ingenuitatis insulis decorantur pro suâ liceat eis condere
voluntate_. Il y ajoûte néanmoins une réfléxion qui les distingue des
hommes libres; [118]_Intestatorum verò nemo dubites facultates, ut pote
sine legitimis sucessoribus defunctorum fisci juribus vindicari_; Et ce
qui fait voir clairement qu'il s'agit du droit des Eunuques, c'est qu'il
dit dans cette même Loi que, _hæc omnia tunc diligenti observatione
volumus custodiri cùm sponte suaque voluntate quis dederit Eunuchum
sacri Cubiculi Ministeriis adhæsurum_. Voila donc les Eunuques mis sur
le pied des Esclaves; on en excepte les Gardes du Prince, mais cette
exception ne fait que confirmer la régle, _Exceptio in non exceptis
firmat regulam_. En général donc il est certain qu'ils ne peuvent
instituer des héritiers, ni être eux-mêmes héritiers instituez. Dès
qu'ils sont morts leurs biens sont vacans & dévolus au Fisc. Ils sont
même considérez comme gens infames, indignes des Priviléges accordez par
les Loix, témoin cette belle déclaration du Jurisconsulte
Paulus, [119]_Quamvis nulla persona excipiatur, tamen intelligendum est
de his legem sentire qui liberos tolere possunt_; _Itaque si Castratum
libertum Jurejurando quis adegerit, dicendum est non puniri patronum hâc
lege_. Ils ne peuvent point adopter, la Loi est précise contr'eux sur ce
sujet, [120]_sed & illud utriusque adoptionis commune est, quod & ii, qui
generare non possunt, (quales sunt spadones) adoptare possunt, Castrati
autem non possunt_. J'avouë que l'Empereur Leon les a, pour ainsi dire,
réhabilitez par la Nouvelle vingt-sixiéme, dans laquelle il les autorise
à adopter; la raison qu'il en rend est assez plausible, _quemadmodum_,
dit-il, _cui vocis usus ademptus est, quæ linguæ munia sunt per manum ad
implere, & qui sermonem labiis fondere nequit per scripturam ad
ordinandas res suas procedere, non prohibetur. Ita neque qui quod
genitalibus privati sunt liberos non habent, horum indigentiam alio modo
compensare vetandum est_; cependant on peut dire qu'elle n'est point
juste, car c'est un principe de Droit aussi bien que de Philosophie & de
bon sens, que, _adoptio naturam Imitatur_, de là vient que _pro monstro
est ut major sit filius quàm pater_;[121] Et qu'on prescrit l'âge dans
lequel on peut adopter, toûjours en sorte que les proportions d'âge
soient gardées. Comment donc seroit-ce imiter la nature que de permettre
à un homme, qui non seulement n'a jamais pû en produire d'autres, mais
qui n'a pas eu la capacité & les choses naturelles requises pour en
produire d'autres, d'en adopter quelques-uns? Il faut observer
d'ailleurs que l'adoption n'étoit permise originairement qu'aux
personnes qui avoient eu des enfans, & qui les avoient perdus, pour les
consoler de leur mort. On a étendu depuis cette faculté jusqu'à ceux qui
n'avoient aucun empêchement manifeste d'avoir des enfans, mais qui par
l'événement n'en avoient point eu; les femmes mêmes ne pouvoient point
adopter, parce qu'elles sont incapables de l'effet principal de
l'adoption qui est la puissance paternelle, cependant elles peuvent
adopter[122] _ex Indulgentia principis, ad solatium liberorum
amissorum_. Mais ce seroit abuser de l'adoption que de l'accorder à des
gens qui n'ont point eu, & qui n'ont pû avoir des enfans; ce ne seroit
plus imiter la nature, ce seroit la surpasser, ou plutôt ce seroit lui
insulter, & donner des enfans à des gens auxquels elle a ôté le moyen
d'en produire. [123]Les Jurisconsultes ont eu tant d'égard à ces
considérations qu'ils n'ont pas même voulu permettre qu'un de ces
Eunuques auxquels il étoit permis de tester instituât un posthume pour
son héritier, voici comment en parle Ulpien dans la Loi _sed est
quæsitum_ §. I. _sed si Castratus sit, Julianus Proculi opinionem
secutus non putat posthumum hæreden posse instituere, quo jure utimur_.
J'avouë que je me suis étonné que Schneidevin, si savant & si judicieux
ait soûtenu, qu'un Eunuque pouvoit être tuteur. Il est vrai qu'il semble
qu'il n'entende parler que de ces gens impuissans qui n'ont qu'une
partie de ce que la nature donne aux autres, & sa comparaison donne lieu
de le croire; «Comme on ne peut point, dit-il[124], refuser une Tutelle
sous prétexte qu'on n'a qu'un œil, ou qu'on est ce que les
Jurisconsultes appellent _Morbosus_, un homme qu'il appelle _spado_ ne
peut pas prétendre non plus d'être éxempt d'une Tutelle dont il doit
être chargé;» Et il confirme son opinion par le §. spadonem 2. de la 6.
ff. _de Ædilitio Edicto & redhibitione, & quanti minoris_, qui contient
ces termes, [125]_spadonem morbosum non esse, neque vitiosum Verius mihi
videtur, sed sanum esse, sicuti illum qui unum testiculum habes, qui
etiam generare potest_. Ce qui me persuade qu'il ne s'agit point là d'un
Eunuque proprement ainsi nommé, c'est que ce même titre distingue entre
ce qu'il appelle [126]_morbosus & vitiatus_, & qu'il distingue ce qu'il
appelle _vitium simplex, de vitio corporis penetrante usque ad
animum_. [127]Il nomme particuliérement ceux _qui præter modum, timidi,
cupidi, avarique sunt aut iracundi_; Comment est-ce qu'un homme lâche &
timide comme l'est un Eunuque, peut servir d'appui & de secours à un
mineur qu'il auroit sous sa Tutelle, peut-être que ce pupile seroit plus
hardi, plus entendu & plus vigoureux que lui. [128]Quoi qu'il en soit
cela me paroît contraire à l'ordre & à l'équité, j'ajoûte même à
l'intention du Droit, car _Tutelam administrare virile munus est_, &
_ultrà sexum fœmineæ infirmitatis tale officium est_. J'avouë que je
me suis étonné quelquefois que les Loix les ayent admis à
s'enrôler, [129] _Qui cum uno testiculo natus est, quive amisit, jure
militabit, secundum Divi Trajani rescriptum_; La raison de cette Loi me
la rend d'autant plus surprenante, _Nam & Ducis Sylla_, ajoûte-t-elle, &
_Cotta memorantur eo habitu fuisse naturæ_. Est-ce que parce qu'il y a
eu deux grands hommes parmi les Eunuques, par une exception très
particuliére à la régle, il y a lieu de statuer que tous les autres sont
capables de porter les armes? Comme le combat conjugal est différent de
ceux qui se donnent à la guerre, les armes le sont aussi; Et comme les
Eunuques ne les ont point, ils ne peuvent point entrer aussi dans cette
agréable milice; C'est la décision de Plaute dans cette ingénieuse
allusion, [130] _si amandum est, amare oportet testibus præsentibus_.
Enfin, les Eunuques ne pouvoient paroître de leur chef dans aucun acte
solemnel; [131]_ad solemnia adhiberi non potest, cùm juris Civilis
communionem non habeat in totum, ne Prætoris quidem Edicti_. Il ne faut
avoir qu'une teinture fort legère du Droit pour sçavoir que l'état des
personnes consiste en trois choses, qui sont, _la liberté_, _la
bourgeoisie_, & _la famille_, & que lors que quelqu'un est déchû de
l'une de ces trois choses, il souffre un changement notable dans son
état; suivant cela qu'est-ce qu'un Eunuque? Et quelles faveurs les Lois
ont-elles pû lui faire? Quintilien nous donne une idée fort juste de la
nature d'un Eunuque & du droit qui lui convient[132]. Pour moi, dit-il,
quand je considère la nature, il n'est point d'homme qui ne paroisse
plus beau qu'un Eunuque, & je ne crois point que la Providence puisse se
dégoûter jamais assez de ses ouvrages pour souffrir que la débilité
passe pour une perfection, & que l'infirmité ait un rang parmi les
bonnes choses. Je ne puis m'imaginer que le fer puisse rendre beau ce
qui seroit un monstre s'il naissoit en l'état dans lequel la section l'a
pû réduire. Que l'imposture d'un séxe artificiel donne tant de plaisir
que l'on voudra, les mauvaises mœurs n'auront jamais assez d'Empire
sur la raison, pour faire passer pour bon ce qu'elle a pû faire passer
pour beau & pour précieux..... Qui parmi les célébres Sculpteurs, ou
parmi les grands Peintres, quand il tâche de répresenter les corps les
plus parfaits, voudroit en retrancher de telles choses? Et prendre pour
leurs modelles ou un Bagoas, ou quelque Megabize, plûtôt qu'un
Doriphoron capable de tous les éxercices de la guerre, & de tous les
jeux? Ou que de jeunes gens belliqueux? Ou de ces athlétes dont le corps
a été admiré?

Je me suis assez étendu sur cette matiére je passe à une autre; J'ajoûte
seulement ici par forme d'éclaircissement, qu'il faut faire toûjours une
grande différence entre les Eunuques volontaires qu'on a fait tels de
leur gré & de leur consentement, & entre ceux qu'on a été contraint de
faire tels pour leur sauver la vie, ou par quelqu'autre nécessité
semblable; les uns ont toûjours été odieux & méprisables, mais les
autres ont été à plaindre, & ont été dignes de support & de secours.



CHAPITRE XI.

_Quel rang les Eunuques volontaires ont tenu dans la société civile; de
quelle maniére les Loix les y ont considerez, & quels droits elles leur
ont attribué._


Si les Eunuques forcez, c'est à dire ceux qu'on a fait tels dans leur
jeunesse, dans un tems de persécution, ou par l'ordre d'un Tyran, & ceux
qui le sont devenus par accident, ont toûjours été l'objet du mépris &
de la raillerie des hommes. Quelle indignation n'ont-ils pas dû
concevoir contre ces ames lâches & basses, qui par des vûës d'intérêt &
d'ambition, se sont fait retrancher la partie extérieure de leur corps
la plus noble & la plus utile à la société? la Loi les condamne au
dernier supplice comme des homicides d'eux-mêmes. Et voici comment
l'Empereur Adrien parle contr'eux, [133]_Ac si quis adversus Edictum
meum fecerit, Medico quidem, qui exciderit capitale erit. Item ipsi qui
se sponte excidendum præbuit._ On les regardoit autrefois comme des
infames du premier ordre, on les bannissoit de la compagnie des hommes,
& on ne souffroit pas qu'ils fussent instituez héritiers n'étans en cet
état ni homme, ni femme. Voici un éxemple précis qui donnera une juste
idée du cas qu'on en a fait, & des droits qu'on a voulu leur attribuer;
c'est Valére Maxime qui le fournit[134]; «Que dirai je, s'écrie-t-il, de
l'ordonnance du Consul M. Æmile Lepide? n'est elle pas d'une très grande
conséquence? Genutius Prêtre de Cybelle Mére des Dieux, ayant obtenu du
préteur Cn. Oreste, qu'il seroit remis en la possession des biens que
lui avoit laissez Nevianus, par Testament, Sardinius dont l'affranchi
avoit ainsi favorisé Genutius en appella devant le Consul Mamercus,
soûtenant que Genutius s'étant volontairement privé des parties qui le
faisoient homme, ne devoit point être mis au rang ni des hommes, ni des
femmes, ce qui fut cause que la Sentence du Préteur fut cassée. L'Arrêt
est digne de Mamercus & d'un Prince du Senat, car il empêcha que les
siéges de nos Juges ne fussent souillez de la vûë d'une si indigne
personne que Genutius, & que sous prétexte de demander justice, sa voix
efféminée & lascive n'y fut entenduë.» Ceci suffit sur cet article,
parce qu'au reste on peut leur appliquer ce que j'ai dit dans les
chapitres précédens. Je dirai seulement, qu'il faut encore distinguer
les Eunuques volontaires entr'eux; Qu'un Combabus & d'autres semblables,
sont exceptez de cette haine & de cette condamnation publique si
justement dûës aux autres, ce n'est pas qu'ils soient tout à fait
excusables, mais on peut dire qu'ils le sont en quelque sorte, parce que
de deux maux ils croyent éviter le pire. Ils imitent ce Marchand dont
parle Juvénal, ou plûtôt le Castor,

    -------- Imitatus Castora a qui se[135]
    Eunuchum ipse facit, cupiens evadere damno
    Testiculorum.

Ce Poëte étoit apparemment du sentiment des vieux naturalistes qui ont
crû & qui croyent encore que le Castor coupe ses parties viriles afin de
se délivrer des mains des chasseurs, parce qu'il croit qu'on ne le
poursuit que pour les avoir; Mr. le Baron de la Hontan nous a bien
détrompez de cette vieille erreur, voici ce qu'il dit sur ce sujet.

«[136]Au reste, n'en déplaise aux découvreurs de la nature, aux
chercheurs de merveilles & de secrets sur les terres de cette Divine
ouvriére, il n'est point vrai que les Castors se mutilent & se fassent
Eunuques pour échapper à la trop pressante poursuite des Chasseurs; Non,
ces mâles estiment plus leur séxe, & font plus de cas que cela de la
propagation de leur rare espéce. Je ne puis même concevoir sur quel
fondement on a bâti une si grande chimére. Premièrement, la matiére
qu'il a plû à la secte d'Hypocrate de nommer _Castoreum_ n'est pas
renfermée dans ces précieuses & multipliantes parties; Elle est dans un
réceptacle, un véhicule, ou une maniére de poche qui est singuliére à la
machine organique de ces animaux, & que la nature semble n'avoir formée
que pour eux; l'usage que le Castor fait de cette matiére, c'est de s'en
nettoyer & dégager les dents lors qu'elles sont pleines de la gomme de
quelque arbrisseau dans lequel il aura mordu. Mais quand j'accorderois
que le _Castoreum_ est dans les testicules, comment cet animal
pourroit-il les couper sans se déchirer tous les nerfs des aînes
auxquels ils sont attachez près de _l'os pubis_ (trouvez-moi Officier
_Huron_ qui parle plus pertinemment d'Anatomie,) mais en me mettant sur
mes louanges j'ai perdu la conséquence que je voulois tirer de ce
déchirement de nerfs; N'importe, je ne démorderai pas pour cela de mon
scientifique raisonnement. C'étoit bien à Elian, & à d'autres rêveurs de
Naturalitez comme lui, de nous venir parler de la Chasse des Castors?
Avoient-ils puisé cette connoissance dans les méditations du cabinet?
S'ils avoient eu la gloire de vivre comme moi parmi ces Amphibies, ils
auroient sçû qu'un Castor ne s'embarasse point du tout d'un Chasseur;
vous sçaurez d'abord que cet animal a la précaution de ne point
s'éloigner du bord de l'étang où sa cabane est construite; De plus, il a
toûjours l'oreille au guet, & sitôt que par le moindre bruit, il
soupçonne qu'on lui en veut, il plonge, & nage entre deux eaux jusqu'à
ce que n'y ayant plus de danger, il puisse rentrer sûrement chez soi. Si
cette raison ne vous semble pas de poids pour les Castors terriens, je
vous renvoye à _l'os pubis_. Autre argument péremptoire. Si le Castor,
pour arrêter la poursuite de l'ennemi, faisoit la sanglante opération
qu'on lui attribuë, la nature lui auroit donné en cela un instinct fort
imparfait; car quand cet Animal n'auroit plus son _Castoreum_ on ne lui
feroit pas la chasse avec moins d'ardeur; Le _Castoreum_ est le butin le
moins important, ou plûtôt ce n'est rien en comparaison de la peau;
Celle-ci est la proye dominante & la maîtresse piéce de la bête; Ainsi
ce pauvre Castor, pour se sauver de l'avarice du Chasseur, devroit tout
au moins s'écorcher tout vif, & lui jetter sa peau; encore ne sçai-je
après cela si cette barbare & insatiable figure nommée _homme_ ne
voudroit pas la chair & les os de cet innocent animal..... [137]Sa
fourure est bizare, & bien différente d'elle-même; Elle est formée de
deux sortes de poils opposez. L'un est long, noirâtre, luisant, & gros
comme du crin; l'autre délié, uni, long de quinze lignes pendant
l'hyver, en un mot, le plus fin duvet qui soit au monde; Il n'est pas
nécessaire de vous avertir que c'est cette seconde espéce de poil que
l'on cherche avec tant d'empressement, & que ces animaux méneroient une
vie plus sûre & plus tranquille s'ils n'étoient vétus que de crin.» Il
fait une histoire & une description fort curieuses du Castor; outre que
cet illustre Voyageur est un homme sçavant, de bon sens & de bon goût,
très capable de penser, de raisonner, & de juger juste sur un sujet tel
que celui ci qui ne demande que la vûë & du discernement; J'ai remarqué
en lisant Pline[138], qu'un vieux Médecin de son tems qu'il nomme
Sextius, _diligentissimus Medicinæ veteris autor_, étoit à peu près du
même sentiment que Mr. le Baron de la Hontan; Comme j'ai eu l'honneur de
voir ce Baron curieux, à qui le Public a l'obligation d'avoir aquis
plusieurs connoissances rares, & de l'entretenir, c'est avec
connoissance de cause que je parle de lui avec tant d'éloges; [139]J'ai
beaucoup de respect pour les doctes Auteurs des Journaux de Trevoux, &
beaucoup de reconnoissance du fruit que je tire de leurs veilles & de
leurs travaux, mais ils me pardonneront, s'il leur plaît, si je n'entre
point dans les sentimens qu'ils ont si peu favorables à ce Voyageur
digne, à mon avis, d'une meilleure réputation que celle qu'ils tâchent
de lui établir dans le monde.



CHAPITRE XII.

_Quel rang les Eunuques volontaires & forcez, ont tenu dans la Société
Ecclésiastique; de quelle maniére l'Eglise & ses Canons les ont
considérez, & quels droits ils leur ont attribuez._


Dieu a eu de tout tems en abomination toutes fortes d'animaux
mutilez. [140] _Vous n'offrirez point au Seigneur_, dit-il, _tout animal
qui aura ce qui a été destiné à la conservation de son espéce, ou rompu,
ou foulé, ou coupé, ou arraché, & gardez-vous absolument de faire cela
dans vôtre Païs_. Cette deffense est générale, mais il en a fait une qui
concerne l'homme en particulier, [141] _L'Eunuque_, dit-il, _dans lequel
ce que Dieu a destiné à la conservation de l'espéce, aura été ou
retranché, ou blessé d'une blessure incurable, n'entrera point en
l'Eglise du Seigneur_.

Quelques Interprétes de l'Ecriture Sainte croyent, que par le mot
_Eglise_ qui est employé dans ce dernier passage, il faut entendre
l'Assemblée du Peuple Juif, & que Dieu deffend ici, que ceux
que [142]_les hommes avoient faits Eunuques_, comme parle Jésus Christ,
fussent admis dans les Assemblées & dans les Charges publiques. Je ne
rapporterai point ici les divers sens spirituels que Théodoret, Clément
Aléxandrin, & divers autres Péres de l'Eglise, ont donné à ce passage;
on y verroit pourtant qu'une certaine sorte de stérilité, &
l'impuissance, sont des choses indignes, & qui éloignent de Dieu; mais
ces explications m'éloigneroient trop de mon sujet. Je dirai donc
seulement, que par ce mot _Eglise_, dont les Eunuques sont exclûs, il
faut entendre, non seulement l'Assemblée des Juifs & leur Magistrature,
mais même tous leurs Priviléges; L'Eunuque ne peut jouïr d'aucun de
leurs avantages, il ne peut jamais être censé faire partie du Peuple
Saint, ni être Israëlite, ni fils d'Abraham; ni jouïr des Priviléges de
la Nation Sainte, comme d'espérer qu'on lui prêtera de l'argent à
intérêt, qu'il aura part au bénéfice du Jubilé, c'est à dire qu'il
jouïra des Priviléges de l'année septiéme de rémission; Les Eunuques
sont bannis en un mot de la Société politique des Juifs, _ut non
habeantur Cives, nec habeant jus civicum apud Judæos_. C'est en ce sens
que ce mot Eglise est pris au ℣. 4. du chapitre 20. des
Nombres; & au ℣. 2. du chapitre 20. du Livre de Judith.
Voila une terrible malédiction, la Loi de Dieu est bien plus sévére
contre les Eunuques, que les Loix Politiques & Civiles que j'ai
rapportées. Il semble presque que cette Jurisprudence ait changé sous la
Nouvelle Alliance; En effet, bien loin d'éloigner les Eunuques de
l'Eglise, si on en croyoit Origéne, ou les Valésiens, il faudroit être
Eunuque pour aquérir le Ciel; mais j'ai fait voir dans un des chapitres
précédens, que les paroles de Jésus Christ sur lesquelles ils avoient
fondé leur opinion, n'ont rien innové à cet égard, qu'ils l'ont
eux-mêmes reconnu depuis, & je vais faire voir positivement, que la
Jurisprudence de l'Eglise Chrétienne condamne les Eunuques volontaires &
quelques-uns des autres. Cette Jurisprudence est établie par le droit
Canon[143]; _Corpore verò Vitiati, y est-il dit, similiter a sacris
officiis prohibentur_; Cela est un peu général, mais voici quelque chose
plus particulier, [144]_si quis pro ægritudine naturalia a Medicis secta
habuerit_; _similiter & qui a Barbaris aut qui a Dominis suis castrati
fuerint, & moribus digni inveniuntur hos Canon admittit ad Clerum
promoveri_. _Si quis autem sanus non per disciplinam Religionis &
abstinentiæ sed per abscissionem a Deo plasmati corporis existimat posse
à se carnales concupiscentias amputari, & ideò se castraverit, non eum
admitti decernimus ad aliquod clericatus officium. Quod si jam fuerit
ante promotus ad Clerum, prohibitus a suo Ministerio deponatur._ La
raison de cette différence est rapportée dans le Canon 8. après avoir
parlé de ceux qui sont tels lors que, _casu aliquo contigerit dum operi
rustico curam impendunt, aut aliquid facientes seipsos non sponte
percutiunt_, & les avoir opposez aux Eunuques volontaires, _in illis
enim_, dit-il, _voluntas est vindicanda quæ sibi causa fuit ferrum
injicere, in istis autem casus veniam meruit_; Il dit la même chose de
ceux que les Barbares, la Maladie, un Tyran, ou un Ennemi, ont mutilez,
ceux-là sont dignes de compassion & de support.

Cette Jurisprudence est beaucoup plus ancienne que le decret de Gratien
dont j'ai tiré les décisions que je viens d'alléguer, elle est établie
par le Concile de Nicée qui est le premier œcuménique; voici le
premier de ses Canons; «Si quelqu'un étant malade a été fait Eunuque par
les Médecins, ou s'il a été coupé par les Barbares, qu'il demeure dans
le Clergé & dans l'état Ecclésiastique; Mais si étant sain il s'est
retranché lui-même, il faut que s'il est du Corps du Clergé, il
s'abstienne des fonctions de son Ministére, & qu'à l'avenir on n'admette
plus au rang des Ecclésiastiques aucun de ceux qui en auront usé de la
sorte;» Et comme il est manifeste que cette ordonnance regarde ceux qui
ont agi de cette maniére de propos délibéré, & qui se sont coupez
eux-mêmes, cela ne regarde point ceux qui auront été faits Eunuques par
les Barbares, ou par leurs Maîtres, ils peuvent être reçûs dans le
Clergé selon les régles de l'Eglise, pourvû que d'ailleurs ils en soient
dignes. Ce Canon du Concile de Nicée est rapporté dans la Vie de Saint
Athanase faite par Mr. Herman, & suivi des réfléxions de ce judicieux
Auteur. Il ne sera point inutile de les rapporter ici, ne fut-ce que
pour épargner la peine de les chercher ailleurs; «On ne peut pas dire au
vrai quelle a été l'occasion qui a porté les Péres du Concile de Nicée à
traiter de cette maniére, & à user de cette juste sévérité contre ceux
qui se faisoient Eunuques par leurs propres mains; Il est certain que
cette mutilation volontaire qui étoit deffenduë par les Loix Civiles, &
particuliérement par celles de l'Empereur Adrien, ne pouvoit être
approuvée par l'autorité de l'Eglise; le zele inconsidéré d'Origéne qui
s'étoit coupé lui même, en expliquant d'une maniére trop littérale le
chapitre dixneuviéme de l'Evangile de Saint Matthieu, avoit été condamné
par Demetrius son Evêque, quoi qu'il admirât en même tems cette action
comme un transport extraordinaire de piété. L'abus de quelques
Hérétiques nommez Valesiens qui retranchoient ainsi toutes les personnes
de leur Secte, avoit déja été considéré comme un excès aussi contraire
aux sentimens de la véritable Religion qu'aux régles communes de
l'humanité. Toutes ces considérations font bien voir la justice de ce
premier Canon de Nicée, mais elles ne nous apprennent point quelle en a
été l'occasion. Quelques uns prétendent que ce Canon fut fait à
l'occasion du Prêtre Leonce, depuis élevé par les Arriens à l'Episcopat
d'Antioche, qui perdit son rang pour s'être ainsi mutilé lui-même; mais
en ce que Theodoret ajoûte que son Ordination étoit contre les Loix du
Concile de Nicée, il donne quelque lieu de croire que ce Prêtre n'avoit
pas encore commis un si grand excès, & que ce ne fut que depuis le tems
de cette sainte Assemblée, que le desir de converser plus librement avec
une fille nommée Eustolie, le porta à armer ses propres mains contre
lui-même, en imitant Origéne. Quoi qu'il en soit ceux qui étoient
devenus Eunuques, ou par maladie, ou par une violence étrangére, ne sont
point exclus des Dignitez de l'Eglise; Et c'est ainsi que S. Germain, &
S. Ignace, ont rempli si dignement le Patriarchat de Constantinople.
Mais ceux qu'un faux zele pour la chasteté, ou quelqu'autre
considération, a porté à une action si barbare, sont jugez indignes des
fonctions de leur Ministére, s'ils sont déja du nombre des Clercs, ou
d'être élevez à la Cléricature s'ils sont encore parmi les Laïques;» A
l'égard de ceux qui se sont faits Eunuques par intérêt, par ambition, ou
par quelqu'autre motif, lâche, bas, & odieux, ce n'est pas assez de les
exclure des Charges Ecclesiastiques, il faut les réputer & les tenir
pour si infames, qu'on les bannisse de la compagnie des hommes; c'est
ainsi que l'antiquité en a agi, comme je l'ai fait voir dans l'éxemple
de Genutius. Je passe plus loin encore, car j'estime que non seulement
ils doivent être couverts d'opprobre & de honte, mais même qu'ils
doivent être punis comme d'un crime capital; En effet, le droit les
déclare homicides d'eux-mêmes; [145]_si quis absciderit semet ipsum, id
est si quis computaverit sibi virilia, non fiet Clericus, quia sui est
homicida, & Dei conditioni inimicus_. _Si quis cum Clericus fuerit
absciderit semet ipsum, omninò damnetur, quià sui homicida est._ Il est
bon d'entendre ce mot _homicida_; car il n'est pas vrai, à parler
proprement, que celui qui se fait Eunuque, se fasse mourir; mais c'est
parce qu'il se met en danger de mourir dans l'opération; car comme on
l'a vû dans un des chapitres précédens, l'Empereur dit, que de
quatrevingt-&-dix qu'il a vû couper, à peine en est-il échappé trois; Il
est donc appellé homicide de soi-même, _propter homicidii periculum quod
sequi poterat sectionem_; au même sens qu'il est dit dans le chapitre
dernier de la distinction quatrevingt-&-septiéme, que quiconque expose
un enfant en est homicide; la raison de cela est qu'il ne faut pas
considérer ce qui arrive, mais ce qui pouvoit arriver. _Prætor non ait
cujus casus nocere posset_, dit la Loi, _ex his Verbis_, ajoûte-t-elle,
[146]_manifestatur non omne quidquid positum est, sed quidquid sic
positum est ut nocere possit, hoc solum prospicere Prætorem ne possit
nocere, nec spectamus ut noceat, sed omninò si nocere possit Edicto
locus sit_; _Coërcetur autem qui positum habuit, sive nocuit id quod
positum erat, sive non nocuit._ J'ajoûte à la disposition du Droit,
qu'outre les cas qui y sont exceptez, il y en a un qui mérite d'être
considéré, c'est lors que le salut de tout le corps éxige qu'on en
retranche cette partie, car c'est une maxime du bon sens que _præstat
partis quàm totius facere jacturam_. Mais j'ai fait voir que la piété ni
la Religion ne pouvoient pas servir de prétexte à cette infame
éxécution; _Non est licita ad servandam aliquam virtutem_. _V. G.
Castitatem, quia non desunt alia media quibus cum Dei gratia possit homo
& assequi & tueri hanc virtutem._ Au reste, il y a une remarque à faire
sur ce sujet qui n'a pas été trouvée indigne des plus habiles Critiques,
& des plus célébres Jurisconsultes; Mornac la rapporte dans son
Commentaire sur la Loi, _si quis Cod. de Eunuchis_. Voici en quoi elle
consiste. Le Canon neuviéme de la distinction cinquante-cinquiéme
contient ces mots, _Eunuchus si per insidias hominum factus est, vel si
in persecutione ei sunt amputata virilia, vel si ita natus est dignus,
fiat Episcopus_; ce mot _Episcopus_ a paru là mal placé, on a eu
recours, pour s'éclaircir sur le doute qu'on en a eu au Canon des
Apôtres vingt-&-uniéme, & on y a trouvé dans l'éxemplaire Grec le mot
χλεοικὁς, & non pas celui d'_Episcopus_. Ce qui avoit donné lieu à ces
Savans de douter étoit, dit Mornac, que l'indécence & la difformité d'un
homme sans barbe & efféminé, desagréable & méprisable dans le Public, ne
permettoit pas de croire que l'Eglise l'eût élevé sur une de ses
premiéres chaires pour y enseigner, y présider sur tout le reste du
Clergé, & pour le dire ainsi, pour dominer sur lui: Cette réfléxion
n'est point inutile ici, car il paroît que quelque support que l'Eglise
ait eu pour ces malheureux, l'état de leur personne a toûjours été si
vil & si abject, que quelques dignes qu'elles fussent d'ailleurs, elle
n'a jamais voulu les placer dans les lieux éminens, ni leur conférer des
Dignitez illustres & considérables.

Je finirai ce chapitre & cette premiére Partie de mon Ouvrage tout
ensemble, par quelques remarques qui ne seront point inutiles à mon
sujet. Je dirai d'abord que je n'ai point prétendu faire une Histoire
naturelle des Eunuques, ni une Histoire éxacte du sort qu'ils ont eu
dans tous les siécles, & dans tous les Païs; les mœurs des Nations &
des tems sont fort différentes, on voit à la honte de la raison humaine,
que ce qui a été du goût du Public dans un siécle, déplaît beaucoup dans
un autre. Cette bizarerie paroît sur tout parmi les différens Peuples
qui ont différens génies. Ce défaut de virilité n'est pas également
honteux par tout, il rend considérables en plus d'un lieu des gens qui
sans cela ne le seroient point: leur nom n'est pas également une injure
dans tous les Païs; Ils ont éxercé les premiers Emplois & reçû des
honneurs qui ne cédoient qu'à ceux qui étoient rendus aux Souverains. On
voit encore presque la même chose dans tous les Païs du Levant, dans la
Perse, dans l'Egypte, dans la Mesopotamie, & il est de notoriété
publique qu'à la Porte du grand Seigneur, & dans la vaste étenduë de son
Empire qui s'étend dans les trois parties de l'ancien Monde, les
Eunuques possédent une autorité presque pareille à la Souveraine; Ils
étoient autrefois les yeux & les oreilles des Rois de Perse, ils le sont
encore de l'Empereur des Turcs. Les Romains au contraire ont toûjours eu
en horreur ces demi-hommes, & abominé la Castration; voici comment César
en parle à l'occasion d'une infinité de personnes auxquelles le Roi
Pharnacés avoit fait perdre la virilité[147], _quod quidem supplicium_,
dit-il, _gravius morte Cives Romani ducunt_; cependant on voit que peu
après du tems des Antonins Plautianus fit faire un grand nombre
d'Eunuques, comme je l'ai dit ailleurs; Et aujourd'hui les Italiens en
ont beaucoup & en font cas. [148]Mr. Chevreau nous apprend qu'ils nomment
vertueux leurs _Castrati_ qui ont la voix belle, & qu'ils honorent du
même tître les Courtisanes, quand elles chantent, qu'elles dessinent,
qu'elles jouent de la Guitare, ou qu'elles font un Madrigal. La Reine
Christine les appelloit, _la Virtuosa Canaglia_. C'est une chose qui est
digne de remarque, qu'il n'y a proprement que l'Italie, qui n'est qu'un
coin de terre en comparaison de tout le reste du monde Chrêtien, qui
produit des Eunuques. Il seroit fort difficile de rapporter exactement
tout ce que le caprice des hommes leur a fait faire à cet égard dans
tant de siécles qui se sont écoulez, & parmi tant de Peuples qui ont
habité toutes les parties du Monde; D'ailleurs, comme ce n'est point le
but de cet Ouvrage, il me suffit de conclure de tout ce que j'ai dit
jusques ici, qu'il ne paroît aucune Ordonnance, aucune Loi, ni aucune
Constitution, qui réglent le mariage des Eunuques, ce que l'on
trouveroit infailliblement dans les Historiens anciens & modernes, ou
dans les compilateurs du Droit, s'il leur avoit été permis d'en
contracter, & s'il s'en étoit effectivement contracté, de même qu'on en
trouve concernant la faculté de se faire Eunuque, de tester, d'adopter,
d'éxercer la Tutelle, & d'être appellé en témoignage; on y trouve au
contraire des Loix qui les deffendent absolument. C'est ce qu'il s'agit
d'éxaminer plus particuliérement dans la seconde Partie de cet Ouvrage.

_Fin de la premiére Partie_.



SECONDE PARTIE.

     Dans laquelle on discute le droit des Eunuques par rapport au
     mariage; & dans laquelle on éxamine s'il doit leur être permis de
     se marier.



CHAPITRE PREMIER.

_De la nature & du but du Mariage. Que l'Eunuque ne peut y répondre._


Mon dessein n'est point de faire ici l'éloge du Mariage, & moins encore
d'outrer les choses sur ce sujet, comme a fait un Auteur moderne dont
les éxagérations ont été fort relevées[149]. Je n'ai pas dessein non
plus d'éxaminer à fond la matiére du mariage; Sanchez & Pontius y ont
trouvé de quoi faire chacun un gros volume in folio; & nous avons vû
depuis peu, qu'un Ecclésiastique de Florence nommé Charles Mazzi, a
tâché de traiter succinctement ce sujet & de réduire ce qu'on en a dit
en abregé comme il paroît par le titre de son Ouvrage, qui est, _Mare
Magnum Sacramenti Matrimonii in exiguo_; Cependant, son Livre est un
Volume in folio; Ce qui a donné lieu à un habile homme de dire[150], que
puis que l'Auteur, en nous donnant un in folio, ne nous montre qu'en
petit l'ocean du mariage; combien de volumes faudroit-il pour nous le
montrer en grand? Quoi qu'il en soit, c'est une matiére si vaste, si
agitée, si pleine d'écueils, que les Théologiens Casuistes ne sçavent
comment faire pour l'épuiser, & qu'ils se trouvent souvent incertains de
la route qu'ils doivent tenir; Je me contenterai donc de poser quelques
principes généraux par lesquels je ferai connoître la nature & le but du
mariage, pour en tirer ensuite des conséquences nécessaires au sujet
particulier que je traite.

Le Mariage est, selon la définition que les Jurisconsultes en donnent,
un consentement de l'homme & de la femme, de passer leur vie ensemble
dans une union perpétuelle, qui ne soit séparable que par la mort de
l'un ou de l'autre; [151]_Viri & mulieris conjunctio individuam vitæ
consuetudinem continens_. Quoi que cette définition soit donnée par des
Jurisconsultes qui ont été les oracles de la Jurisprudence, j'oserai
dire néanmoins qu'elle n'est point juste; car si elle l'étoit, la
Tourterelle qui ne s'accouple qu'avec un mâle, & qui ne se laisse point
approcher par un autre lors que le premier est mort, auroit contracté un
mariage; ce qu'on ne peut pas dire d'une bête destituée de raison &
d'intelligence. D'ailleurs, le concubinage constant avec une seule femme
seroit aussi un véritable mariage, ce qui est contraire à l'institution
de son union. Toutes les unions qui sont indivisibles dans la société ne
sont pas des mariages; cependant, pour ne pas disputer ici contre une
définition reçûë depuis tant de siécles, je dirai seulement qu'elle
contient deux expressions qui demandent quelqu'éclaircissement; l'une
est le mot _conjunctio_, il ne se prend pas simplement pour le
consentement des contractans, il se prend aussi _pro corporum
commixtione_. L'autre est le terme _individuam_, il s'entend de ceux qui
contractant mariage lesquels sont censez avoir dessein de vivre ensemble
dans l'union jusqu'à la mort de l'un ou de l'autre, car le divorce étoit
permis chez les Romains, comme on le voit par le tître entier du Code de
_Repudiis_, & du Digeste _De Divortiis & Repudiis_. Ce que je dirai dans
la suite de ce chapitre pourra satisfaire aux doutes auxquels ces mots
ont donné lieu.

Le Mariage est la plus excellente de toutes les unions. 1. Parce que
c'est Dieu qui l'a institué dans le Paradis terrestre, durant l'état
d'innocence. 2. Parce qu'il n'y a rien qui convienne mieux à l'homme que
le mariage, ni qui se rapporte plus parfaitement à ses besoins. 3. Parce
que le mariage est très nécessaire au monde pour y conserver les
Sociétez, & pour y entretenir la sagesse & la pudeur.

La différence des séxes & ces paroles, _croissez & multipliez_, que Dieu
a prononcées lui-même lors qu'il les joignit ensemble, qu'il institua le
mariage & qu'il le benit, font voir manifestement que le but de cette
union n'est autre que la propagation du genre humain. Cette union ne
peut donc point passer pour un simple consentement de demeurer ensemble,
comme quelques-uns l'ont crû, mais _pro corporum commixtione_, ou _pro
copula carnali_. Ces paroles de Dieu, _& ils seront deux dans une même
chair_, ne signifient autre chose. Les Canonistes ne regardent le gendre
& la fille que comme une seule & même personne, comme un seul & même
enfant, _si vir & uxor non jam duo sed una caro sunt, Non aliter est
nurus reputanda quam filia_, or ils ne peuvent être una caro que par la
consommation du mariage, _non aliter vir & uxor mulier non possunt una
caro fieri nisi carnali copulâ sibi cohæreant_; ce sont les termes qui
sont employez dans le droit Canon[152]. En effet, si ces paroles ne
signifioient qu'un simple consentement, quel sens pourroit-on donner à
cette expression de Saint Paul, _Ne sçavez-vous pas que celui qui
s'attache avec une femme débauchée est fait un même corps avec elle, car
les deux_, est-il dit, _deviendront une même chair_. Un homme qui commet
paillardise avec une femme, ne s'engage pas à demeurer toûjours avec
elle, comment donc est-il fait un même corps avec elle? Ce ne peut être
que _per corporum commixtionem_, ou _per copulam carnalem_, comme je
l'ai dit; Or quel but peut avoir cette conjonction, selon l'intention de
Dieu qui en a été l'Instituteur? Ça été de procurer lignée, d'engendrer
des enfans; _Croissez & multipliez_, dit-il, voila pourquoi je vous
joins ensemble; Il ne dit pas, _divertissez-vous, donnez l'essor à vos
passions brutales. Faites tout ce que vos sens & la nature éxigeront de
vous, uniquement dans la vûë de leur plaire & de les satisfaire_.
D'ailleurs, Adam étant dans l'état d'innocence, le dessein de Dieu ne
pouvoit pas être de lui donner cette liberté, il n'avoit point alors de
ces convoitises charnelles qui sont nées avec ses successeurs depuis sa
chute. Il est vrai que quelques Interprétes ont crû que ce mot
_croissez_ ne regardoit que la grandeur du corps; mais outre qu'il est
certain que le mot original signifie, _fructifiez_, & que c'est en ce
sens qu'il est dit au Pseaume 132., _l'Eternel a juré la vérité à David,
il ne s'en détournera point, je mettrai du fruit de ton ventre sur ton
Trône_, c'est à dire, quelqu'un des tiens & de ta postérité; c'est en ce
même sens qu'Elizabeth dit en passant à Marie, _benit est le fruit de
ton ventre_, les Auteurs profanes se servent de la même expression dans
le même sens, témoin celui-ci du Poëte Claudien,[153]

    _Nascitur ad fructum mulier prolemque futuram._

Cette expression est aussi connuë dans le droit Canon[154], dans lequel
_Mater in procreatione filiæ dicitur radix, Filius Verò flos & pomum_,
outre tout cela dis-je, il est certain que le mot _multipliez_ qui suit
celui-ci, _fructifiez_, ôte toute l'ambiguité qu'il pouroit y avoir; &
d'ailleurs, le Prophete Malachie explique les paroles de Dieu d'une
maniére claire & qui ne laisse aucun doute dans l'esprit; Il parle à un
mari de sa femme légitime en vertu d'un Contract qu'il a fait avec elle,
& il lui dit, _N'est-elle pas l'ouvrage du même Dieu, & n'est-ce pas son
souffle qui l'a animée comme vous? Et que demande cet Auteur unique de
l'un & de l'autre, sinon qu'il sorte de vous une race d'enfans de Dieu!_
Saint Paul nous en donne un Commentaire à peu près pareil, lors que
parlant des veuves il dit, [155]qu'_il veut que les jeunes se marient &
qu'elles mettent des enfans au monde_; on prend donc des femmes & on se
marie avec elles pour en avoir des fils & des filles, _afin de
multiplier & de ne point laisser périr nôtre nombre_, comme s'exprime le
Prophete Jerémie[156]. Dieu donc n'a établi le mariage que pour susciter
lignée, & par ce moyen nous rendre en quelque façon vivans après nôtre
mort; [157]_Natura nos docet parentes pios liberorum procreandorum animo
& voto uxores ducere. ...... Et enim id circò Filios filiasve concipimus
atque edimus ut ex prole eorum, earumve, diuturnitatis nobis memoriam in
ævum relinquamus_; De là vient que quelques Interprétes estiment que
Jésus Christ dans Saint Luc[158], dit que ceux qui seront ressuscitez ne
se marieront point; car, dit-il, _ils ne pourront plus mourir_, comme
s'il vouloit dire que le mariage n'étant établi que pour nous substituer
des successeurs après nôtre mort il ne sera plus nécessaire de se marier
après la résurrection, puis qu'alors on ne pourra plus mourir. Le desir
d'avoir lignée est dans l'homme & dans la femme, mais on dit qu'il est
plus grand aux femmes qu'aux hommes, & que de là vient que ce contract a
pris son nom de la femme plûtôt que de l'homme, _Matrimonium_,
dit-on[159], _a matris nomine, non adepto jam, sed cum spe & omine jam
adipiscendi_. Mais j'avouë que je ne suis point du tout de ce sentiment,
car il est certain que l'homme perpétuant son nom & sa réputation par le
moyen de ses enfans, doit souhaiter beaucoup plus d'en avoir, que la
femme dont le nom est éteint lors qu'elle se marie, parce qu'elle prend
celui de son mari, & dont la réputation consiste uniquement à faire son
devoir envers son mari & envers sa famille, _la gloire de la femme_, au
reste, _étant le mari_, comme parle Saint Paul; D'ailleurs, pour me
servir de l'expression des Canonistes[160], _filius matri ante partum
est onerosus, in partu dolorosus, post partum laboriosus_. Je croirois
donc qu'il seroit plus vrai-semblable de dire que le mariage prend son
nom de la femme, parce qu'elle contribuë plus au mariage que l'homme.
Quoi qu'il en soit, il résulte toûjours de tout ceci, que le desir
d'engendrer est le but & la fin du mariage; les Philosophes eux-mêmes en
conviennent, _Quem admodùm_, disent-ils, _homo naturaliter &
substantialiter est Animal, ita est vivens, Naturalissimum autem opus
viventium est generare sibi simile; perfectum est_, disent-ils encore,
_unum quodque, cum simile sibi producere potest_. Suivant ces maximes,
comment le mariage peut-il convenir à un Eunuque? Comment peut-il être
capable de le contracter? Et ne paroît-il pas que l'Eunuchisme & le
mariage sont deux choses incompatibles & essentiellement opposées? Aussi
les Payens, quoi qu'ils ne se conduisissent qu'à la lueur de la raison
humaine obscure & bornée, ne vouloient pas qu'on contractât mariage à
aucun autre but qu'à celui de procréer lignée. Voici un éxemple qui le
fait bien voir; «Septitie mére des Trachales Ariminsens, pour leur faire
dépit, bien qu'elle fût hors d'âge de porter enfans, épousa un Publicius
aussi fort âgé, & par un testament les priva de sa succession; ces deux
fils s'en étans plains au Divin Auguste, il déclara le mariage nul, &
cassa le testament, voulant que ses enfans fussent ses héritiers, &
refusant même au vieillard l'avantage que cette femme lui faisoit à
cause qu'ils avoient contracté leur mariage sans espérance d'avoir
lignée. Si la justice même s'étoit mise dans son Trône, & qu'elle eût
pris connoissance de cette affaire, auroit elle plus équitablement &
plus gravement prononcé?» Parmi les bêtes mêmes qui n'ont point péché &
qui sont toutes demeurées dans les termes de leur nature, qui suivent
toutes leur ordre, les femelles ne souffrent le mâle que pour devenir
méres.



CHAPITRE II.

_Les Eunuques ne pouvant pas satisfaire au but du mariage, ils ne
doivent pas le contracter._


Les Eunuques qui contractent mariage sont de mauvaise foi & méritent
d'être punis. Premiérement ils commettent une fausseté insigne. Ils se
donnent pour hommes & ils ne le sont point; la fausseté, selon les
Jurisconsultes[161], _est actus dolosus veritatis mutandæ gratia ad
alterum decipiendum factus, quem lex pro falso habet, & lege Cornelia de
falsis coërcet_. Il n'est pas nécessaire que les Eunuques pour être
coupables de fausseté ayent dit positivement qu'ils étoient capables de
satisfaire aux Loix de mariage, il suffit que sçachant les Loix ils se
soient engagez dans cette union & qu'ils ayent donné lieu par là à
croire qu'ils pouvoient en remplir les devoirs. [162]Car _falsum
committitur non dicto sed facto_, comme on le voit par tous les cas qui
sont rapportez dans la Loi _Quid sit falsum quæritur_, 23. _ff. ad legem
Corneliam de falsis_.

En second lieu, ils promettent ce qu'ils ne peuvent point tenir. On fait
différence en droit entre _Sponsalia & Matrimonium_; _sponsalia sunt
mentio & repromissio nuptiarum futurarum_; ce sont les termes de la loi
premiére _ff. de sponsalibus_. Ce mot _sponsalia_ vient du mot
_spondere_ qui signifie _promettre_. Le droit Canon est fort différent
du droit Civil en ce qui concerne les fiançailles des Enfans, ou des
Adolécens. Le premier[163] décide nettement que _sponsalia amborum
Infantium, vel alterius tantum per supervenientiam majoris ætatis non
validantur, nec publicam honestatem inducunt_. [164]L'Autre au contraire
dit absolument que _sponsalibus contrahendis ætas contrahentium definita
non est_, mais il ajoûte ces mots, _ut in matrimoniis_. C'est à dire,
_in Matrimonio non consideratur principaliter ætas, sed potentia
generandi_. L'état des contractans doit être certain, parce qu'il faut
qu'ils soient capables de le consommer. S'il arrive que l'un n'en soit
pas capable, il n'y a point de mariage parce que, _ubi datur permixtio
habilis cum inhabili vitiatur actus, quando requiritur concursus
habilitatis in utroque_, c'est une maxime qui est manifestement
démontrée par les Canonistes qui ont commenté la Loi, _utile non debet
per inutile vitiari_. C'est sur cela que le chapitre second _de
Frigidis_ est fondé; Il porte précisément ces mots, _sicut puer qui non
potest reddere debitum, non est aptus conjugio, sic qui impotentes sunt
minime apti ad contrahenda matrimonia reputantur_. Un enfant n'est pas
propre au mariage parce qu'il ne peut point en remplir les devoirs. Il y
a du plaisir à lire la dispense d'âge que l'Archevêque de Tours accorda
dans le Mariage de Louïs, Dauphin, fils du Roi Charles Sept, & de
Marguerite d'Ecosse, parce que l'Epoux n'avoit que quatorze ans, & que
l'Epouse n'en avoit que douze; comme si une dispense de cette nature
étoit une chose qui fût au pouvoir des hommes; il n'y a que la Nature
qui puisse en accorder de telles[165]. Justinien a fixé la puberté à
quatorze ans, & le droit Canon a fixé celle des filles à douze, mais il
excepte de cette Loi générale celles, _in quibus malitia supplet
ætatem_. Mais la nature n'est point assujettie aux Loix Civiles ni aux
Loix Canoniques; Elle sort quelquefois de ses propres régles, elle est
tantôt avare, & tantôt prodigue de ses faveurs. L'Ecriture Sainte parle
de Salomon qui engendra Roboam à l'âge d'onze ans, & d'Achaz qui
engendra Ezechias à l'âge de dix ans. S. Jérôme, le Pape S. Grégoire,
Scaliger, Mr. Bochart, & plusieurs autres, ont rapporté des cas
singuliers. Ils ont vû un garçon de dix ans avoir eu un enfant de sa
nourrice; ils ont vû d'autres éxemples de ces fruits précoces[166], mais
ni l'autorité des hommes, ni leur artifice, n'avoit rien contribué à
leur production. Les Eunuques qui n'ont plus ce que la nature leur avoit
donné pour être capables du mariage, ont beau recourir à la faveur & à
l'autorité des hommes, ils ne les mettront jamais en état de le
consommer, & jamais ils n'obtiendront d'eux le pouvoir d'éxécuter ce
qu'ils auront promis par leur engagement. Ils ont donc tort de promettre
solemnellement ce qu'ils sçavent ne pouvoir absolument tenir par
eux-mêmes quelque secours qu'ils reçoivent d'autrui; _Paria censentur
jurare & Religione data fide promittere_; Et ils ne sont point
excusables par la raison que les Jurisconsultes en rendent; _Permittenti
non subvenitur quando tempore promissionis difficultatem sciebat_. Les
Canonistes parlant du mariage de David avec la Sunamite[167], si tant
est que c'en ait été un véritable, puis que Bethsabée, Abigail, & ses
autres femmes & ses concubines, vivoient encore, mettent en question si
David fit bien de l'épouser, n'étant point en état de consommer le
mariage avec elle; Et ils ne l'excusent que parce qu'il ne la prit point
par un mouvement de convoitise, de son bon gré, mais par l'avis, ou
plutôt l'ordre des Médecins, & pour satisfaire aux Principaux de son
Royaume. Ils disent encore que la vie de David ayant été prolongée par
ce moyen; Adonias ayant été vaincu, & le Régne de Salomon bien établi,
on doit en juger favorablement.

Enfin, le mariage est une espéce de contract de vente & d'achat, le mari
aquiert la puissance du corps de la femme, & la femme aquiert la
puissance du corps du mari. A Rome autrefois le mariage se faisoit _per
emptionem_; c'est donc un contract de bonne foi dans lequel le
Jurisconsulte dit[168] que le dol doit être présumé lors qu'on tient
malicieusement quelque chose de secret; Comme donc dans un contract de
vente rien ne doit demeurer inconnu ni douteux: que l'acheteur doit
avoir connoissance du vice de la chose qu'on lui vend, ou de la maladie
secrette & cachée dont l'animal vendu pourroit être atteint. De même
aussi dans cette espéce d'achapt toute la fraude doit être imputée à
l'Eunuque qui a caché son impuissance. Fragosus éxamine dans son
excellent Ouvrage qui a pour tître, _Regimen Reipublicæ Christianæ.
Impedimenta matrimonii an sint revelanda quandò sunt omninò secreta_, &
il décide la question[169] en disant, que celui qui ne révéle pas les
empêchemens lors qu'ils sont diriments, péche mortellement; le mariage
de ces sortes de gens est si odieux qu'il est toûjours déclaré nul &
comme non avenu dès que leur état est découvert.

Les nôces qui se faisoient parmi les Romains, _per coëmptionem_, se
célébroient de cette maniére; Après quelques cérémonies, _se se coëmendo
interrogabant, vir ita, an sibi mulier mater familias esse vellet? illa
respondebat, velle; Interim mulier interrogabat an vir sibi pater
familias esse vellet, ille respondebat velle. Sic mulier in viri
conveniebat manum_; c'est à ce propos que Virgile a dit,

    _Teque sibi generum Thetis emat omnibus undis_.

Servius observe que ce mot _emat_, se rapporte à l'ancien usage de
contracter. On peut voir toutes les solemnitez de ces sortes de mariages
dans le Livre sixiéme de la Cité de Dieu de Saint Augustin, & dans le
chapitre neuviéme du Livre sixiéme des Antiquitez Romaines de Rosinus.



CHAPITRE III.

_Le Mariage des Eunuques est considéré comme nul & comme non avenu._


C'est une maxime en Droit, que _falsum quod est, nihili est_. Les
Eunuques qui s'unissent avec une femme, la trompent; Ils ne contractent
point mariage avec elle puis qu'ils ne sont pas capables de contribuer
de leur part comme ils le devroient à la substance du mariage; Ainsi on
peut dire que ce n'est qu'un vain phantôme, ce n'est qu'un mariage feint
& simulé, & nullement un mariage réel & véritable. De là vient que quand
il s'agit de séparer une femme qui a été surprise par un Eunuque, on ne
dissout point le mariage, mais on déclare qu'il n'y en a point eu. C'est
sur ce principe que toute la Jurisprudence de ces sortes de conjonctions
est fondée[170]. Elle fait voir qu'il n'y a ni mari, ni femme, ni dote,
ni douaire. La loi _in causis_, contient une décision précise sur ce
sujet, _si maritus_, dit-elle, _uxori ab initio matrimonii usque ad duos
annos continuos computandos coire minime propter naturalem
imbecillitatem valeat, potest mulier vel ejus parentes sine periculo
dotis amittendæ repudium marito mittere_. La loi _si serva servo_,
s'explique bien plus clairement[171]; _si spadoni_, dit-elle, _mulier
nupserit, distinguendum arbitror castratus fuerit, nec ne; ut in
castrato dicas dotem non esse, In eo qui castratus non est, quia est
matrimonium, & dos & dotis actio est_. Au second cas le mari a action
pour la dote, & la raison qui en est donnée, c'est qu'il y a mariage, &
par conséquent dans le premier cas il n'y a point de mariage, puis qu'il
n'y a point d'action pour la dote; cette matiére mérite qu'on s'y étende
un peu davantage.

Il semble ordinairement que dès là qu'une femme est liée par contract
avec un homme, & que les cérémonies de l'Eglise ont rendu ce lien
solemnel, il y a un véritable mariage, mais on se trompe; cette erreur
est fondée sur cette maxime de Droit que j'expliquerai dans la suite.
_Consensus non concubitus matrimonium facit._ Voici un Jurisconsulte qui
nous en détrompe, c'est Ulpien qui prononce formellement sur ce sujet.
_Non omnes conjunctiones implent conditionem cùm nupserit, putà enim
nundum nubilis ætatis in domum mariti deducta, non paruit conditioni si
nupserit vel si ei conjuncta fit, cujus nuptiis erat interdictum._[172]
Ce n'est point assez d'avoir passé contract, d'avoir épousé à la face de
l'Eglise, d'avoir été menée dans la maison de l'Epoux, d'avoir été mise
entre ses bras, toutes ces circonstances ne sont que des apparences du
mariage, mais elles ne font pas le mariage. Il faut que le mari & la
femme ayent été nubiles & capables de le consommer. C'est donc avec
raison que l'Empereur Justinien a décidé dans ses Institutes, que si
cette femme perd son mari avant qu'elle ait été _viri potens_, elle ne
lui a jamais été femme légitime; [173] _Nec vir, nec uxor, nec nuptiæ,
nec matrimonium, nec dos intelligitur_. Le Jurisconsulte Labeo
s'explique encore plus clairement, [174]_quando pupillæ_, dit-il,
_legatum est, quandocumque nupserit, si ea minor quàm viri potens
nupserit, non ante ei, legatum debebitur quàm viri potens esse
cœperit, quia non potest videri nupta que virum pati non potest_;
L'Histoire[175] rapporte un fait qui est digne de remarque; François I.
souhaitant de tirer le Duc de Cléves du parti de l'Empereur
Charles-Quint, & de l'engager dans le sien, pressa & contraignit
Marguerite de France sa Sœur, & Henri d'Albret Roi de Navarre son
beau-frére, de lui donner en mariage Jeanne leur fille qui n'étoit âgée
que de huit à neuf ans; le mariage fut conclû & arrêté, solemnisé dans
la Ville de Châteleraud, l'Epouse conduite au lit nuptial; cependant,
par jugement du Pape, il a été dit depuis, qu'il n'y avoit point eu de
mariage, & cette jeune Princesse a été mariée de nouveau à Antoine de
Bourbon; C'est sur ce principe sans doute que les Tribunaux[176] ont
permis à une fille qui avoit été mariée à l'âge de sept ans avec le
Frére aîné, de se marier ensuite avec le frére Cadet, lorsqu'elle est
parvenuë dans un âge Nubile. Ce seroit autoriser un Inceste si on
considéroit le premier mariage comme un véritable mariage. Et il paroît
bien qu'il n'est point du tout consideré comme tel; [177]Il est même
deffendu aux Prêtres par les Conciles de marier des gens notoirement
incapables d'éxercer les fonctions du mariage. Les Canonistes sont
beaucoup plus décisifs sur cette matiére que les autres Jurisconsultes,
car ils vont jusques là qu'ils disent que _contractus ante pubertatem
etiam cum nisu carnalis copulæ non facit Matrimonium_. On sçait ce que
c'est que _Pubertas_, en tout cas le chapitre troisiéme du même tître
l'enseigne; _Puberes_, dit-il, _a Pube sunt vocati id est a Pudentia
corporis nuncupati, quia hæc loca primo lanuginem ducunt; Quidam tamen
ex annis pubertatem existimant, id est eum esse puberem qui tredecim
annos implèvit, quamvis tardissimè pubescat; Certum est autem eam
puberem esse, quæ ex habitu corporis pubertatem ostendit, & generare
jamjam potest, & puerperæ sunt quæ in annis puerilibus pariunt_; De
sorte que suivant cette définition les Eunuques ne sont jamais
_puberes_, & n'étans d'ailleurs jamais capables du mariage, ceux qu'ils
contractent sont nuls par eux-mêmes. Les Conciles & les Papes deffendent
expressément de faire les cérémonies prescrites par l'Eglise, comme de
donner la bénédiction, &c. pour des mariages nuls, tels que sont ceux
dont je viens de parler, afin qu'elles ne soient pas faites en vain. Je
conclûs donc, _que non est inter eos matrimonium quos non copulat
commissio sexus_, comme il est dit dans le Decret de Gratien[178]; _Non
est dubium_, dit-il, _illam mulierem non partinere ad matrimonium cum
quâ commistio sexus non docetur fuisse_. [179]_Qui matrimonio conjuncti
sunt & nubere non possunt, illi non sunt conjuges_; Voici en un mot ce
que c'est que le mariage au sentiment des Canonistes, _In omni
matrimonio_, disent-ils[180], _conjunctio intelligitur spiritualis quam
confirmat & perficit conjunctorum commistio corporalis_. Dès là donc que
dans le mariage des Eunuques il n'y a jamais eu de véritable mariage,
parce qu'il n'y a jamais eu de véritable conjonction, on ne prononce
point de dissolution, on dit simplement qu'il n'y a point de mariage, &
que la partie plaignante est en liberté d'en contracter un avec qui bon
lui semblera. [181]_Tum propriè non fit divortium, sed fit declariatio,
ut alii sciant illam societatem non esse conjugium, & conceditur personæ
quæ habet naturæ vires integras ut etiam vivente altero impotente possit
contrahere cum alio_. [182]L'Eglise Romaine qui considére le mariage
comme un Sacrement, ne le dissout jamais, [183]_quo ad vinculum_, elle ne
sépare la partie plaignante que, _quo ad thorum_; lors donc qu'elle
permet à la partie plaignante de se remarier, c'est qu'elle estime qu'il
n'y a point eu précédemment de mariage; c'est donc se moquer & abuser
des cérémonies les plus graves de la Religion que de les faire
intervenir dans un acte faux & chimérique pour autoriser une imposture,
qui produit des inconvéniens qu'il seroit très bon de prévenir. On peut
dire même que ces gens-là sont dans le cas de la Novelle que l'Empereur
Justinien a donnée[184], pour punir celui des conjoints qui se trouvera
avoir causé mal à propos la dissolution du mariage. Solon avoit fait
auparavant une Loi contre ceux qui ne pouvoient pas rendre les devoirs
dûs à leur femme; Il donnoit à ces femmes l'action d'injure contre ces
maris impuissans.



CHAPITRE IV.

_Inconvéniens que le Mariage des Eunuques produit ordinairement._


Le[185] Poëte Claudien parlant d'un Eunuque, l'appelle une vieille ridée.
Térence lui donne le même nom, _Eunuchum_, dit-il[186], _illumne obsecro
Inhonestum hominem, quem mercatus est here, senem mulierem_; Mais
Martial pousse la Satyre & l'injure plus loin, il ne se contente pas de
dire, en parlant de Numa qui avoit vû un Eunuque effeminé,[187]

    _Thelin viderat in toga spadonem,_
    _Damnatam Numa dixit esse mœcham_;

        Il dit encore[188],

    _Dos etiam dicta est. Nondum tibi Roma videtur_
    _Hoc satis? Expectas numquid & ut pariat?_

Toute la différence qu'il y a, c'est que Martial parle de deux hommes
qui se faisoient passer pour femmes, & que je parle d'hommes qui sont
véritablement comme des femmes, & auxquels ce qui est dit dans la Loi,
_cùm vir nubit. cod. ad legem Juliam de Adulterio_, convient à peu près.
Ce sont les Empereurs Constantius & Constance qui y parlent, _cùm vir_,
disent-ils, _nubit ut fæminæ viris, paritura quid cupiatur, ubi sexus
perdidit locum, ubi scelus est id, quod non proficit scire, ubi Venus
mutatur in alteram formam, ubi amor quæritur nec videtur_. Cet
assemblage ne produit point l'effet que la femme en avoit espéré;
[189]_sic virgò intacta manet, inculta senescit_; selon l'expression de
Catulle & d'Ovide.[190] Ce n'est point là l'intention de cette femme, ni
le but du mariage,

    _Fœmina fortunæ similis formosa videtur,_
        _Non amat ignavos illa nec ista Viros._

ou plûtôt comme s'exprime le même Poëte qui dit plusieurs véritez en
raillant d'une maniére très agréable & très enjouée,

    _Sæpè quiescit ager, non semper arandus, at uxor_[191]
            _Est ager, assiduo vult tamen illa coli._[192]

Si cette idée paroît outrée, il y en a une autre qui n'est pas plus
avantageuse aux Eunuques, & dont les conséquences ne sont pas plus
favorables à eux & à leurs femmes.

Ce ne sont que des demi-hommes;[193] Juvenal appelle un Eunuque
_semivir_. Mais c'est trop dire en leur faveur; ce ne sont que des
arbres stériles, des troncs desséchez, comme s'exprime Esaïe.

    _Truncus iners jacui, species & inutile signum,_[194]
      _Nec satis exactum est corpus an umbra forem._

Voila la véritable description d'un Eunuque; Et voici deux traits qui en
achévent le portrait; l'un est donné par les Jurisconsultes, & l'autre
par un Ecrivain sacré.

L'Eunuque est un homme toûjours malade, & toûjours
languissant, [195]_morbosus_; Par conséquent incapable de faire les
fonctions de la vie active; _sin autem ita spado est_, dit le
Jurisconsulte Paulus, _ut tam necessaria pars corporis ei penitus absit,
morbosus est_; c'est un malade impuissant qui voit l'occasion d'agir &
qui ne peut; Qui comme Tantale se voit au milieu des biens & des
plaisirs & qui ne peut point les goûter; on peut dire de lui ce
qu'Horace dit[196] de son avare, «mon ami, lui dit-il, vous avez entendu
parler de Tantale? Il meurt de soif au milieu d'un fleuve dont l'eau
fuit aussi-tôt qu'il veut boire. De qui pensez-vous rire? C'est de vous
que parle la Fable sous un nom emprunté; vous dormez sur des sacs
d'argent entassez autour de vous les uns sur les autres, vous les
dévorez des yeux, cependant vous n'oseriez non plus y toucher qu'à des
choses sacrées; Et ce sont des richesses en peinture à vôtre égard.» La
différence qu'il y a, c'est que l'avare peut & ne veut point se donner
du plaisir de son bien, & que l'Eunuque voudrait bien, mais qu'il ne
peut point, & en cela on peut dire, que la comparaison de lui à Tantale
est plus juste, que celle qu'Horace fait de son avare à Tantale; On peut
dire à l'Eunuque plus à propos qu'à l'avare,

    _Indormis inhians, & tanquam parcere sacris_
    _Cogeris, aut pictis tanquam gaudere tabellis._

Tant s'en faut donc qu'une femme à ses côtez soit un bien qui lui donne
de la joye, il l'afflige au contraire beaucoup, parce qu'il ne peut
point en profiter; c'est une vérité que le Sage a reconnu, & c'est le
second trait qui achéve la peinture de l'Eunuque; Il est de la façon de
l'Auteur de l'Ecclésiastique, soit qu'il soit Jésus Sirach, soit que ce
soit Salomon; il parle d'un homme qui porte la peine de son
iniquité[197], & il dit qu'_il voit les viandes de ses yeux & qu'il
gémit comme un Eunuque qui tient une vierge & qui soûpire_; cette
comparaison est très juste, il porte la peine de son iniquité, soit
qu'il n'ait eu autre vûë que de tromper une femme pour profiter de ses
biens, ou de ses avantages; soit que par une brutalité monstrueuse il
s'abandonne à une intempérance qu'il n'est pas dans son pouvoir de
soûtenir; Quoi qu'il en soit une femme est trompée; Et elle peut dire à
juste tître, ce qu'Auguste disoit lors qu'il se trouvoit assis entre
Virgile & un autre Poëte de son tems, _sedeo inter suspiria & lacrimas_.
Et si cette fraude étoit autorisée il en résulteroit plusieurs
inconvéniens qui paroissent naturellement, & qui se font voir
d'eux-mêmes.

1. Une femme languiroit & sécheroit d'ennui à côté d'un homme de cette
nature, car elle a beau l'exciter, ses efforts sont inutiles, c'est
pourquoi n'ayant ni les douceurs du mariage, ni l'apparence d'en jouïr,
elle s'affligeroit en secret. Cela n'est point sans éxemple. L'Histoire
nous apprend que l'Empereur Constantius eut pour femme Eusebia,
Princesse très belle, & de la beauté de laquelle on parloit par tout
avec admiration. Constantius étoit un homme mol, efféminé & affoibli par
de longues & continuelles maladies; Eusebia qui étoit dans la fleur &
dans la vigueur de son âge, eût de fréquentes maladies de femmes, &
enfin se consuma, & finit ses jours étique, séche, & défigurée du
chagrin secret, de n'avoir jamais eu la douce & aimable compagnie de son
Epoux, sans que l'excellence de sa beauté, la jeunesse de son âge, ni le
souverain honneur d'être Impératrice, ayent pû lui apporter le moindre
plaisir, ni la moindre satisfaction, bien loin d'avoir pû la consoler.
Cela a pû être permis à un Empereur, du moins n'a-t-on pû lui en
demander raison; mais on ne peut point permettre la même chose à un
particulier dont l'intention injuste est de rendre une femme misérable
pour satisfaire à quelqu'une de ses iniques passions; Il n'est pas juste
de le favoriser dans l'entreprise de faire mourir une femme innocente,
vierge & martyre.

2. Il pourroit arriver qu'une femme n'auroit pas la force de soûtenir
une si terrible épreuve, ni assez de fermeté pour résister aux
tentations auxquelles elle se trouveroit exposée. L'esprit est prompt,
mais la chair est foible, & il ne seroit pas trop surprenant qu'une
femme ne trouvant pas chez elle de quoi satisfaire à une passion
irritée, ne reçoive d'ailleurs des secours nécessaires pour la
calmer. [198]Un de mes Amis m'a dit en conversation, qu'il se rencontra
un jour chez un Baillif du Païs, dans le moment qu'une femme mariée à un
Suisse, vint toute émûë, ayant un petit enfant sur ses bras, se
plaindre à lui que son mari étoit Eunuque. On lui demanda si cet enfant
qu'elle portoit n'étoit point à elle: Elle répondit qu'oui, on lui dit
pourquoi donc elle disoit que son mari étoit Eunuque puis qu'il lui
avoit fait un enfant; elle repliqua que cet Enfant n'étoit point de lui,
qu'elle ayant bien remarqué qu'il ne faisoit rien qui vaille depuis
plusieurs années qu'elle étoit avec lui, elle avoit prié un ouvrier
maçon qui travailloit chez elle de lui faire voir s'il ne feroit pas
mieux: que l'ayant mise sur un coffre qui étoit près de là, il lui avoit
fait cet enfant dans un seul coup; & que son mari n'avoit pû en faire
autant dans plusieurs années avec tous ses efforts. Le mari ayant été
cité à sa requête, & depuis visité, on ne lui trouva point de
chrémastire, il avoua qu'il en avoit perdu un à l'Armée par un coup de
fusil, & qu'il avoit perdu l'autre par une maladie; l'affaire ayant été
envoyée dans l'Université voisine; le mariage fut cassé, & la femme
s'est mariée à son autre homme. Cet Eunuque voyoit bien que sa femme
ayant un enfant, il falloit qu'elle eût eu affaire avec quelqu'autre que
lui, cependant il ne disoit mot; les gens de ce caractére ne sont point
jaloux. Je crois même que si on proposoit aux Eunuques qui se marient
d'accorder cette permission à leur future Epouse, dans leur Contract de
mariage, ils n'en feroient aucune difficulté, cela ne seroit pas sans
exemple. Je n'alléguerai pas le Jugement solemnel rendu contre un Cocu
qui se plaignoit, dans lequel il est condamné à reprendre sa femme & à
faire cesser les bruits qu'il avoit répandus, fondé sur ceci qui est le
motif de l'Arrêt tel qu'il lui a été prononcé,[199]

    _Sois persuadé que Cocuage_
    _Est la Clause de Mariage_
    _Clause observée éxactement,_
    _Et quand une femme y renonce_
    _On l'en reléve en jugement,_
    _C'est en sa faveur qu'on prononce._
    _La Loi pour ce fait seulement_
    _La traite toûjours de mineure,_
    _J'en sçai telle de soixante ans_
    _Qui n'est pas encore majeure._
    _Cette Clause tire son droit_
    _Des principes de la Nature_
    _C'est en vain qu'un mari murmure_
    _S'il prend le Cas pour une injure._

Je ne rapporterai pas non plus diverses décisions que l'on trouve dans
le Cocu imaginaire de Moliére parce que tout cela n'est que fiction;
mais je rapporterai un éxemple très véritable dont voici le cas; La feuë
Comtesse de Moret avoit été mariée en troisiéme nôces à Mr. de Vardes
Gouverneur de la Capelle, & en avoit eu ce Mr. de Vardes, Capitaine de
cent Suisses, que le Roi de France envoya en Espagne dès que son mariage
avec l'Infante fut conclû, pour complimenter de sa part la future
Reine; cette Comtesse de Moret fut aussi mére du Comte de Moret bâtard
de Henri IV. qui fut tué proche de Castelnaudary en l'année 1632, lors
que Mr. de Montmorancy fut pris en Languedoc; c'est elle qui est célébre
dans l'Euphormion de Barclay sous le nom de Casina, il y est dit qu'elle
fut aussi mariée au Comte de Cesy Sancy qui depuis fut envoyé
Ambassadeur à Constantinople, & on y voit la description d'un Contract
de mariage d'un homme qui veut bien être Cocu, & qui promet & s'oblige à
le souffrir; clause qui fut éxécutée paisiblement & sans aucun
empêchement: Peut-être cette Dame s'étoit-elle mal trouvée dans ses
mariages précédens de n'avoir pas pris cette précaution dans ses
Contracts. Cette précaution seroit d'autant plus juste & plus
raisonnable aux femmes des Eunuques que ces hommes efféminez ne peuvent
faire eux-mêmes ce qu'ils doivent; Et ils sont d'autant plus traitables
sur cet article, que ne pouvant s'acquitter de leurs devoirs, ils
consentent, pour éviter les plaintes & les reproches, qu'une femme se
satisfasse comme elle peut. Ils les y portent même très souvent, & ils
leur en fournissent eux-mêmes les moyens quand il en est nécessaire. Et
s'il arrive quelquefois que leurs femmes ayent du panchant au
libertinage & à la débauche, ils favorisent leur inclination & profitent
de leur prostitution. Témoin ce Didyme efféminé contré lequel [200]Martial
a fait une Epigramme si satyrique. C'a été le seul Eunuque qui ait eu
une femme, du moins qui soit de ma connoissance. Et ce Didyme confirme
ce que je viens de dire, car il produisoit lui-même sa femme, & en
faisoit un infame commerce dans la vûë de s'enrichir.

3. Il se rencontreroit beaucoup de femmes qui, de peur de tomber dans
l'un ou dans l'autre de ces deux extrémitez que je viens de remarquer,
ne voudroient jamais s'engager dans le mariage sans avoir mis à
l'épreuve celui qui les rechercheroit, & sans avoir mis en pratique le
conseil qu'Ovide[201] a donné aux Amans de tous les siécles, c'est à
dire, de prendre garde, _unde legat quod amet ubi retia ponat_; car pour
suivre la même idée de ce Poëte,

    _Scit benè Venator, Cervis Ubi retia tendat._[202]

Mais les femmes n'ont pas un pressentiment secret de la validité, ou de
l'invalidité d'un homme; Ainsi elles voudront s'en assurer en personnes
sages avant que de serrer les nœuds d'un lien indissoluble; ce n'est
plus la coûtume de faire mettre les hommes nuds avant que de solemniser
leurs mariages, Platon le vouloit ainsi[203]. Ceux qui croyoient que
c'étoit afin de voir la beauté & la belle disposition d'un corps, se
trompent; ce n'étoit que pour voir à l'œil par l'inspection des
parties si l'homme ne vouloit pas tromper une femme; Cela étoit d'autant
plus nécessaire que tout le monde n'étoit pas, & n'est pas encore
d'aussi bonne foi que le Pére de l'Empereur Galba, Suétone dit[204]
qu'il étoit de petite taille, & bossu, que cependant, Livia Ocellina
fille belle & riche en étoit amoureuse à cause de sa Noblesse, mais
qu'il se dévêtit, & lui montra l'imperfection de son corps, de peur
qu'elle l'ignorant ne se trouvât trompée dans la suite. Je ne sçai
d'ailleurs si cette inspection suffiroit, car il y a peu de filles qui
sçachent à quoi il tient qu'un homme soit capable d'être marié; Ce n'est
que par l'usage qu'elles s'en instruisent; [205]Mr. de Thou rapporte que
Charles de Quellenec, Baron de Pont en Bretagne, avoit épousé Catherine
de Parthenas, fille & héritiére de Jean de Soubize, mais qu'il y avoit
déja quelque tems que la mére de sa femme lui avoit fait un procès pour
faire rompre son mariage, sous prétexte qu'elle prétendoit qu'il étoit
impuissant; Que son procès n'étoit point encore terminé lors du Massacre
de la S. Barthélemi, dans lequel il fut tué; Que son corps ayant été
jetté comme les autres, devant le Louvre, & exposé à la vûë du Roi, de
la Reine, & de toute la Cour, un grand nombre de Dames qui n'avoient
point d'horreur d'un spectacle si cruel, & qui regardoient curieusement
et sans honte, ces corps tout nuds, jettérent particuliérement les yeux
sur le Baron de Pont, & l'éxaminérent avec soin pour voir si elles
pourroient découvrir la cause ou les marques de l'impuissance qu'on lui
avoit reprochée. Je doute qu'avec toute leur application à éxaminer ces
objets elles en ayent été plus sçavantes sur ce sujet. Les Dames
Romaines ne se contentoient pas de la vûë, elles jugeoient des hommes
sur un témoignage plus sûr, sur la force & sur l'adresse qu'ils
faisoient paroître dans les jeux publics. Il ne falloit que cela pour
être regardé par une femme Romaine comme un homme accompli. [206]_Sed
gladiatorem fecit hoc illos Hyacinthos_; ces précautions ne sont point
inutiles quand on songe que c'est pour toute sa vie qu'on s'engage, car
nous ne sommes plus au tems qu'on faisoit des Contracts de Mariage _ad
tempus_.[207] Comme celui que Mr. de Varillas [208]dit avoir vû dans la
Bibliothéque du Roi, fait entre deux personnes de qualité du Comté
d'Armagnac, pour sept ans seulement, se réservant néanmoins la liberté
de le prolonger s'il étoit trouvé à propos.

4. Il arriveroit que des femmes qui auroient eu trop de vertu pour
commencer leur mariage _ab illicitis_, & par un crime, & qui ne
pourroient demeurer toute leur vie dans l'inaction près d'un phantôme de
mari, seroient contraintes de faire du vacarme pour en être séparées.
Une honnête femme ne trouve sa consolation que dans un époux, comme le
disoit Agrippine à Tibére lors qu'elle lui demandoit un mari; En effet,
quand une femme n'est point honnête elle trouve suffisamment hors du
mariage de quoi contenter la nature; on rencontre rarement des femmes de
l'humeur de celles de Domitius Tullus dont Pline fait l'histoire dans
l'une de ses Epîtres, & qui est rapportée avec des Réfléxions
enjouées, [209]par Mr. Bayle dans l'article d'Afer. Ce qui est rapporté
dans le Ménagiana est assez le goût commun des femmes. Il y est dit que
dans une compagnie d'hommes & de femmes, on s'entretenoit de l'air que
devoient avoir un homme & une femme pour être bien faits; Quelqu'un dit
que pour être bien fait un homme devoit tenir de l'homme & sentir son
homme, & que pour les femmes il n'aimoit point celles qui étoient
homasses, & moi, reprit une femme aussi-tôt, je suis de vôtre sentiment,
je n'aime point les hommes efféminez. On peut ajoûter pour Commentaire
de ces paroles qu'elles n'aiment point les maris, tels que celui dont
parle Mr. de la Fontaine.

    _Qui mainte fête à sa femme alléguoit_
    _Mainte vigile, & maint jour fériable:_
    _Les autres jours autrement s'excusoit_
    _Sans oublier l'Avent ni le Carême._

    _Vierge n'étoit, Martyr, ni Confesseur_
    _Qu'il ne chommât, tous les sçavoit par cœur,_ &c.

Nous ne sommes plus au tems de Jean V. Duc de Bretagne qui disoit[210]
qu'il tenoit une femme assez sage quand elle sçavoit mettre différence
entre le pourpoint & la chemise de son mari. D'ailleurs, quand il y en
auroit encore de telles, il est certain que plus elles sont grossiéres,
& moins elles entendent raison sur ce chapitre. Lors que la nature parle
& que la raison ne la retient point, elle veut être absolument obéïe.
Mr. de Varillas met en fait que les femmes les plus spirituelles ont
toûjours été les plus faciles. [211]Torquato Tasso a fait un discours
exprès pour le prouver; Et Mr. de Voiture s'est plaint d'avoir souvent
trouvé des Bergéres trop grossiéres pour être trompées par un habile
homme: les plus fines entendent mieux raison. De sorte que les
grossiéres & les fines se laissent aussi difficilement tromper l'une que
l'autre, sur le chapitre dont il s'agit.

Je me suis étonné en lisant l'extrait que Mr. Bernard a fait du Recueil
des Traitez de Paix, &c. de voir qu'il y traite de malheureuse
Marguerite Duchesse de Carinthie, à laquelle l'Empereur Louïs de Baviére
a accordé des lettres de divorce d'avec Jean fils du Roi de Bohème pour
cause d'impuissance; voici ses termes. «La piéce, dit-il, est
considérable...... par la maniére dont cette malheureuse Princesse
explique qu'elle en a usé, & par les soins qu'elle dit avoir pris pour
faciliter à son mari les moyens de lui rendre les devoirs d'un véritable
Epoux.» Il rapporte les termes dans lesquels la chose est conçûë, mais
il dit qu'il ne les traduit pas.

Puis que j'ai dit que je me suis étonné; il est bon que je dise aussi la
raison de mon étonnement. D'un côté cette Epithéte de _malheureuse_ ne
peut pas avoir été donnée par Mr. Bernard à cette Duchesse, pour avoir
obtenu des lettres de Divorce, car au contraire elle doit être réputée
avoir été bien heureuse d'avoir été séparée d'un homme impuissant; non
seulement la justice qu'on lui a faite à cet égard, mais encore la
délivrance d'un joug si pesant méritoit qu'on la qualifiât
bien-heureuse, plûtôt que malheureuse. Si Mr. Bernard avoit parlé de
cette Dame par rapport au tems qu'elle étoit sujette à son mari, il
auroit eu raison de la traiter de malheureuse parce qu'elle l'étoit en
effet; mais il en parle par rapport au tems de sa liberté, & en ce cas
elle avoit été malheureuse, mais elle ne l'étoit plus. Mr. Bernard est
un homme trop judicieux pour avoir fait cette méprise; c'est donc parce
qu'elle a osé demander des lettres de divorce, se plaindre de
l'impuissance de son mari, dire les raisons qui la justifioient & les
moyens par lesquels elle s'en étoit convaincuë, & par lesquels elle en
persuadoit ses Juges. Or Mr. Bernard est trop bon Théologien & trop bon
Politique, & il sçait trop bien l'Histoire Ecclésiastique & Prophane
pour ignorer que la Religion, la conscience, l'honneur & la pudeur,
n'obligent point une femme qui n'a pas assez de courage naturellement
pour souffrir le Martyre & pour se laisser mourir à petit feu, qui ne
peut pas y suppléer par des souffrances volontaires & qui n'a pas la
force de se mortifier par une longue & perpétuelle continence, à
demeurer auprès d'un mari impuissant & incapable de lui rendre les
devoirs de mari; s'il croyoit que la conscience & la Religion obligent
une femme qui se trouve dans ce cas à y demeurer & à y garder un profond
silence, il tomberoit dans l'Hérésie de ces Abeliens dont Saint Augustin
réfute l'erreur dans le chapitre 87. de son Livre _des Hérésies_. S'il
croyoit que l'honneur & la pudeur exigent d'elle cette patience outrée,
il donneroit dans la vision de ces fanatiques qui croyent qu'il vaut
mieux souffrir la mort que de découvrir à un Médecin, ou à un
Chirurgien, une partie secrette qui seroit attaquée; & qui ont mis au
nombre de leurs Saintes Marie fille de Charles le Hardy Duc de
Bourgogne, mariée à l'Empereur Maximilien I., fils de Frideric III. Un
cheval fougueux que l'on avoit donné à cette Princesse, la secoua & la
fit tomber si rudement qu'elle en eut la cuisse rompuë; elle en mourut
n'ayant pû gagner sur sa pudeur d'exposer le haut de sa cuisse à la vûë
des Chirurgiens & des Médecins qui apparemment l'auroient pû guérir. Mr.
Bernard feroit donc bien de s'expliquer un peu plus clairement au hazard
de faire ses extraits un peu plus longs; car on peut dire qu'il lui
arrive quelquefois d'être fort obscur, parce qu'il veut affecter d'être
fort court. En attendant qu'il s'explique, je veux lui faire la justice
de croire qu'il n'a pas donné dans les sentimens que je viens de
remarquer, mais qu'il a donné dans cette pensée de Mr. Boileau;[212]

    _Jamais la biche en rut n'a pour fait d'impuissance_
    _Traîné du fond des bois un cerf à l'Audience,_
    _Et jamais Juge entr'eux ordonnant le Congrès_
    _De ce burlesque mot n'a sali ses Arrêts._

Si cela est, il n'a pas pris garde qu'on a fait voir aux Moralistes
qu'ils se trompent fort lors que pour donner de la confusion à l'homme
sur ses défauts ils le conduisent à l'école des bêtes; je le prierois
d'en voir les preuves dans le Dictionaire de Mr. Bayle, si je n'étois
averti qu'il ne lit point les Ouvrages de cet illustre Auteur. Mr. de
Beauval[213] pourra donc le détromper sur ce sujet, & lui faire voir en
particulier, que l'éxemple de la biche n'est point juste, s'il veut se
donner la peine de lire l'extrait que cet Ecrivain sçavant & judicieux a
fait de ce Dictionnaire. Je dirai seulement, que si cette Duchesse de
Carinthie, dont Mr. Bernard parle, étoit coupable, le corps de droit
entier, mériteroit d'être condamné; il fournit aux femmes des actions &
des loix contre leurs maris Eunuques, ou impuissans, au lieu que, selon
la Théologie scrupuleuse de Mr. Bernard, il devroit réprimer
l'incontinence de ces femmes, & s'écrier contre celles qui oseroient se
plaindre.



CHAPITRE V.

_Les Loix Civiles deffendent le mariage des Eunuques._


Comme le mariage d'un Eunuque ne peut pas subsister, il a été de la
prudence des Législateurs de ne point permettre qu'il fût contracté.
L'honnêteté publique, ni la Justice, ne veulent pas qu'on laisse faire
des choses qu'elles ne peuvent pas laisser subsister; [214]_Dirimunt
matrimonium contractum, impendiunt matrimonium contrahendum_ C'est une
maxime que les Canonistes qui ont écrit sur le chapitre unique _de
Sponsalibus & Matrimoniis_ ont solidement établie. [215]Elle est conforme
à la disposition du Droit Civil, il deffend de faire les fiançailles
avec les personnes entre lesquelles il empêche de contracter mariage.
_Quamvis_, dit-il, _verbis orationis cautum sit, ne uxorem tutor
pupillam suam ducat, tamen intelligendum est ne desponderi quidem posse;
Nam cum quâ nuptiæ contrahi non possunt, hæc plerùmque ne quidem
desponderi potest. Nam quæ duci potest, jure despondetur_; l'argument
est à peu près pareil, _a Nuptiis permissis ad sponsalia permissa; ab
iisdem prohibitis ad eadem sponsalia interdicta; à matrimonio valido ad
matrimonium contrahendum; & ab eodem invalido ad idem interdicendum_.
Puis que le Contract de mariage & les solemnitez qui se font ensuite, ne
sont & ne marquent autre chose qu'une promesse qui est faite entre deux
personnes, de se rendre les devoirs de mari & de femme, il est manifeste
que ceux qui ne peuvent pas se les rendre ne doivent pas se marier, &
que les mêmes raisons qui dissoudroient le mariage s'il étoit contracté,
doivent empêcher qu'on ne le laisse contracter en effet; L'Empereur Leon
qui a décidé nettement le cas[216], est allé bien plus loin; car non
seulement il a deffendu aux Eunuques de se marier, mais même il a
prononcé & donné une peine contre ceux qui se marieroient, & contre
celui qui les épouseroit; c'est dans la Constitution 98. qui a pour
tître, _de pœna Eunuchorum si uxores ducant_; Le motif de cette
ordonnance est très beau, c'est, dit-elle, que ce mariage n'étant rien
de réel, on ne peut sérieusement l'accompagner des Cérémonies Sacrées
qui font une partie de l'essence du mariage. Elle mérite d'être lûë
toute entiére, & je la rapporterois sans en rien obmettre, si elle
n'étoit un peu trop longue par rapport à la bréveté de cet Ouvrage; mais
voici à quoi elle aboutit, _propterea sancimus_, dit-elle, _ut si quis
Eunuchorum ad matrimonium procedere comperiatur, & ipse stupri pœnæ
obnoxius sit, & qui sacerdos istiusmodi conjonctionem profanato
sacrificio perficere ausus fuerit Sacerdotali dignitate
denudetur_. [217]L'Histoire dit qu'Auguste mit ordre à la confusion avec
laquelle on avoit accoûtumé de voir les Jeux, il assigna à chacun la
place qui lui étoit dûë, les hommes mariez entr'autres, ceux même de
basse condition y avoient la leur. [218]Mais Martial nous apprend que les
Eunuques n'osoient pas s'asseoir sur leurs bancs, ni se mêler parmi eux.
Voici comme il parle à Dydime, qui d'un ton superbe parloit des Edits de
Domitien concernant les Théatres, & de l'espérance qu'il avoit qu'ils
seroient observez.

    _Spadone cùm sis eviratior fluxo_
    _Et concubino mollior Celenæo,_
    _Quem sectus vlulat matris Entheæ Gallus,_
    _Theatra loqueris & gradus & Edicta_
    _Trabeasque & Idus fibulasque censusque,_
    _Et pumicata pauperes manu monstras._
    _Sedere in equitum liceat an tibi scamnis_
    _Videbo, Didyme: non licet maritorum._

Ce Didyme avoit une femme, cependant on ne le considéroit pas comme un
homme marié, parce qu'il étoit Eunuque. La Constitution de l'Empereur
Leon n'étoit pas encore donnée, car on peut dire que depuis ce tems il
n'y a point d'éxemple qu'aucun Eunuque ait eu la permission de se
marier, excepté celui de Saxe Gotha dont je parlerai dans la suite.
Toutes les Sociétez Ecclésiastiques ne se sont pas contentées
d'improuver & de blâmer ces sortes de mariages, elles les ont même
expressément deffendus.



CHAPITRE VI.

_La Religion Catholique Romaine ne permet pas le mariage des Eunuques._


La Religion Romaine qui considére le mariage comme un Sacrement, n'a
garde de permettre qu'on prophane un de ses Mystéres. Quelques éxemples
authentiques que je rapporterai serviront de preuves à cet égard.

Bernard Automne, Avocat célébre au Parlement de Bordeaux, rapporte dans
la seconde partie de sa Conférence du Droit François avec le Droit
Romain[219], un cas qui s'est présenté de son tems au Parlement de
Paris sur ce sujet. Il fait d'abord quelques réfléxions sur le
paragraphe _Spadonum_ de la Loi _Pomponius_, qui est la sixiéme ff. _de
Ædilitio Edicto_, & il trouve étrange, avec raison, qu'Ulpien qui est
Auteur de cette Loi, décide qu'un homme auquel on a coupé un doigt de la
main, ou du pied, soit malade, ou comme il s'exprime, _morbosus_, &
qu'un Eunuque auquel la partie du corps la plus nécessaire manque, ne le
soit pas. Il dit que cela le surprend, qu'il n'en voit pas la raison.
Que la cause de la génération qui donne même le nom d'homme à la
personne qui la porte, étant retranchée ce n'est plus un homme; qu'il
lui semble que qui de vingt parties en retranche une fait moins de tort
à la personne, que quand de deux il lui en ôte une. Aussi ajoûte-t-il,
le Parlement de Paris a jugé par Arrêt du 5. Janvier 1607. en faveur de
Claudine Godefroy, qu'il y avoit juste sujet de ne point contracter
mariage, & de ne point passer outre à la célébration avec un homme avec
lequel elle étoit fiancée, parce que les Médecins & les Chirurgiens
assuroient dans leur rapport qu'il n'avoit qu'un testicule, quoi que
même ils ajoûtassent qu'il pouvoit pourtant engendrer. Le célébre
Etienne Pasquier étant autrefois consulté sur un sujet à peu près
pareil, répondit par cette Epigramme.

    _Esse virum tota conjunx te pernegat urbe,_
        _Naturaque alio teste carere dolet._
    _Officiat ne thoro sociali res ea, certè_
        _Nescio, at hoc scio quod te negat esse virum._
    _Contra probaturum jucundo tramite dicis_
        _Gaudia conjugii mille peracta tibi,_
    _Quid garris? Binos cùm saltem jura requirant_
        _Uno te ne virum teste probare potes._

Il pouvoit y joindre l'Epigramme 99. du Livre septiéme de Martial, qui
finit par ce Vers si expressif.

    _Vis dicam verum, Pontice, nullus homo es._

Les Dictionaires de Furetiére & de Trevoux disent au mot _Eunuque_,
qu'il a été jugé par Arrêt de la Grand-Chambre du 8. Janvier 1665. qu'un
Eunuque ne pouvoit pas se marier, du consentement même des Parties. Les
Auteurs de ces deux excellens Ouvrages ont tiré cet Arrêt du Journal des
Audiences[220] & c'est encore ce même Arrêt qui est rapporté par Mr.
Claude de Ferriére à qui le Public a l'obligation d'avoir mis en
François la Jurisprudence Romaine, & de l'avoir conférée avec les
Ordonnances Royaux, les Coûtumes de France, & les Décisions des Cours
Souveraines. [221]Il dit dans le tome prémier de sa Jurisprudence du
Digeste, qu'un Eunuque reconnu pour tel, ne peut pas contraindre un
Curé à célébrer son mariage avec une fille qui y consent.

Le chapitre dixiéme du Livre quatriéme des Arrêts d'Anne Robert, qui ne
traite que de la dissolution du mariage pour cause de frigidité &
d'impuissance, montre que c'est une Jurisprudence constante, que les
Eunuques ne peuvent pas se marier.

Sixte Cinquiéme fit autrefois une Bulle qu'il envoya en Espagne, par
laquelle il déclaroit nuls les mariages des Eunuques.

Mais voici un fait historique qui est décisif sur ce sujet. Il est
rapporté par le docte Mr. Strik, fils de l'illustre & célébre Mr. Strik,
Professeur en Droit à Halle, le véritable Papinien de nôtre siécle.[222]
Il dit dans sa dispute _inaugurale_ pour le Doctorat, dans laquelle il
traite, _de matrimonii nullitate_, qu'étant en Italie il n'y a pas long
tems, il a vû qu'un des principaux Musiciens du Duc de Mantouë nommé
_Cortona_, ayant voulu épouser une fort jolie Musicienne qui étoit au
service du même Prince nommée Barbaruccia, ils furent obligez d'en
demander la permission au Pape qui la refusa absolument & sans retour.



CHAPITRE VII.

_La Religion Luthérienne, ou de la Confession d'Augsbourg, ne permet pas
le mariage des Eunuques._


Les Théologiens & les Jurisconsultes de cette Communion sont fort
scrupuleux sur cette matiére, & leurs motifs sont très judicieux & très
conformes à la raison & à la Religion.

Gerhard, l'un de leurs plus grands Théologiens & qui a réduit presque
tous les Ouvrages de Luther en lieux communs, dit précisément dans le
lieu _de conjugio_[223], qu'il ne doit pas être permis à une femme
d'épouser un Eunuque. Le motif qui le porte à prononcer cette décision,
est que le mariage ayant pour but principalement d'engendrer lignée & de
se procurer une postérité, il ne faut pas le laisser contracter à des
gens qui ne sont point capables de parvenir à ce but, & tels sont,
dit-il, les Eunuques & les Spadons. Que quoi que quelqu'un d'eux ayant
encore un chrémastere puisse connoître une femme ils ne sont point
propres au mariage; parce que bien loin d'engendrer des enfants, ils ne
sont pas même capables de satisfaire aux desirs d'une femme, ni
d'éteindre l'ardeur que la nature a allumée dans leur tempéramment. Le
second motif de ce grand homme est, qu'une femme ne trouvant pas dans la
personne de son mari la satisfaction qu'elle souhaite, elle tombe
aisément dans le crime. Le troisiéme motif est qu'une femme est trompée
par un phantôme de mariage, comme est celui d'un Eunuque; car soit
qu'elle ait ignoré l'état de cet homme avant que d'entrer dans aucun
engagement avec lui, soit qu'elle en ait eu connoissance, & qu'elle ait
eu pour lors meilleure opinion de ses forces qu'elle ne devoit, il est
certain qu'elle se trouve toûjours trompée. Or les Loix doivent prévenir
ces sortes de cas, & non seulement conseiller des femmes téméraires,
mais même les empêcher de s'exposer à un danger évident.

La délicatesse de ces Théologiens va si loin qu'ils ne permettent pas à
un Hermaphrodite de se marier, à moins qu'un séxe ne prévale si
visiblement & si considérablement sur l'autre, qu'il n'y ait rien à
craindre pour les suites de son engagement; & si cet Hermaphrodite fait
difficulté de se laisser éxaminer par des Médecins, des Chirurgiens &
des Matrônes, il se rend suspect dés là, & toute permission de se marier
lui est refusée.

C'est une maxime générale & constante parmi eux, que l'impuissance
quelle qu'elle soit, & de quelque cause qu'elle procéde, rend un
mariage contracté, nul, le résout, & empêche, lors qu'elle est connuë
auparavant, qu'on ne permette de le contracter. Il y a néanmoins une
exception à cette régle générale, c'est que si cette impuissance est
survenuë depuis qu'il est contracté, par quelque accident que ce soit,
elle ne le dissout point. Cela est fondé en Droit Civil, & en droit
Canon. [224]_Nihil enim tàm humanum esse videtur quàm fortuitis casibus
mulieris maritum, & contra uxorem viri, participem esse._ Le Canon _quod
autem 27. quæst. 2._ est positif & précis, _impossibilitas coëundi_,
dit-il, _si post carnalem copulam inventa fuerit in aliquo, non solvit
conjugium; [225]si verò ante carnalem copulam deprehensa fuerit, liberum
facit mulieri alium virum accipere_. C'est aussi le sentiment de Luther
dans son Traité _de vita conjugali_[226].

La Jurisprudence Ecclésiastique, ou Consistoriale de cette Communion est
conforme à celle de leurs Théologiens. Carpzovius qui en est l'oracle en
rapporte des décisions dans la Jurisprudence Ecclésiastique, ou
Consistoriale. [227]Le nombre deuxiéme de la définition seiziéme du tître
premier porte précisément ces mots, _non permittendum mulieri ut Eunucho
nubat_. J'avouë que j'ai lû avec quelqu'étonnement dans l'extrait que
le sçavant Mr. de Beauval vient de nous donner d'un Livre de Mr.
Brucknerus qui a pour tître, _Décisions du Droit Matrimonial_, [228]Que
le cas s'étant présenté à la Cour de S. A. E. de Saxe, un Eunuque
Italien son Chambellan ayant épousé une jeune fille qui étoit avertie de
son état, & du consentement de son pére, quelques Théologiens
entreprirent de troubler ce mariage comme nul & invalide, & que d'autres
le prétendirent bon & valable; mais que le Souverain ayant vû les avis
partagez, avoit confirmé le mariage sans tirer à conséquence pour
l'avenir. On peut dire au sujet de cette discorde de sentimens entre les
Théologiens de l'Electorat de Saxe, ce que ce même judicieux Auteur, Mr.
de Beauval, dit ailleurs[229] en parlant des divers Conciles qui
s'assemblérent au sujet de la Secte des Valésiens; _Divers Conciles_,
dit-il, _s'assemblérent là-dessus & augmentérent le desordre par la
contradiction de leurs Decrets. Tant il est vrai_, ajoûte-t-il, _à la
honte de la raison humaine, que la dévotion la plus bizarre & la plus
ridicule, trouve des Deffenseurs_. Il est certain, à la honte de la
raison humaine, que les sentimens les moins raisonnables trouvent des
gens qui les soûtiennent. Mais le cas que je viens de rapporter, est un
cas particulier qui ne l'emporte pas sur toutes les Décisions publiques
& générales, d'autant moins que le Prince même qui l'a autorisé a
déclaré que c'étoit sans tirer à conséquence pour l'avenir. D'ailleurs,
quand il l'auroit autorisé purement & simplement il n'en seroit pas plus
valide, & cette permission ne lui donnerait pas plus de force; car par
la disposition du Droit, les mariages deffendus par les Loix ne sont pas
moins injustes & illicites, quoi que le Prince ait permis par rescript,
de les contracter, parce que ces mariages étans contraires aux Loix, le
rescript qui a été obtenu portant permission de les contracter est censé
être subreptice, & avoir été obtenu du Prince par surprise. [230]Voici
les termes de la Loi. _Precandi quoque imposterùm super tali conjugio
(Imò potius contagio) cunctis licentiam denegamus ut unus quisque
cognoscat impetrationem quoque rei cujus est denegata petitio, [B]nec si
per subreptionem post hanc diem obtinuerit, sibimet profuturam._

Au reste, il auroit été fort à souhaiter que Mr. de Beauval, qui nous
rapporte ce cas, & qui raisonne avec tant de solidité & de justesse sur
toutes les matiéres qu'il traite, eut bien voulu nous dire son sentiment
sur cette célébre question du mariage des Eunuques; on a fait grace très
souvent à sa modestie, j'en donnerai quelques preuves afin qu'on ne
croye pas que je le charge mal à propos d'une obligation & d'une
reconnoissance qu'il ne doit point. Après, par éxemple, qu'il a donné
un extrait fort éxact & fort judicieux du Traité de la Nature & de la
Grace, de Mr. Jurieu, il le finit par ces paroles humbles, [231]que,
_comme cet Ouvrage est plein de Réfléxions très métaphisiques, on lui
pardonnera s'il a bronché quelque part_. Parle-t-il de la Réponse d'un
nouveau Converti à la lettre d'un Réfugié pour servir d'adition au Livre
de Dom Denis de Ste. Marthe, intitulé, _Réponse aux plaintes des
Protestants_; après avoir raisonné en habile Politique sur cette
matiére, il finit par ces paroles modestes; _mais rentrons dans les
bornes de nôtre territoire dont nous avons tant résolu de ne point
sortir, & ne faisons point de course dans la Politique sur laquelle
d'autres travaillent avec tant de succès_. Il s'excuse très souvent sous
divers prétextes, comme on pourroit le voir par les renvois que je mets
à la marge, & il s'excuse sous divers prétextes, & quoi qu'on sçache
qu'il est très capable de manier adroitement les matiéres qu'il rejette
par humilité, on a fait grace, je le répéte, on a fait grace très
souvent à sa modestie. Mais ici il n'a point d'excuse, il s'agit d'une
question qui est entiérement de son ressort, à moins qu'il n'ait crû que
le sujet étant trop riche l'auroit engagé à sortir des bornes d'un
extrait, & à faire un Traité complet. Peut-être qu'il a vû que c'étoit
une matiére si rebattuë, qu'il n'étoit pas nécessaire de la présenter
encore au Public dans cette occasion, dans laquelle il ne se propose que
de faire l'extrait du Livre qui lui tombe entre les mains, & non pas de
traiter à fond les sujets dont il s'y agit. En effet, il dit[232] que,
_la question s'il est permis aux Eunuques de contracter mariage à été
souvent agitée_. Il a raison en cela à certain égard. Il est vrai que
Melchior Inchoffer a fait un Ouvrage _de Eunuchismo_ qui a été imprimé à
Cologne in 8. en l'année 1653. Nous avons la dissertation _de Eunuchis_
de Gaspar Loischerus imprimé à Leipsik in 4. en l'année 1665. On a vû un
Sermon Anglois de Samuel Smith sur la conversion de l'Eunuque du
chapitre huitiéme des Actes des Apôtres, imprimé à Londres in 8. en
l'année 1632. Il y a un Traité de _Franc. de Amoya, Baëtici_, intitulé,
_Eunuchus_, sur la Loi _Eunuchis. V. c. qui testamenta facere possunt_,
& qui se trouve dans ses observations imprimées à Geneve in folio en
l'année 1656. Il y a un Traité de Marcell. Francolinus _de Matrimonio
spadonis utroque testiculo carentis_, imprimé à Venise in 4. en l'année
1605. Il y a un autre Traité _de Eunuchis_, de Théophile Raynauld, dont
Mr. Bayle se sert souvent très à propos. La Lettre 112. de la Mothe le
Vayer, qui se trouve dans le tome onziéme de ses œuvres, traite des
Eunuques en général. Nous avons enfin la Dissertation de Saldenus _de
Eunuchis_, qui est la sixiéme du Livre troisiéme de ses _Otia
Theologica_. Et un Recueil de consultations & de décisions sur ce sujet,
dont je parlerai dans la suite de cet Ouvrage. Mais je dirai pour ma
justification, d'avoir entrepris de traiter de cette matiére après tant
de grands hommes, & non pas pour réfuter ce que dit Mr. de Beauval, que
la plûpart de ces Auteurs ne se trouvent plus que dans les Catalogues,
ou dans les Bibliothéques, & que d'ailleurs, ils traitent des Eunuques
en général, & descendent peu dans le détail. La question dont il s'agit
ici y est entr'autres fort rarement & fort briévement traitée. On en
voit quelque chose dans les Ouvrages des Jurisconsultes, des Médecins, &
des Théologiens, on y trouve quelquefois des préjugez qu'ils ont
rapportez; mais outre que tout ce qui y est ainsi répandu est fort
succinct, on ne peut point dire qu'on puisse en induire une
Jurisprudence, ou une Théologie Casuistique certaine & universelle sur
le mariage des Eunuques.

[Illustration]



CHAPITRE VIII.

_La Religion Réformée ne permet pas le mariage des Eunuques._


Il n'est pas difficile de faire voir que la Religion Réformée ne permet
pas le mariage des Eunuques. Il n'y a aucune autre Communion Chrétienne
qui se soit déclarée aussi formellement qu'elle sur ce sujet, outre
qu'il est tout à fait opposé à l'Esprit dont elle est animée, & à la
Doctrine qu'elle professe, elle en a fait un Canon exprès de sa
Discipline: Discipline que l'on sçait être le résultat, ou plûtôt la
Quintessence de ses Synodes Nationaux. Cet article est le quatorziéme du
chapitre treiziéme qui traite des mariages; voici quels en sont les
termes.

_Comme ainsi soit que la principale occasion du mariage soit d'avoir
lignée & de fuir paillardise, le mariage d'un homme notoirement Eunuque,
ne pourra être reçû ni solemnisé en l'Eglise Réformée._

Le célébre Mr. de Larroque qui a fait voir la conformité de cette
Discipline avec celle des anciens Chrétiens, montre que telle étoit la
Jurisprudence de l'Eglise primitive. J'avouë que cette Discipline ne
faisoit loi qu'en France, mais depuis que l'Edit de Nantes y a été
révoqué, que les Réformez ont été contraints d'en sortir, & que la
plûpart d'eux se sont réfugiez dans le Brandebourg, Sa Majesté le Roi de
Prusse l'a autorisée dans ses Etats pour ce qui concerne les François
qui y sont établis[233], & en a ordonné l'éxécution lors qu'on pourroit
s'y conformer sans donner atteinte à ses Droits Episcopaux; de sorte que
c'est une Loi en Brandebourg parmi ces nouveaux Sujets, aussi sacrée
qu'elle l'étoit en France. C'en est une aussi parmi ses anciens Sujets,
& parmi tous les Protestans d'Allemagne. C'est ce qu'on peut voir par un
Livre imprimé à Halle en l'année 1685. & recueilli par Jérôme Delphinus,
qui a pour tître, _Eunuchi conjugium, Die Kapaunen heyrath. Hoc est
scripta & judicia varia de conjugio inter Eunuchum & virginum Juvencelam
anno 1666. contracto, à quibusdam supremis Theologorum Collegiis petita,
posteà hinc inde collecta, ab Hieronimo Delphino C. P. Halæ apud
Melchiorem Delschlagen 1685._ Et par la Décision donnée sur le cas que
j'ai rapporté dans le chapitre quatriéme de la seconde Partie.

La République de Geneve a reçû la même Jurisprudence, & divers cas qui
s'y sont présentez font voir qu'elle y est observée. Paul Cypræus dit
dans son excellent Traité _de Connubiorum_ jure, «que cette sage
République a une Loi qui deffend aux hommes de se marier avant l'âge de
dix-huit ans, & aux filles avant quatorze, & qu'il ne suffit pas de
compter les années, mais qu'il faut avoir égard principalement à la
vigueur du corps & du tempéramment, en ces termes,[234] _Qu'avec l'âge
on ait égard à ce que la corporence portera_. Il est vrai que les
Rélations du Levant nous apprennent, que les Banians Gentils de ce Païs,
estiment tellement la conjonction matrimoniale, qu'ils se marient
presque tous dès l'âge de sept ans; & elles ajoûtent, que s'ils meurent,
comme il arrive quelquefois, avant que d'être mariez, la coûtume est de
louer & de gager une fille qu'ils font coucher avec le mort pour lui
donner cet avantage d'avoir été marié avant que son corps fut brûlé
selon la coûtume du Païs. [235]Mais Mr. le Vayer fait diverses
réfléxions qui font voir que cette coûtume n'est pas tout à fait vaine,
& que s'ils se marient à sept ans, ils sont capables du mariage autant
que d'autres Peuples le sont dans un âge plus avancé. La diverse
position des lieux, dit-il, rend nos tempérammens si différens en toutes
choses, que Solin nous fera considérer des femmes qui deviennent grosses
d'enfan à cinq ans. Beato Odorico le confirme dans son Itineraire; &
l'on a vû depuis peu de tems dans le Royaume du Mogol une fille âgée de
deux ans seulement qui avoit le sein gros comme une nourrice, & qui
ayant eu ses purgations un an après, accoucha d'un garçon.

La même Jurisprudence Ecclésiastique est établie en Angleterre comme il
paroît par le chapitre septiéme du titre _de matrimonio_[236] dans la
Réformation des Loix Ecclésiastiques, faite prémiérement de l'autorité
de Henri VIII. & achevée & publiée ensuite par Edouard VI., ce chapitre
traite, _de his quæ matrimonium impediunt_; & voici ses termes, _Quorum
natura perenni aliqua Clade sic extenuata est, ut prorsus veneris
participes esse non possint, & conjugem lateat quamquam consensus mutuus
extiterit & omni reliqua ceremonia matrimonium fuerit progressum, tamen
verum in hujusmodi conjunctione matrimonium subesse non potest,
destituitur enim altera persona beneficio suscipiendæ prolis & etiam usu
conjugii caret_.

Les Théologiens de Hollande & leurs Jurisconsultes distinguent, de même
que tous les autres, les causes qui empêchent le mariage, en deux
classes, _alia_, disent-ils, [237] _(impedimenta) à lege; Illa sunt ætas
immatura, mentis impotentia, corporis ad cohabitationem incapacitas;
Ista sunt a morbo incurabili, ut ex. gr. lepra; à Culpa, à diversitate
Religionis, a propinquitate sanguinis_. J'avouë pourtant que Voëtius qui
est un des plus grands hommes qui ait été dans les Provinces Unies
depuis plusieurs siécles, me paroît hésiter sur le parti qu'il doit
prendre au sujet du mariage des Eunuques. Il ne se détermine point à la
vérité, & renvoye l'éxamen de ces sortes de questions aux Jurisconsultes
& aux Juges auxquels il dit que la connoissance en appartient plus
légitimement qu'aux Théologiens.[238] Ce sont donc eux qu'il faut
consulter, & comme le Droit Civil & le Droit Canon sont observez dans
ces Provinces, au moins dans les cas qui ne sont pas déterminez par
leurs Loix & par leurs Coûtumes, il est aisé de conclurre que le mariage
des Eunuques n'y est point permis. Voici en un mot les cas, qui selon
les Jurisconsultes, empêchent de contracter mariage.

    _Lepra superveniens, furor, ordo, sanguis & absens,_
    _Læsaque Virginitas, membri damnum, minor ætas,_
    _Ac hæresis lapsus, fideique remissio, prorsus_
    _Sponsos dissociant & vota futura retractans._

_Fin de la seconde Partie._



TROISIÉME PARTIE.

     Dans laquelle on répond aux objections qui peuvent être faites
     contre ce qui est contenu dans la seconde Partie de cet Ouvrage; &
     dans laquelle on les réfute.



CHAPITRE PREMIER.


Premiére Objection.

_Que la deffense de se marier ne doit point être générale & commune à
tous les Eunuques, parce qu'il y en a qui sont capables de satisfaire
aux desirs d'une femme._


Réponse à cette Objection.

Pour éxaminer cette Objection & pour y répondre avec ordre, il faut voir
premiérement, de quelle nature sont ces desirs auxquels un Eunuque est
capable de satisfaire, s'ils sont légitimes & permis; & en second lieu,
quels Eunuques sont capables de satisfaire à ces desirs.

Arnobe[239] dit que les Eunuques sont fort amoureux, _& majoris
petulantiæ fieri atque omnibus postpositis pudoris & verecundiæ frænis
in obscœnam prorumpere vilitatem_; Térence le dit en d'autres termes,
_Ph. infanis_, dit-il, [240]_Qui ist huc facere Eunuchus potuit. P. Ego
illum nescio qui fuerit, hoc quod fecis, res ipsa indicat.... P. At pol
ego amatores mulierum esse audieram eos maximos, sed nihil potesse_.
Mais pour ne point alléguer des témoignages si anciens, le P. Théophile
Raynauld dit dans son Livre _de Eunuchis_, qu'il a lû quantité
d'exemples de commerce impur entre des femmes & des hommes mutilez, & il
se moque de la confiance qu'on a en eux. André du Verdier dit la même
chose dans ses diverses leçons, à propos de quoi il rapporte la Sentence
d'Apollonius de Tyanée contre un Eunuque du Roi de Babylone qui fut
trouvé couché avec une des favorites de ce Roi. Cependant, il est
certain qu'un Eunuque ne peut satisfaire qu'aux désirs de la chair, à la
sensualité, à la passion, à la débauche, à l'impureté, à la volupté, à
la lubricité. Comme ils ne sont pas capables d'engendrer ils sont plus
propres au crime que les hommes parfaits, & ils sont plus recherchez par
les femmes débauchées, parce qu'ils leur donnent le plaisir du mariage
sans qu'elles en courent les risques.

    [241]_Sunt quas Eunuchi imbelles ac mollia semper_
    _Oscula delectent & desperatio barbæ_
    _Et quod abortivo non est opus._

[242]Témoin cette femme de Petrone qui parlant à un homme qui fait cet
aveu, _non intelligo me virum esse, non sentio, funerata est pars illa
corporis quâ quondam Achilles eram_, s'exprime en ces termes, _Nunc
etiam languori tuo gratias ago, in umbra voluptatis diutiùs lusi_. Cette
femme étoit du caractére de cette Gellia contre laquelle Martial a fait
cette sanglante Epigramme adressée à Pannicus,[243]

    _Cur tantum Eunuchos habeat tua Gellia, quæris?_
    _Pannice, vult fu..... Gellia, non parere._

C'est cette Gellia dont Martial fait ailleurs un si vilain portrait; &
des larmes de laquelle il parle de cette maniére,[244]

    _Amissum non flet, cùm sola est Gellia, patrem._
    _Si quis adest, jussæ prosiliunt lacrymæ._

[245]L'Ecclésiastique dit, que celui qui viole la Justice par un
jugement injuste, est comme l'Eunuque qui veut faire violence à une
jeune vierge. On sçait qu'il y a eu autrefois des Païs où les Princesses
vierges étoient confiées à la garde des Eunuques. Le Sage compare la
Justice à une de ces vierges, & les Juges à ceux qui auroient dû la
garder avec une fidélité pleine d'un profond respect. Quelques Eunuques
sont donc capables de satisfaire à quelques desirs d'une femme, mais
tous ces desirs sont illégitimes & ne peuvent point être permis dans le
mariage, _obscænæ procul hinc discedite flammæ_! [246]Une femme qui a ces
desirs est une paillarde, & un Eunuque qu'elle souffre dans son lit est
l'instrument de son crime. Voici la Sentence qui les déclare coupables
l'un & l'autre; [247]_origo quidem amoris honesta erat, sed magnitudo
deformis; nihil autem interest ex qua honesta causa quis insaniat; unde
& Xistus Pithagoricus in sententiis; Adulter est, inquit, in suam uxorem
amator ardentior; In aliena quippe uxore omnis amor turpis est, in sua
nimius. Sapiens judicio debet amare conjugem, non affectu; non regnet in
eo voluptatis impetus, nec præceps feratur ad coitum; nihil est
fœdius quàm uxorem amare quasi adulteram._ Saint Jérôme prononce leur
condamnation plus clairement & plus expressément; _Liberorum ergò_,
dit-il, _in matrimonio concessa sunt opera, voluptates autem quæ de
meretricum amplexibus capiuntur in uxore sunt damnatæ_. Les Casuistes
décident même fort précisément, que les mariages qui se font par
amourette, comme on parle, sont très blâmables. Les mariages déréglez,
disent-ils, ont été la cause du déluge; [248]les fils de Dieu voyans que
les filles des hommes étoient belles, prirent celles d'entr'elles qui
leur avoient plû; ces mariages furent cause de la ruine de toute la
terre.

Le desir légitime & permis d'une femme est d'avoir des
enfans. [249]Donnez moi des enfans, disoit la chaste Rachel à Jacob son
mari. Didon se voyant sur le point d'être abandonnée de son Ænée, lui
parle en ces termes,[250]

    _Saltem si qua mihi de te suscepta fuisset_
    _Ante fugam soboles, si quis mihi parvulus aulâ_
    _Luderet Æneas, qui te tantum ore referret_
    _Non equidem omninò capta aut deserta videret._

Je veux être mère, je veux engendrer des enfans, & c'est pour cela que
j'ai pris un mari, c'est là le langage d'une femme honnête & sage: &
bien loin que, selon les régles de la fausse pudeur de certaines gens,
elle soit blamable, lors qu'elle se plaint de ce que son mari n'est pas
capable de satisfaire à ses justes desirs, & qu'elle demande d'en être
séparée, elle est au contraire très digne de louanges de ne pouvoir se
résoudre à faire toute sa vie les actions d'une impudique; [251]_volo
esse mater, volo filios procreare & ideò maritum accepi, sed vir quem
accepi frigidæ naturæ est, & non potest illa facere propter quæ illum
accepi_. C'est là le but légitime du mariage. Il est vrai qu'on n'y
parvient pas toûjours; il y a des femmes stériles, mais on n'en sçait
pas la cause; il ne manque rien à elles, ni à leurs maris, de ce qu'il
faut pour engendrer, l'un n'a rien à reprocher à l'autre, c'est à Dieu
qu'ils doivent demander des enfans: ils sont dans le cas de [252]Jacob,
qui disoit à sa femme lors qu'elle lui demandoit des enfans, _suis je
Dieu?_ Quoi qu'il en soit, lors qu'on se marie, il faut suivre le
conseil que l'Ange Raphael donnoit à [B]Tobie, «Ecoutez-moi, lui dit-il,
& je vous apprendrai qui sont ceux sur qui le Démon a du pouvoir; lors
que des personnes s'engagent tellement dans le mariage qu'ils bannissent
Dieu de leur cœur, & de leur esprit, & qu'ils ne pensent qu'à
satisfaire leur brutalité comme les chevaux & les mulets, qui sont sans
raison, le Démon a pouvoir sur eux. Mais pour vous la troisiéme nuit
vous recevrez la bénédiction de Dieu, afin qu'il naisse de vous deux des
enfans dans une parfaite santé. La troisiéme nuit étant passée vous
prendrez cette fille dans la crainte du Seigneur, & dans le desir
d'avoir des enfans, plûtôt que par un mouvement de passion, afin que
vous ayez part à la bénédiction de Dieu.»

Tous les Eunuques ne sont pas capables de satisfaire même à ces desirs
impurs dont je viens de parler; les Jurisconsultes distinguent les
Eunuques. [253]_Quantùm inter est_, disent-ils, _inter hæc vitia quæ
Græci, κακονθειαν vitiositatem dicunt, interque παθως id est
perturbationem, aut νὁσον, id est morbum, aut αρρωςιαν, id est
ægrotationem, tantum inter talia vitia & cum morbum ex quo quis minus
aptus usui sit, differt_; les uns péchent en quantité d'humeur radicale,
d'autres en qualité, d'autres en quantité & en qualité tout ensemble; &
enfin, _sin autem quis ita spado est ut tàm necessaria pars corporis ei
penitùs absit, morbosus est_, dit la Loi 7. ff. _de Ædilitio Edicto &
Redhibitione, & quanti minoris_. Mais de quelque nature qu'ils soient,
il ne leur doit point être permis de se marier, parce qu'ils ne peuvent
satisfaire qu'à des desirs impurs, illégitimes, illicites, & qui bien
loin d'être approuvez, ne doivent pas même être tolérez.

[Illustration]



CHAPITRE II.


Seconde Objection.

_Le mariage est un Contract civil, par lequel il est permis à tout le
monde de s'engager._


Réponse à cette Objection.

Il y a plusieurs causes pour lesquelles le mariage ne peut être
contraint; les Jurisconsultes en ont renfermé les principales dans ces
trois Vers;

    _Votum, vis, error, cognatio, crimen, honestas,_
    _Relligio, raptus, ordo, ligamen & ætas,_
    _Amens, affinis, si Clandestinus & impos._

Mais il faut entrer dans un éxamen plus particulier de cette matiére qui
est digne d'attention;

C'est un principe en droit, que _Edictum Matrimonii est prohibitorium_,
c'est à dire, que _Matrimonium cuilibet contrahere licet, cui non
prohibetur_. Il n'est donc pas si généralement permis qu'il n'y ait des
cas & des personnes auxquelles il soit deffendu.

Les causes qui empêchent le mariage sont en assez grand nombre & de
diverse nature. Les unes sont tirées également du Droit Civil, & du
Droit Canon; les autres émanent uniquement du Droit Civil, & les autres
sont établies particuliérement par le Droit Canon.

Celles qui sont communes à l'un & à l'autre droit, sont l'âge de puberté
qu'on n'a point atteint; la parenté, l'alliance, la différence de
Religion, l'impuissance du mari, ou de la femme, & l'honnêteté publique;

Celles qui sont particuliéres au Droit Civil, sont l'état de la
personne, si elle est esclave & qu'on ait crû qu'elle étoit libre; le
rapt, la puissance qu'on a sur la fille, _propter periculum impressionis
sive coactionis_; l'inégalité du rang étoit aussi autrefois une cause
qui empêchoit le mariage, mais elle a été retranchée dans le Droit Civil
nouveau, c'est à dire, par les Constitutions des derniers Empereurs.
_Jure novissimo inter eas personas nuptiæ non prohibentur._[254]

Celles enfin qui sont particuliéres au Droit Canon, sont de deux sortes,
les unes déclarent le mariage illégitime & inutile tout ensemble, tels
sont les ordres sacrez qu'on a pris, le vœu solemnel qu'on a fait, ou
la profession d'une vie réguliére, le rapt, & le crime; les autres
rendent illégitime seulement, telles sont les fiançailles contractées
avec une autre femme; le simple vœu, la deffense du Supérieur; le
tems deffendu par l'Eglise; la parenté spirituelle qu'un maître
contracte en enseignant à une jeune fille les principes de la Religion;
l'hérésie, la pénitence publique, & le crime: ce crime dont le Droit
Canon parle ici a diverses espéces. 1. L'inceste. 2. La mort qu'un mari
a donné à sa femme pour en épouser une autre. 3. La mort donnée à un
Prêtre; le rapt fait de la promise d'un autre. 4. Un mariage contracté
auparavant avec une Moinesse, ou une Religieuse.

Voila donc beaucoup de causes qui empêchent de contracter mariage, de
sorte qu'on ne peut pas dire qu'il soit permis à tout le monde, &
toûjours, de le Contracter. L'impuissance du mari est une des
principales, aussi est-elle également établie par le Droit Canon, comme
je l'ai fait voir amplement dans la seconde partie de cet Ouvrage.

Cette Jurisprudence n'est pas particuliére aux Contracts de mariage,
elle s'étend aux accords, aux Pactes, & à toute sorte de Contracts;
_Edictum Contractuum est prohibitorium_, c'est à dire, _omnibus
contrahere licet quibus non prohibetur_; mais il est défendu à certaines
gens de contracter. 1. Par la nature, lors qu'ils ne sont point capables
de donner leur consentement, tels sont les fous, les innocens, les
furieux, les prodigues, qui sont mis au même rang que les furieux; les
yvrognes pendant qu'ils sont yvres; les enfans en bas âge, les sourds &
les muets. 2. Par la Loi, tels sont les fils de famille; le pére même
auquel il n'est point permis de contracter avec son fils qui est sous
son pouvoir; une femme, un esclave, un Gouverneur de Province, _propter
periculum metus & impressionis_.[255] 3. Par les hommes, ab homine, par
convention faite entr'eux, par éxemple, Mævius a vendu son cheval à
Titius à condition qu'il ne le revendroit point ou que s'il le revendoit
ce ne pourroit être qu'à certaines personnes, il n'est pas permis à
Titius de le vendre à une autre. Mævius, en le lui vendant lui a imposé
la loi, _Rei enim suæ quisque moderator est, & arbiter; Rei suæ legem
quisque dicere potest_. 4. Enfin, par les Coûtumes des lieux où l'on se
trouve, par éxemple, _Donationem contrahere conjuges prohibentur ne
promercalis inter eos amor fiat_, &c.

Il est des choses comme des personnes, il n'est pas permis de contracter
de toute sorte de choses; il y en a dont la nature défend de contracter,
d'autres, la Loi, & d'autres les accords faits entre les hommes; les
choses Sacrées, Religieuses & Saintes, sont d'une nature à n'entrer
jamais dans le commerce des hommes; un homme libre, _liberi hominis
contractus non est_. Les choses impossibles. Certaines choses sont
deffendues par la Loi, telles sont celles par lesquelles le Public
recevroit du préjudice, _ex quibus utilitas publica læderetur_. Les
choses infames & mal-honnêtes qui sont contre les bonnes mœurs. La
succession d'un homme vivant, _contractus de futura successione
viventis_. _Ab homine._ Par accord fait entre les hommes, par éxemple,
_si quis caveat ne vicinus quærat aquam in suo solo_. C'est donc une
erreur de croire qu'il soit permis à tout le monde de contracter; il est
encore moins permis à tout le monde de contracter mariage. On dit
communément que le Contract est le pére de l'obligation, _vulgò dicitur
contractus pater obligationis, mater verò actionis, obligatio_. Tous
ceux qui contractent sont tenus de donner ou de faire ce qu'ils ont
promis, _omnis obligatio vel in dando vel in faciendo consistit, ac
demùm_, disent les Jurisconsultes, _nisi quis id, aut det, aut faciat
quod daturum se facturumve promisit, actione coram Magistratu proposita,
ad id cogi potest_; sans cela ce seroit un Contract frustratoire &
ridicule. Comment un Eunuque peut-il s'obliger à procréer lignée? Et
quand il s'y seroit obligé, comment pourroit-on le contraindre à
éxécuter sa promesse? Tout cela est impossible; or _ex sui natura res
quæ nec dari nec fieri ullo modo potest, in contractum deduci non debet;
impossibilium enim nulla est obligatio_; voila la régle de
Droit; [256]_sub conditione data, non data censentur, cessante
conditione; itaque deficiente conditione contractus celebratus censetur
resolutus ab ipso initio_. [257] On se marie sous la condition que le
mari engendrera lignée, s'il ne peut l'engendrer le mariage est nul &
résolu. L'honnêteté publique veut donc qu'on l'empêche, & il vaut mieux
le deffendre, que d'être obligez ensuite à le casser, comme je l'ai fait
voir ailleurs.



CHAPITRE III.


Troisiéme Objection.

_Un Eunuque pouvant remplir tous les devoirs du mariage, excepté ceux
qui concernent la génération, peut le contracter parce que_, consensus
non concubitus matrimonium facit.

Un [258]sçavant homme & bel esprit tout ensemble dit, qu'il faut sur tout
qu'un homme sçache son métier; car, ajoûte-t-il, il est honteux qu'on
dise de nous, que nous sçavons excepté ce que nous devons sçavoir. On
peut dire qu'il est ridicule de prétendre qu'un mari soit un bon mari,
remplissant bien les devoirs du mariage, lors qu'il n'est pas capable
d'en faire les principales fonctions. Il n'est pas d'un mari comme de ce
bouffon dont le Cardinal du Perron a parlé. [259]Etant à Mantouë le Duc
lui fit voir un bouffon qu'il disoit être _Magro Buffone, & non Haver
Spirito_. Le Cardinal répondit que ce bouffon avoit pourtant de
l'esprit, & le Duc lui ayant demandé pourquoi? Parce, lui dit-il, qu'il
vit d'un métier qu'il ne sçait pas faire; le métier de mari n'est pas la
même chose, on n'en vit point, lors qu'on ne le sçait pas faire;

    [260]_Nihil ibi per ludum simulabitur, omnia fient_
    _Ad Verum._

Quand cela n'est point une femme souffre beaucoup, une nuit lui paroît
bien longue,

    [261]_O nox quàm longa es quæ facis una senem!_

Témoin les angoisses & les sueurs froides de cette femme dont parle
Martial[262],

    _Cum sene communem vexat spado Dyndimus Eglen_
        _Et Jacet in medio ficca puella toro,_
    _Viribus hic operi non est, hic utilis annis._
        _Ergo sine effectu prurit uterque prior._
    _Supplex illa rogat pro se miserisque duobus,_
        _Hunc Juvenem facias, hunc Cytherea virum!_

Ce n'est donc pas dans la pratique qu'on trouve la vérité de cette
maxime, [263]_Consensus non Concubitus matrimonium facit_. Voyons en quel
sens, & de quelle maniére on la trouve dans la Théorie.

Les Jurisconsultes mettent une grande différence entre le consentement
qui se donne aux fiançailles, & celui qui se donne aux nôces; l'un ne
consiste qu'à promettre de célébrer les nôces, & l'autre consiste à
promettre qu'on consommera le mariage. [264]_Aliud est_, disent-ils,
_Nuptias contrahere, aliud ad Nuptias contrahendas se se obligare_. L'un
de ces consentemens fait une paction, _de futuro conjugio_. L'autre au
contraire en fait une _de præsenti_. Dans l'un ce n'est qu'une promesse
_de accipienda uxore_; Dans l'autre c'est l'exécution de cette promesse,
_uxor accipitur. Promssio prius facta verbis, rebus ipsis, & factis
ratificatur._ Il y a autant de différence entre ces deux consentemens,
qu'il y en a entre la promesse & l'exécution. Dans l'un l'homme ne
consent pas d'être aussi-tôt mari & de consommer le mariage, il promet
seulement de le devenir. Mais dans l'autre, l'homme _eo ipso momento
maritus fieri vult, & eo animo & destinatione consentit ut sit
matrimonium_. Il promet de le consommer; c'est au premier de ces deux
cas qu'il faut appliquer la maxime dont il s'agit ici.

Mais voici le sens véritable de cette maxime, & l'application qu'il en
faut faire. Elle signifie que la simple cohabitation ne fait point
l'essence du mariage; il ne suffit pas d'avoir connu charnellement une
femme pour en conclure qu'on est marié avec elle, le consentement de
l'un & de l'autre d'être marié ensemble, est absolument nécessaire. Ce
consentement n'est point celui que ces deux personnes se donnent
mutuellement de se connoître l'une l'autre, _consensus cohabitandi &
individuam vitæ consuetudinem retinendi facit conjugium_, selon le
sentiment des Jurisconsultes; ce n'est donc ni le consentement seul, ni
la cohabitation seule, qui font séparément le mariage, c'est
l'assemblage de tous les deux. D'ailleurs, le consentement dont il est
ici question, _ad Nuptiarum probationem, sed non ad Nuptiarum
substantiam, pertinet_. Le but de cette maxime n'est pas de déclarer en
quoi consiste l'essence du mariage, mais à quel tems il faut le fixer, &
de quel moment il faut compter qu'il est contracté. _Non ex concubitu
nuptiæ fatis probantur, sicuti & retrò secubitu matrimonium non
dissociatur, seu separatione Thori aut habitationis._ Ces unions & ces
séparations ne concluent rien; il y a des conjectures plus certaines
établies par les Jurisconsultes pour juger de la consommation du
mariage; ils les tirent _ex comparatione personarum, ex vitæ
conjunctione, ex vicinorum opinione, ex deductione in domum mariti; ex
aquæ & ignis acceptione, ex dotalibus instrumentis, seu tabulis
nuptialibus, seu testatione_, ce qui, au rapport de Busbeque, fait parmi
les Turcs, la différence de la femme & de la concubine. Mais tout cela
n'est point l'essence du mariage, ce sont des conjectures, ou des
preuves, par lesquelles on peut juger qu'il y a un mariage contracté
entre certaines personnes. Si le mariage ne consistoit que dans le
consentement on pourroit bien dire comme cette femme qu'Ovide fait
parler,

    _Si mos antiquis placuisset matribus idem,_
        _Gens hominum vitio deperitura fuit._
    _Qui que iterùm Jaceret generis primordia nostri_
        _In vacuo lapides orbe parandus erat._

[Illustration]



CHAPITRE IV.


Objection quatriéme.

_Quand on ne peut pas être auprès d'une femme comme mari, on doit y être
comme frére, & habiter avec elle comme avec une sœur._


Réponse à cette Objection.

Cette objection est fondée sur le chapitre _Laudabilem est infrà_[265],
qui contient ces mots, _quod si ambo consentiant simul esse, vir etiam &
si non ut uxorem, saltem habeat ut sororem_, la glose sur ces mots
_ambo_, dit précisément qu'il faut que l'un & l'autre consentent, _quia
cum nullum sit matrimonium non tenetur alter alteri_.

Deux réflexions détruiront l'objection fondée sur ces paroles. La
prémiére, qu'elles sont rélatives à la faculté qui est donnée à la femme
de faire résoudre son mariage, après que pendant un certain tems elle
s'est assurée de l'impuissance de son mari; elle peut faire casser son
mariage, à moins que l'un & l'autre ne veuillent bien habiter ensemble
comme frére & sœur. Il paroît donc par là qu'il s'agit d'un mariage
contracté, & non pas d'un mariage à contracter. Qu'il s'agit d'un homme
reconnu impuissant après une longue expérience, & non point d'un Eunuque
qui est notoirement impuissant, & qui ne peut par aucun ressort de la
nature, ni par aucun artifice de l'art devenir jamais capable
d'engendrer.

La seconde réfléxion consiste en ce qu'il faut que l'une & l'autre des
parties consente de rester ensemble sur ce pied de frére & de sœur:
ce qui montre qu'il n'y a plus de lien entr'eux; que le premier
consentement qu'ils ont donné à leur union n'ayant pas produit l'effet
pour lequel il avoit été donné, il est naturellement & _ipso facto_
révoqué. Qu'il en faut un nouveau donné sur connoissance certaine de la
personne; qu'alors ce n'est plus un mariage, mais une union de support
qui ne peut être qu'onéreuse à la femme; car enfin, le doux nom de
sœur n'est pas capable de consoler de la perte des avantages de la
qualité de femme. Quand on est une fois marié on ne s'aime plus
qu'entant qu'on est mari & femme. Comme cette Biblis dont Ovide nous
fait l'histoire, une femme n'aime point d'être appellée sœur par un
homme qui tient lieu de mari.

    [266]_Jam Dominum appellat, jam nomina sanguinis odit,_
    _Biblida, jam mavult, quàm se vocet ille sororem._

En un mot, cette objection tombe d'elle-même, puis qu'elle ne concerne
que des mariages contractez avec des hommes reconnus impuissans par
l'usage; & qu'il s'agit ici de sçavoir s'il doit être permis à des
Eunuques connus pour tels, de contracter mariage.

[Illustration]



CHAPITRE V.


Cinquiéme Objection.

_Si le Mariage devoit être deffendu aux Eunuques parce qu'ils ne peuvent
pas engendrer, il devroit l'être aussi aux personnes âgées que la
vieillesse rend incapables de faire les fonctions du mariage; & ne leur
étant point deffendu, il ne doit point l'être aussi aux Eunuques._


Réponse à cette Objection.

Cette objection est fondée sur un faux principe, sçavoir qu'on n'a droit
d'être marié qu'entant qu'on est capable d'engendrer; si cela étoit, dès
qu'un mari & une femme n'engendrent plus, ou lors que la femme est
stérile il faudroit les démarier. Ce principe & la conséquence qui s'en
tire naturellement sont si absurdes, qu'il suffit de les proposer pour
les faire rejetter.

Si cette Objection n'est point fondée sur ce principe elle est encore
moins soûtenable; car un homme, à moins que d'être retourné en enfance,
ou que d'être attaqué de quelqu'infirmité capitale, est capable
d'engendrer dans quelqu'âge qu'il se trouve. On voit mille éxemples dans
le monde de vieillards qui ont eu des enfans à l'âge de quatrevingt &
dix ans, qui est l'âge le plus avancé de l'homme; de sorte qu'on peut
dire qu'un homme bien constitué peut engendrer toute sa vie; cependant,
s'il étoit tellement décrépit qu'il ne pût faire aucune fonction du
mariage, qu'il fût comme un Eunuque, j'avouë qu'il agiroit contre
l'institution du mariage, & que le Magistrat, ou ses Supérieurs
Ecclésiastiques feroient très bien de l'en empêcher en lui représentant
ce qu'Ajax dit à Ulysse dans les Métamorphoses d'Ovide,

    _Debilitaturum quid te petis Improbe munus?_

Qu'il va faire comme le mâle des Alcyons qui étant si vieux qu'il ne
peut se remuer, s'apparie avec sa femelle & meurt en cet état. A moins
que cet homme n'eût eu plusieurs enfans dans sa jeunesse, ou qu'il eût
eu une femme stérile, en ce cas il peut très légitimement, à mon avis,
épouser une femme d'un âge proportionné au sien, [267]parce que le feu de
la jeunesse étant passé dans l'un & dans l'autre, & les inconvéniens que
je remarquerai dans le chapitre suivant n'étant point à craindre, c'est
proprement dans ce cas qu'un mari recevant beaucoup d'aide & de secours
de sa femme il peut la regarder comme sœur, s'il ne peut la regarder
comme femme, puis que lui ni elle ne peuvent point procréer lignée.

Mais la principale raison est, que les gens auxquels on n'a que la
vieillesse à reprocher, auroient pû, peut-être, engendrer, & ont,
peut-être, effectivement engendré dans leur jeunesse; ils ont donc la
faculté d'engendrer, mais ils n'engendrent point en effet; l'âge est en
eux un obstacle plus puissant que la nature qui les avoit rendus
capables d'engendrer. Or ne voit-on pas que la nature fait souvent des
efforts, ou que la Providence lui donne des forces par le moyen
desquelles elle surmonte les obstacles de l'âge. [268]Je ne rapporterai
point la Fable du bon Vieillard Hircus qui pria trois Dieux qui vinrent
chez lui, de lui donner un fils, quoi que sa femme fût déjà fort avancée
en âge, ce qu'ils lui accordérent; les Sçavans croyent que c'est
l'histoire d'Abraham & de Sara, déguisée: mais j'alléguerai le
témoignage de Valesque de Tarente qui dit, comme une chose fort
merveilleuse, dans son _Philonium_[269], qu'il a vû une femme qui avoit
ses mois à l'âge de soixante ans, & qui eut un fils à l'âge de
soixante-sept ans. Et le témoignage de Mauricius Codeus, qui dit dans
son Commentaire sur le premier Livre d'Hypocrate touchant les maladies
des femmes, qu'il a appris qu'une Demoiselle a eu ses mois étant âgée de
soixante & dix ans, & qu'elle avoit conçû un enfant bien formé, dont
elle avoit avorté pour avoir été trop agitée du mouvement d'un Coche
dans lequel elle avoit été. La Loi _si major_ au Code _de legitim.
Hæred._ parle d'un enfant mis au monde par une femme qui avoit passé
cinquante ans. Cornelia dont Pline parle, eut après soixante-deux ans
Volusius Saturninus qui fut Consul. Et le Docte Joubert dit
positivement, qu'une femme mariée à un Coûturier dans la Ville
d'Avignon, nommé _André_, domestique du Cardinal de Joyeuse, continua
d'enfanter jusqu'à l'âge de septante ans. Mais si la nature ne peut pas
surmonter ces obstacles, Dieu qui est le Maître de la nature, ne les
surmonte-t-il pas souvent, en donnant des enfans à des femmes qui ont
perdu l'espérance d'en avoir, [270]Sara, & Anne, qui depuis[271] fut mère
de Samuel, en sont des exemples. Il donne, dit le Psalmiste, à celle qui
étoit stérile la joye de se voir dans sa maison la mére de plusieurs
enfans. [272]Le Prophete Esaïe dit la même chose, & l'expérience l'a
justifié si souvent qu'il n'y a point lieu d'en douter.

Il y a donc bien de la différence entre le mariage des Vieillards &
celui des Eunuques. Dieu se sert souvent de moyens humains pour faire
des Miracles. Les personnes fort âgées peuvent servir de moyens, mais
les Eunuques n'ayans point ces moyens, ils ne peuvent point être des
instrumens dans la main de Dieu pour faire ces miracles. Ainsi on peut
dire que, ni naturellement, ni surnaturellement, ils ne peuvent point
engendrer, & que par conséquent ils ne sont en nulle maniére, ni
capables, ni dignes du mariage.

[Illustration]



CHAPITRE VI.


Sixiéme Objection.

_Quand la femme qui épouse un Eunuque sçait qu'il est Eunuque, & qu'elle
n'ignore point les conséquences de son état, il doit lui être permis de
l'épouser si elle le souhaite, parce que_ volenti non fit injuria.


Réponse à cette Objection.

Cette maxime _Volenti non fit injuria_, est établie par le Droit Civil,
& par le Droit Canon; l'un dit, [273]_que usque adeò autem injuria quæ
fit liberis nostris, nostrum pudorem pertingit, ut etiam si volentem
filium quis vendiderit patri, suo quidem nomine competit injuriarum
actio, filii verò nomine non competit, quia nulla injuria est quæ in
volentem fiat_; l'autre Droit dit que, [274]_scienti & consentienti non
fit injuria_; Elle est tirée de la Loi 145. _ff de diversis regulis
juris_, qui porte, que _nemo videtur fraudare eos qui sciunt &
consentiunt_, & elle est en quelque sorte expliquée par le §. _si
intelligatur_. 6. de la Loi prémiére, _Dig. de Ædilitio Edicto. Si
intelligatur vitium, morbus que mancipii ut plerùmque signis quibusdam
solent demonstrare vitia, potest dici edictum cessare; hoc enim tantùm
intuendum est ne emptor decipiatur._ Pour pouvoir conclure qu'une femme
est trompée volontairement & de son consentement, il faut qu'il conste &
qu'il apparoisse clairement & manifestement qu'elle n'a été ni induite,
ni séduite; qu'elle a sçû les defauts de l'Eunuque, & les incommoditez
qu'elle en souffriroit, sans cela elle est trompée, & elle est trompée
par surprise & non pas volontairement. J'ajoûte qu'il faut qu'une femme
soit assurée de sa continence & de sa chasteté, qu'elle sçache que les
defauts de l'Eunuque, & les incommoditez qu'elle en souffrira, mettront
l'une & l'autre de ces deux vertus très souvent à l'épreuve, & qu'elle
pourra sûrement soûtenir toutes ces épreuves, sans cela, présupposé que
_volenti non fiat injuria_ le Magistrat ni ses Supérieurs
Ecclésiastiques ne doivent point lui permettre de s'exposer à la
tentation, & de se mettre dans un danger évident de tomber dans le crime
comme je le ferai voir dans la suite de ce chapitre; il ne doit point
lui permettre par conséquent de se marier; l'Objection tombe dans ce
cas. Il y a d'autres exceptions à cette régle générale, que les
Jurisconsultes rapportent; par éxemple, [275]_si quis puellam volentem
rapuerit; si quis filium volentem intervertat. Si quis servum volentem
corrumpat_; & plusieurs autres semblables. Le sens véritable de cette
maxime est, qu'une personne qui a consenti à l'injure qui lui a été
faite, ne peut point agir par action d'injure contre l'injuriant. Voici
donc l'application qu'il faut faire de cette maxime au cas du mariage
d'un Eunuque. Lors qu'un mariage est déclaré nul par, ou à cause de
l'impuissance du mari, il n'est pas seulement condamné à rendre la dote
qu'il a reçûë de sa femme, pour laquelle il n'est point admis ni reçû à
faire cession de biens, mais aussi aux dommages & intérêts envers elle,
& elle n'est point tenuë à la restitution des bagues qui lui avoient été
données. Mais lors qu'elle a sçû, avant que de l'épouser, qu'il étoit
impuissant, elle peut bien faire casser son mariage, ou plûtôt faire
dire qu'il n'y en a point, mais elle ne peut pas intenter l'action
d'injure ou de dommages & intérêts, parce que _volenti non facta fuit
injuria_. Elle mérite qu'on lui fasse ce reproche d'Horace[276] _Prudens
emisti vitiosum, dicta tibi est lex, insequeris tamen hunc & lite
moraris iniqua_. C'est là la Jurisprudence universelle de tous les Païs.
Mais pour répondre solidement & d'une maniére qui soit sans replique à
cette Objection, je ne puis faire rien de mieux que de me servir des
termes du Docte Cypræus, tels qu'ils sont contenus dans les Articles 41.
& 42. du Paragraphe treiziéme du chapitre neuviéme de son excellent
Ouvrage, _de Jure connubiorum_: en détruisant l'Objection ils finiront
aussi très dignement ce chapitre & cet Ouvrage. [277]«_Quæritur si mulier
spadoni vel Eunucho fidem dederit, non ignara eum hoc vitio affectum,
vel post sponsalia resciverit, eum virum non esse, & nihilominus nuptias
consummare cupiat, id ei concedendum fit? Et si quidem constiterit eum
ad commixtionem conjugalem inhabilem esse, nuptiis illi inter dicendum &
sponsalia dissolvenda existimaverim. 1. Quod lege Divina spadones
prohibeantur mariti fieri. Deuteronom. 13. Itaque nec illis mulieres
nubere possunt. 2. Quod & Imperatorum constitutionibus id vetitum est.
3. Quod ejusmodi conjugium Benedictionis non sit capax. 4. Quod nulla
istarum causarum propter quas conjugium à Deo institutum est, hic locum
habeat. 5. Propter periculum, ne mulier alibi amori operam dare
incipiat, (ut est natura hominum proclivis ad libidinem) & conjugio,
cujus usum nullum habere potest, pro velamento turpitudinis utatur. Nec
ad rem facit quod mulier sciens volens nuptias illas cupiat; Nam in re
tanti momenti Magistratus est partibus consulere qui suis commodis
consulere non possunt, cùm perire volens audiendus non sit. Nam verendum
est, ut dixi, ne mulier ejus pertæsa conjunctionis alium portum quærat
quo se se recipiat, ut Theognidis verbis utar. Quibus incommodis
Magisstratum mederi oportet, usque adeò ut etsi de viri vitio aut morbo
non quæratur uxor, nihilominus hisce nuptiis intercedere debeat._»

_Sed quid si mulier sciens volens spadoni nupserit, & matrimonium
consommatum sit? Resp. sibi Imputare debet quæ ei quem scit virum non
esse, nupserit. Interim tamen matrimonium ἁγαμος, id est pro nullo
habendum est, ut quod contra leges inter eas personas coiërit, quæ
matrimonio jungi non possunt. Quâ de Causâ etiamsi cum facti non
pœniteat, nihilominus à Viro discedere debere, & si nolit,
segregandam esse existimaverim. Neque enim mulier prava & legibus
prohibita suâ conniventia recta efficere potest. Et Conjugium
confirmatur officio carnali, Verum antequàm confirmetur, impossibilitas
officii solvis vinculum conjugii. 33. Quæst. 1. cap. 1. Verba Augustini.
Quamvis contra sentiat Papa Alexander, vel ut alii volunt, Lucius, cap.
requisivisti, 33. Quæstione prima, qui vult eas quæ pro uxore haberi non
possunt, pro sororibus habendas; quod vix est ut defendi possit, idque
propter illas, quas commemoravimus causas._

FIN.

       *       *       *       *       *


NOTES:

[1] Comme l'illustre Mr. Bayle étoit encore en vie quand cette Dédicace
a été faite, on n'a pas trouvé qu'il fut nécessaire d'y rien changer,
quoi qu'il soit mort depuis.

[2] Mr. de Montpinslon.

[3] Histoire des Ouvrages des Savans. Mois de Janvier, Février & Mars
1706. pag. 84. & suiv.

[4] Nouv. de la Répub. des Lett. Janv. 1704 p. 117.

[5] Nouvelles de la République des Lettres tom. 1. Mois d'Avril 1684.
pag. 117.

[6] Patiniana pag. 25.

[7] Capitul. 9. tit. 19 de procuratoribus lib. 1. sexti Decretal.

[8] Imperat. Leonis constitut. 26. in princip.

[9] Novel. 21. tit. 1. de Nuptiis. In præfat.

[10] L. 197. de divers. regul. Jur.

[11] Liv. 14. ch. 6.

[12] In Eutrop. lib. 1. V. 339.

[13] Christophori Helvici Theatrum Historicum pag. 5.

[14] St. Remuald. Thresor Chronol. & Histor. fol. tom. 1. pag. 79.

[15] Valere Maxime liv. 9, ch. 3. art. 13.

[16] Lucien dans son dialogue Intitulé le menteur ou l'Incredule.

[17] Etymologicon Linguæ Latinæ.

[18] Genese Ch. 37. V. 36.

[19] Joseph. Antiq. Judaic. liv. X. ch. 16.

[20] St. August de civit. Dei. tom. 1. pag. 603.

[21] L. 2. §. 1. ff. de Adoptionibus.

[22] Lettre 117. dans la traduction que Mr. l'Abbé de Bellegarde a faite
des Epitres de S. Basile.

[23] Lib. 16. cap. 7.

[24] Lib. 16. cap. 7.

[25] Controvers. 33. lib. 5.

[26] St. Matth. ch. 19. V. 12.

[27] L. 147. de div. reg. Jur.

[28] L. 121. ff. de verbor. significat.

[29] Liv. 6. ch. 5. & sur tout. liv. 10. ch. 1.

[30] Liv. 2. Eleg. 2.

[31] Voy. Plin. liv. 13. ch. 4.

[32] Plutarq. In Alexandr.

[33] Liv. 7. ch. 2.

[34] Satyr. 10. V. 306. 307.

[35] Liv. 6. ch. 10.

[36] Voy. Crinitus de honnesta disciplina liv. 9. S. Romuald fol. tom.
2. pag. 185.

[37] Luithprand. Ticinensis. liv. 4. de rebus per Europam gestis. cap.
4. Meibomius. Rerum Germanicar. tom. 1. c. 47. pag. 247. Camerar.
Meditat. Historic. tom. 1. lib. 5. cap. 19.

[38] Act. 1. Scen. 2.

[39] Liv. 6. ch. 1. art. 13.

[40] Liv. 2. Epigr. 60.

[41] Voyez cette Histoire dans le Diction. Histor. & Crit. de Mr. Bayle.
Les Articles _Abelard, Heloïse, Foulques & Paraclet_.

[42] Ch. 31. V. 21, 22.

[43] Herodote liv. 8.

[44] Instit. lib. 4. tit. 4. de Injuriis. § 7.

[45] Novell. 42. ch. 1.

[46] Amor. lib. 2. Eleg. 3. V. 3. & 4.

[47] Novell. 60.

[48] Apol. 2. pag. 71. adressée à l'Empereur Antonin.

[49] Epistol. 5. 6. ad Pammachium de Erroribus Origini.

[50] Dupin nouvelle Bibliothéque des Auteurs Ecclésiastiques tom 1. pag.
121. &c. tiré d'Eusebe liv. 6. ch. 2. §. 19. traduction Françoise, les
chapitres de laquelle ne se rapportent point à l'Edition Gréque ni
Latine.

[51] S. Romuald. tom. 2. pag. 185. du tresor Hist. & Chronol. in fol.

[52] Eusebe parle de cette sédition, mais il n'en dit pas la cause, liv.
6. ch. 41. &c.

[53] Voyez la Vie de Tertullien & d'Origéne, par Mr. de la Motte ch. 5.
sur la fin.

[54] Dupin ibid. ubi supra. Et Eusebe ibid. ch. 19.

[55] Liv. 5. ch. 21.

[56] l. 4. §. 2. ff. ad legem Corneliam de sicariis et Veneficiis.

[57] Voyez Diction. Hist. & Crit. de Mr. Bayle tom. 1. pag. 955. & suiv.

[58] Essais liv. 2. ch. 29.

[59] Centuries 1. ch. C. de separatione ex causa luis Veneraæ.

[60] Abreg. Chronol. tom. 2. pag. 639.

[61] Voyez Hippocrat. lib. Aphorism. 28. & 29.

[62] Plin. lib. II. cap. 37.

[63] lib. 23.

[64] Tom. 17. lib. 3. tit. defectus testium vel naturâ, vel casu
Eunuchi, spadones, castrati. Et tit. Hermaphroditorum & sacrorum
ridiculorum.

[65] Joseph. Antiquit. Judaïq. liv. 18. ch. 2. idem de la guerre des
Juifs liv. 2. ch. 7.

[66] Ευνουχισαν.

[67] Liv. 1. tom. 1. Heres. 15. 16.

[68] Mr. Dodwel, dans les additions aux Œuvres Posthumes &
Chronologiques de Pearson; dans sa digression sur le ch. 6. à l'occasion
de le prétenduë Domitille, Vierge & Martyre.

[69] Plaut. in Aulular. Act. 2. Scen. 2. V. 72. 73.

[70] Mezerai Histoire de France avant Clovis in 12 pag. 160.

[71] Liv. 8. chap. 41.

[72] Liv. 1. ch. 12.

[73] Elog. 5. des Empereurs. Elog. 9. des Impératrices.

[74] Dior. Cassius, in Neron. Art. 28.

[75] Ch. 1. V. 10.

[76] Ibid. ch. 2.

[77] Judith ch. 12.

[78] Act. ch. 8. V. 26.

[79] Jérémie ch. 52. V. 25.

[80] Plat. de leg. lib. 3.

[81] Grégoire de Nazianze Oraison 23.

[82] Athanas. ad solitar. pag. 384.

[83] Amm. Marcell. liv. 18.

[84] Ibid. liv. 15.

[85] Ibid. l. 8. ch. 15.

[86] Julian. Imperat. ad Atheniens. pag. 501.

[87] Athan. ad solitar. pag. 834. 835.

[88] S. Athanas ad solitar. pag. 852 & Herman Vie de S. Athanase liv. 7.
ch. 10.

[89] Gregor. Nazianz. orat. 31.

[90] Liv. 7. ch. 10.

[91] Liv. 9. tit. 1. l. 4.

[92] Eusebe Hist. Eccles. liv. 10 ch. 8.

[93] Ælius Lampridius.

[94] Quint. Curt. lib. 10. cap. 1.

[95] Ælius Lampridius in sever.

[96] Cod. Theod. liv. 10, tit. 10, liv. 34.

[97] Liv. 5. pag. 800.

[98] Lucian. Macrob.

[99] Voyez Nouvelles de la République des Lettres Janvier 1686, art. 10.
tom. 5. pag. 87.

[100] Liv. 17.

[101] Esaïe ch. 56. V. 3. Osée ch. 9. V. 16. Luc ch. 13. V. 7.

[102] Claud. in Eutrop. lib. 1.

[103] Socrate Hist. Eccles. liv. 6. ch. 5.

[104] Sozomene liv. 8. ch. 7.

[105] In pseud. & in Eunuch.

[106] Liv. 3. ch. dernier.

[107] Martial. liv. 6. Epigram. 2.

[108] Liv. 9. Epigram. 7.

[109] Sueton. invit. Domitian ch. 7. art. 4.

[110] Tit. 8. liv. 48. ff.

[111] tit. 8. liv. 48. ff.

[112] l. 3. §. 4. tit. Eod.

[113] liv. 26. §. 28. tit. 2. l. 9. ad legem Aquiliam.

[114] liv. 4. tit. 42. l. 1.

[115] Authent. coll. 9. tit. 24. Nouv. 142.

[116] Leo. Constitut. 60.

[117] Vid. qui testament. facere poss. l. 5.

[118] l. 6 ff. de liberis & posthum. hæred. instituendis vel
exhæredandis.

[119] l. 6. ff. de Jure patronatus.

[120] §. sed & illud. In insitut. lib. 1. tit. II. de Adoph.

[121] Ibid. ff. 4.

[122] d. ff. fœminæ Institut de adopt.

[123] L. 6 ff. de liber. & posth. hæred. Instituendis vel exhæredandis
L. 29. §. penult. de in officios. Testam.

[124] Schneidevin. sur les Instituts. liv. 1. tit. 25. §. 7.

[125] Institut. de hæred. qualit. & differ. l. 4.

[126] L. I. §. 11.

[127] L. 20. §. 7. ff. qui Testamenta facere possunt.

[128] L. I. cod. quand Mulier. Tutor. off. lung. pot.

[129] L. 4. liv. 49. tit. 16. de Re militati.

[130] Plaut. in Curcull.

[131] L. 20, §. 7. ff. qui testam. facer. poss.

[132] Institut. orator. lib. 5, cap. 12.

[133] L. 4. ff. ad leg. Cornel. de siccar.

[134] Liv. 7. ch. 7. exempl. 6.

[135] Juven. Satyr. 11. Aristote lib. 7. cap. 5. Histor. Animal. Æsop.
in Apol. Ælian. lib. 6. cap. 33. Plin. lib. 37. cap. 6.

[136] Voyages de la Hontan dans l'Amérique Septentrionale tom. 1. lett.
16. pag. 181. &c.

[137] Ibid. 185. 186.

[138] Lib. 32. cap. 3.

[139] Voyez Mémoires pour l'histoire des Sciences & des beaux Arts, mois
de Mai 1704. article 10. page 301. &c. tom. 7.

[140] Levitiq. ch. 22, V. 24.

[141] Deuteron. ch. V. 1.

[142] Matth. ch. 19 V. 12.

[143] Distinct. 55. c. 1.

[144] Ibid. c. 10.

[145] Ibid. c. 5.

[146] L. si verò 5. §. II. lib. 9. ff. tit. 3. de his qui effuderint,
vel dejecerint.

[147] De Bell. Alexand.

[148] Cheviæana tom. I. pag. 200.

[149] Voyez les Nouvelles de la République des Lettres par Mr. Bayle
tom. 4. pag. 948.

[150] Ibid. tom. 7. pag. 1466.

[151] Institut. lib. 1. tit. 9. §. 1.

[152] Decret. 2. pars. causa 35. quæst. 1. & 2.

[153] In Eutrop. lib. 1.

[154] Cap. tunc salvabitur 33. Quæst. 5. & ibid. Gloss. fin.

[155] 1. Timoth. ch. 5. V. 14.

[156] Jérém. ch. 29. V. 6.

[157] L. 220. ff. deverbor. signif. §. 3. in fin.

[158] Chap. 20. V. 35. & 36.

[159] Aul. Gel. lib. 18. cap. 6.

[160] Cap. extr. de convers. infidel.

[161] Nouvel. 73. in princip.

[162] L. Eleganter 24. §. qui reprobos. ff. de pignor. act.

[163] Sext. decretal. lib. 4. tit. 2. capitul. unic.

[164] L. 14. ff. de sponsal.

[165] L. vehenda 10. §. 1. ff. ad leg. Rhod. de Jactu.

[166] Voyez S. Jerôme Epitr. 2. tom. 1. p. 11.

[167] 1. Liv. des Rois ch. 1.

[168] L. ea quæ commendandi causa ff. §. ult. de contrala. empt.

[169] Part. 1. lib. 5. disput. 12. §. 10. num. 351.

[170] Lib. 5. tit. 17. l. 50.

[171] Lib. 23. tit. 3 de Juro dotium l. 39. §. 1.

[172] Voyez le Tresor ou la Biblioth. du Droit Franç. par Mre. Laurent
Bouchet tom. 2. pag. 691.

[173] Tit. de Nuptiis §. 12.

[174] L. 30. ff. quando dies leg. vel fideic. cedat.

[175] Vid. Pruckneri manuale mille quæstionum illustrium Theolog.
Centur. 8. Quæst. 43.

[176] Voyez le Tresor, ou la Biblioth. du Droit François par Mre Laurent
Bouchel tom. 2. pag. 689.

[177] Capitul. 10. Decretal. Gregor. lib. 4. tit. 2.

[178] Decret. 2. pars caus. 37. quæst. 2. c. 17.

[179] Ibid. c. 30.

[180] Ibid. c. 37., &c.

[181] Voy. Schneidewin. in institut. lib. 1. Tit. 10. pars 4.

[182] De divortio. num. 22.

[183] On peut voir sur ce sujet les ch. 62. & 64. de la 2. Centurie des
Arrêts de Mr. le Prêtre.

[184] Collat. 4. Novell. 22. tit. de causis solutionis cum pœna.

[185] In Eutrop. lib. 1.

[186] Terence Eunuch. Act. 2. Scen. 3.

[187] Epigr. 52. lib. 10.

[188] Epigram. 42. lib 12.

[189] Carmen Nuptiale lib. 1. m. 63.

[190] Ovid. Amor. lib. 3. Eleg. 7.

[191] Audoënus Epigramm. 55.

[192] Ibid. Epigram. 275.

[193] Juven. Satyr. 6. V. 513.

[194] Ovid. ubi suprà.

[195] Liv. 21. tit. 1. de æditit. Ædicto. l. 7.

[196] Horat. Sermon. lib. I. Satyr. I.

[197] Ch. 30. V. 21.

[198] Mr. Ocluen Capitaine de Cavalerie, & l'un des Membres de la
Société Royale de Berlin.

[199] Voyez Livre sans nom pag. 33.

[200] Lib. 5. Epigr. 42.

[201] Ovid. de arte Amandi. lib. 1.

[202] Ibid.

[203] Plat. lib. 10. de legib.

[204] In Galb. cap. 3.

[205] Thuan. Histor. lib. 52.

[206] Tacit. Annal. lib. 4 cap. 53.

[207] Plin. Epist. 18. lib. 8.

[208] Voyez Valesiana pag. 57.

[209] Diction. Histor. & Crit. 2. Edit. tom. 1. pag. 355.

[210] Bouchet Annales d'Aquitaine fol. 143. versò. Dans Bayle Réponse
aux questions d'un Prov. tom. 1. pag. 423.

[211] Voyez l'Histoire des Ouvrages des Sçavans, mois de Septembre 1687.
pag. 109. & 110.

[212] Saty. 2.

[213] Hist. des Ouvr. des Sçav. mois de Juillet 1696. pag. 506.

[214] Sext. Decretal. lib. 4. tit. 1.

[215] L. 60. ff.; P2: ff lib. 23. tit. 2. de ritu nupt. §. 5.

[216] §. si advertus Institut. de Nuptiis.

[217] Sueton. in August. cap. 44.

[218] Liv. 5. Epigram. 42.

[219] Pag. 513.

[220] Liv. 6. ch. 2.

[221] Voyez aussi l'Histoire des Ouvrages des Sçavans mois de Septembre
1690. art. 1. tom. 7. pag. 10. & suiv.

[222] §. 28. pag. 20.

[223] §. 235. pag. 358.

[224] L. si dotem. 22. §. si maritus. 7. ff. solut. Matrimon.

[225] Can. quod autem.

[226] Tom. 2. Jenens. German. fol. 156. 6.

[227] Lib. 2. tit. 1. de Matrimon. & Nupt. definit. 16. & Tit. 11.
definit. 200.

[228] Hist. des Ouvrages des Sçavans, mois de Février 1706. art. 7. pag.
89. & suiv.

[229] Ibid. mois de Décembre 1691. art. 3. pag. 175.

[230] Lib. 5. Tit. 8. Cod. si nuptiæ ex rescripto petantur l. 2.

[231] Hist. des Ouv. des Sçav. mois de Novembr. 1687. pag. 321. Ibid
mois de Mai 1688. art. 4. pag. 35. Ibid. mois de Juillet 1688. art. 10.
Ibid mois de Septembre 1688. pag. 38. Ibid. Octobre 1688. art. 13. Ibid.
Janvier 1689. pag. 473. Ibid. Février 1689. art. 4. Ibid. Mars 1689.
art. 1. pag. 13. 16. Ibid. Février 1692. pag. 280. Ibid. Août 1692. pag.
540. Ibid. Avril 1695. art. 5.

[232] Mois de Février 1706. art. 7. pag. 89.

[233] Voyez la Déclaration du Roi de Prusse sur ce sujet du 7. Decembre
1689.

[234] Chap. 9. §. 2. num. 13.

[235] B: Voyez les Œuvres de Mr. le Vayer Homelie Académique, Homel. 2.

[236] Impress. Londini in 4. ann. 1640. pag. 40. 41.

[237] Voëtii Polit. Ecclesies pars prima lib. 3. Tractat. 1. de
matrimonio lectio 2. cap. 1. quæst. 3.

[238] Voyez de l'usage & de l'autorité du Droit Civil dans les Etats des
Princes Chrétiens traduit du Latin d'Arthurus Duck Iuriscons. Angl. liv.
2. pag. 234.

[239] Lib. 5.

[240] Terent. Eunuch. Act. 4. scen. 3.

[241] Iuvenal. Satyr. 6. V. 366.

[242] Cap. 89.

[243] Liv. 6. Epigr. 67.

[244] Lib. I. Epigr. 34.

[245] Ch. 20. V. 2. 3.

[246] Ovid. Metamorph. lib. 9.

[247] Caus. 32. quæst. 4. c. origo. &c. liberorum ergò.

[248] Genes. chap. 6. V. 2.

[249] Genes. ch. 30. V. 1.

[250] Æneid. lib. 4.

[251] Vid. c. penult. & fin. 32. quæst. 7. a. solet quæri. 32. q. 2. c.
non enim 32. q. 1. c. tantum. 32. q. 4.

[252] Genes. ch. 30. V. 1.

[253] Tobie ch. 6. V. 16. & suiv.

[254] Novell. 78. cap. 3. Novell. 117. cap. 6.

[255] L. in re mandata cod. mandati.

[256] L. 10. l. 14. de adim. legat.

[257] L. 8. in princip. ff. de pericul. & commot. rei vendit.

[258] Vigneuil Marville tom. 1. pag. 376.

[259] Perroniana pag. 44.

[260] Juven. Satyr. 6. V. 324. 325.

[261] Martial. Epigr. 7. lib. 4.

[262] Lib. 11. Epigr. 82.

[263] L. 30. ff. de divers. Regul. jur.

[264] L. Si pœnam ff. de verbor. obligationib.

[265] Capitul. 5. Decretal. lib. 4. tit. 15. de Frigidis & Maleficiatis.

[266] Metamorphos. lib. 9. V. 465.

[267] Ovid. fast. lib. 5.

[268] St. Romuald. Tresor Hist. & Chronol. in fol. tom. 1. pag. 93.

[269] Ibid. pag. 231.

[270] Genes. ch. 21.

[271] 1. Samuel. ch. 1.

[272] Esaïe. ch. 54. V. 1.

[273] L. 1. §. usque adeò 5. ff. de injuriis & famosis libellis lib. 47.
tit. 10.

[274] Sext. decretal. lib. 5. tit. de regul. jur. Regula 25.

[275] Novell. 22. cap. per occasionem. 6.

[276] Lib. 2. Epist. 2. V. 18.

[277] L. 6. de Appellat.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Traité des eunuques" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home